Claire, 35 ans, est maman d’un petit bout de chou de 6 mois. Elle se rend plusieurs fois par semaine à l’hôpital pour suivre sa chimiothérapie ou pour une consultation. Elle témoigne : « Outre les horaires qui changent régulièrement, je sors souvent très fatiguée. Aller chercher ma fille à la crèche était parfois une épreuve. Maintenant, avec la crèche à l’hôpital, c’est pratique et rassurant. Ma fille sait que je ne suis pas loin et moi, ça m’aide. C’est bon pour le moral. »

Une crèche à l’hôpital pour jeunes parents malades

Effectivement, depuis 2017, les hôpitaux universitaires Saint-Louis, Lariboisière et Fernand-Widal à Paris proposent d’accueillir les enfants de jeunes parents atteints de maladies chroniques. Celles qui nécessitent des protocoles de soins lourds, des traitements à l’hôpital, souvent épuisants physiquement et moralement.

Une dizaine de places de crèche par hôpital sont ouvertes à l’accueil en urgence, ponctuel ou régulier, d’enfants, âgés de deux mois et demi à quatre ans, dont les parents sont soignés pour un cancer (le plus souvent) et ont besoin d’un mode de garde pendant leurs consultations et traitements (radiothérapies, chimiothérapies…).

« Les KyKlos », la première crèche qui rassure les parents malades et…

Constituée en juillet 2014 par des professionnels expérimentés dans le domaine de la santé, du soin et de la parentalité, la mission de l’association « Les Kyklos » s’inscrit dans la mesure du troisième plan cancer 2014-2019 :  libérer du temps aux patients voire aux aidants.
Soulager les jeunes parents malades, améliorer la qualité de vie des parents qui se soignentc’est bien l’ambition des « Kyklos »,  première structure de ce type, située au sein de l’hôpital Saint-Louis à Paris.

Pour connaître le plan cancer 2014-2019 :

L’objectif à 10 ans : guérir 70 à 80 % des patients atteints de cancer.

Initialement réservée au personnel de l’hôpital, cette immense crèche de 130 berceaux réserve 10 berceaux pour les enfants des jeunes parents malades et 10 autres berceaux pour les enfants du quartier. La directrice des « Kyklos », Caroline Le Roux, met un point d’honneur à accueillir les enfants de malades sans condition ou presque : « La seule chose que je demande, c’est un carnet de vaccination à jour. » Elle revendique une aide dépassant le strict cadre des soins.
De plus, les enfants des familles, des amis ou des aidants venant rendre visite à un patient hospitalisé sont également accueillis par Les Kyklos.

Les enfants accueillis ponctuellement pendant les soins de leurs parents bénéficient ainsi de l’encadrement d’une directrice psychologue, d’une éducatrice, de six auxiliaires de puériculture, d’un médecin pédiatre et d’une psychologue.

… séduit les médecins et les Trophées patients de l’AP-HP 2018

« C’était gênant de voir des patientes arriver en consultation avec un bébé sur les genoux ou des aides-soignantes faire la nounou dans les couloirs », se souvient le Dr Marc Espié, responsable du sénopôle de l’hôpital Saint-Louis. Il salue cette « heureuse initiative » qui permet, en outre, d’éviter la contamination des patients fragiles par les microbes des enfants.

Trophées Patients 2018 : catégorie « Accueil et Accompagnement ». Le trophée est attribué aux Kyklos. Le jury a choisi d’attribuer ce trophée à l’action développée par les Kyklos qui a pour objectif de permettre aux enfants de patients d’être accueillis pendant les périodes d’hospitalisation, de traitement ou à l’occasion d’une consultation.

Si on ne peut que féliciter cette formidable initiative, on attend néanmoins la mise en place de ce dispositif à l’échelle nationale. Promis, LQDP va suivre l’affaire de près !

Une autre belle initiative à l’hôpital :

LOL Project à l’hôpital ou comment lâcher prise par le rire ?

LQDP