L’OMS pessimiste quant à l’évolution du diabète

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) est très pessimiste sur l’évolution du diabète. A titre d’exemple, elle estime que la prévalence de cette pathologie chez l’adulte a quasiment doublée entre 1980 et 2015. En 2014, l’OMS estime que plus de 420 millions de personnes sont atteintes de diabète de type 2, et il est estimé que plus de 640 millions de personnes seront atteints de cette pathologie d’ici 2040. Selon le Diabetes Atlas, 1 personne meurt du diabète toutes les 6 secondes dans le monde. Cette progression fulgurante et inquiètante est due notamment aux habitudes alimentaires des patients et leur mode de vie.

Néanmoins, la santé connectée va jouer un rôle de plus en plus important dans le futur, et des études viennent de montrer tout l’intérêt de la santé connectée dans le soin du diabète de type 2.

DIETIS
Inscrivez-vous à notre newsletter

Le suivi nutritionnel informatisé améliore les habitudes alimentaires chez les patients atteints de diabète de type 2

Une récente étude effectuée à l’hôpital Bichat a démontré l’efficacité du e-coaching – suivi nutritionnel informatisé – chez 120 patients diabétiques et en surpoids, notamment au niveau abdominal. Deux groupes ont été comparés : un groupe avec un e-coaching et un groupe témoin recevant des conseils nutritonnels sur 4 mois.
Le groupe recevant le e-coaching a expérimenté le programme ANODE (« Accompagnement Nutrionnel de l’Obésité et du Diabète par E-coaching »), associant un bilan nutritionnel informatisé et un accompagnement diététique notamment.

Les 3 critères du programme ANODE

1 – Le score de qualité diététique (« Diet quality »).
2 – Hémoglobine glyquée (HbA1c) : hémoglobine liée à du sucre. Il s’agit d’un marqueur particulièrement suivi chez les diabétiques.
3 – L’aptitude à l’activité physique.


Des résultats encourageants

Les résultats montrent que le score de qualité diététique a significativement augmenté dans le groupe e-coaching (+5,25 points) par rapport aux témoins (-1,83) en moyenne. L’évolution des apports alimentaires y était plus favorable avec la réduction des apports lipidiques, en graisses saturées, en sodium et en « calories vides » (calories fournies par des aliments de faible densité nutritionnelle).
Le poids des patients, leur tour de taille et l’HbA1c ont également diminué plus favorablement avec ce programme. Une perte de poids d’au moins 5% est observée respectivement chez 26% et 4% des sujets des groupes e-coaching et témoins. En revanche, il n’y a pas de différence entre les aptitudes physiques entre les deux groupes.

La santé connectée : l’avenir de la médecine traditionnelle ?

Face à la saturation des hôpitaux et au désert médical dans les milieux ruraux, la santé connectée pourrait solutionner ces problématiques en plus de traiter les maladies chroniques. Véritable transition dans le domaine de la médecine, certains hopitaux testent déjà l’efficacité de la santé connectée, comme c’est le cas actuellement à l’hopital Bichat-Claude Bernard à Paris.

Plusieurs applications existent déjà pour les patients atteints de diabète de type 2

DiabetoPartner : pour les patients atteints de diabète sans insuline : cette application propose notamment des fiches de conseils pratiques, un carnet de suivi, un calendrier des rendez-vous médicaux, un lien avec son pharmacien.
Mon Glucocompteur : cette application quantifie les glucides des repas à partir de photographies, et adapte la dose d’insuline en fonction de cette quantité.
VeryDiab : application développée par un diabétique. Elle est relativement complète car elle mélange les fonctionnalités de DiabetoPartner et de Mon Glucocompteur, avec un carnet de glycémie, une quantification des glucides alimentaires, un calendrier, activité physique… Elle concerne les diabétiques de type 1 ou 2.
GlucoZor : application développée en partenariat avec une association de patients AJD (Aide aux Jeunes Diabétiques). Il s’agit d’une application ludique et amusante s’adressant aux enfants. L’objectif est de s’occuper d’un dinosaure diabétique, et de ce fait d’adapter son alimentation en fonction de son diabète.

D’autres applications existent et fleurissent sur le marché, à vous de jauger celle qui vous convient le plus et qui est le plus adaptée à votre type de diabète et l’avancement de la pathologie.

Êtes-vous prêts à changer vos habitudes de soins ?

Si la e-santé est en plein boom et que de nombreux médecins voient en ce domaine des alternatives intéressantes dans la prise en charge des patients, ces derniers restent encore mitigés. 78 % de personnes sont favorables à un développement de cette discipline, notamment des hommes et des cadres. 54% seraient également favorables à l’utilisation de robots pour assurer une assistance au quotidien, pour des soins basiques, tandis que 73% sont convaincus que le futur de la médecine permettra d’envisager des alternatives médicales “permettant au global de vivre plus longtemps”. En revanche, près de 9 sur 10 d’entre eux pensent qu’il sera encore compliqué d’envisager la guérison complète des maladies graves (cancer, SIDA).

La santé connectée laisse les Français dubitatifs

Néanmoins, les Français sont réservés quant à l’utilisation des données médicales (big data ou collecte des données personnelles liées à leur santé) : 64% des Français se montrent inquiets de l’utilisation qui pourrait en être faite et 47% se déclarent personnellement opposés à ce que ces données soient collectées. Si les sondés se montrent très enclins à partager leurs données avec leur médecin (91%) ou leur pharmacien (71%), ils le sont moins en ce qui concerne des mutuelles (47%) ou des entreprises offrant des services d’e-santé (24%). De fait, près de la moitié des Français (52%) considèrent que la collecte et l’utilisation des données dans ce domaine ne sont pas suffisamment encadrées par la loi.
Il reste encore beaucoup à faire dans ce domaine, mais l’espoir est là : 73 % des sondés pensent que la e-santé leur permettra de vivre plus longtemps !

Sources

Organisation Mondiale de la Santé.
Inserm.
Maddyness.
BFMTV.

Raphaelle Santarelli

0 réponses à “Vous souffrez de diabète de type 2 ? La santé connectée peut vous aider !”

  1. […] Diabilive, développée par MirambeauAppCare, redonne le sourire aux personnes souffrant de diabète grâce à un calcul exact du taux d’insuline et le suivi de son évolution. Une innovation […]

Laisser un commentaire

Bienvenue
Inscrivez-vous à notre newsletter, afin de recevoir toutes vos actualités.