Les FODMAPs, on en a tous entendu parler (si ce n’est pas votre cas, allez d’urgence lire notre série sur les Fermentescible Oligosaccharides, DisaccharidesMonosaccharides et Polyols !). En théorie, c’est très intéressant et prometteur, mais dans la pratique c’est une tout autre histoire… Alimentation pauvre en FODMAPs : il faut revoir le contenu de ses placards !

Une nouvelle alimentation à adopter

Adopter une alimentation pauvre en FODMAPs, ce n’est pas « simplement » supprimer de son alimentation tous les aliments contenant ces composés sources de troubles digestifs. Car ne plus consommer du tout de produits laitiers parce qu’ils contiennent du lactose, de légumineuses et de choux parce qu’ils contiennent des oligosaccharides, de fruits parce qu’ils contiennent des polyols, de miel et de fruits secs parce qu’ils contiennent trop de fructose, ça peut vitre devenir lassant et monotone dans l’assiette, et déséquilibré pour la santé.

Car les produits laitiers, les légumineuses, les choux, les fruits et tous les autres aliments éliminés dans un régime pauvre en FODMAPs ne contiennent pas que des éléments perturbateurs mais aussi des fibres alimentaires, des protéines, des lipides, du calcium, des antioxydants, etc. Et même certains FODMAPs tels que les oligosaccharides sont intéressants pour notre microbiote intestinal puisqu’ils sont essentiels à son développement !

Finalement, les personnes qui suivent un régime pauvre en FODMAPs doivent apprendre à composer avec les aliments qu’elles tolèrent (et ceux qu’elles tolèrent moins bien), et avec les FODMAPs qu’elles tolèrent (et ceux qu’elles tolèrent moins bien). Et comme tout est affaire de sensibilité individuelle, l’alimentation adoptée par une personne ne sera jamais exactement la même que celle de son voisin.

Découvrez votre coach FODMAPs

Alimentation pauvre en FODMAPs : il faut revoir le contenu de ses placards

Mettre en place une alimentation pauvre en FODMAPs, c’est finalement revoir en profondeur ses habitudes alimentaires et adopter de nouvelles pratiques. Et bien souvent, cela passe par un changement dans le contenu de ses armoires.

– Côté épicerie salée, on laisse au fond de l’armoire les lentilles vertes, les lentilles corail, les haricots rouges et blancs, les pois chiches et on ouvre grand sa porte au riz, à la semoule de maïs, aux pâtes blanches, au boulgour, au sarrasin…

– Côté épicerie sucrée, on laisse de côté le miel, le sirop d’agave, les sucrettes et autres édulcorants, les confitures allégées en sucre et on se fait plaisir (avec modération) avec le sucre blanc ou roux, le sirop de sucre de canne, les confitures et marmelades classiques…

– Pour les afficionados des fruits secs, on évite noix de cajou et pistaches et on se régale d’amandes, de noix, de noisettes, etc. sous toutes les formes : entières, grillées, en purée, en poudre…

– Enfin au rayon frais, on limite le lait, les yaourts, les crèmes dessert, le beurre, les fromages frais (dont petits-suisses et fromages blancs), on garde quelques classiques (les fromages affinés et les fromages à pâte pressée) et on découvre de nouvelles saveurs avec les yaourts sans lactose, les desserts végétaux et les boissons végétales.

LQDP a pensé à vous avec ce guide :

Suivez le guide pour alimentation pauvre en FODMAPs sans galérer

Retrouvez d’autres conseils pratiques dans le guide Comment suivre une alimentation pauvre en FODMAPs sans galérer. Disponible en librairie et sur le site de la Fnac, sur le site de la librairie Decitre et sur Amazon.

LQDP