En France, la rectocolite hémorragique (RCH) touche environ une personne sur mille. Cette maladie, bien trop méconnue et souvent confondue avec la maladie de Crohn, nécessite quelques éclaircissements.

Définir la rectocolite hémorragique ou RCH

La rectocolite hémorragique ou RCH a été décrite pour la première fois à la fin du XIXe siècle. Elle appartient à un groupe de maladies dénommées MICI (Maladies Inflammatoires Chroniques Intestinale).
Plus précisément, la RCH est une maladie inflammatoire intestinale qui touche la muqueuse du rectum et envahit ensuite le côlon, sans laisser d’intervalle de muqueuse saine. Les autres segments du tube digestif ne sont jamais atteints par l’inflammation.
C’est une maladie chronique qui évolue par phase de poussées et par phase de rémission.

À découvrir sur le même sujet : Tout savoir sur les MICI.

La RCH survient le plus souvent chez les jeunes adultes, mais sachez qu’elle peut apparaitre à n’importe quel âge, y compris chez les enfants

Ce qui provoque la RCH

En fait, la cause réelle reste malheureusement encore inconnue. On suppose qu’elle serait due à une prédisposition génétique, des désordres du système immunitaire ou à des facteurs environnementaux.

Les symptômes de la RCH

En période de poussée, les symptômes sont d’abord digestifs avec des diarrhées, du sang dans les selles, des douleurs rectales… Ces symptômes peuvent être confondus avec ceux d’une manifestation hémorroïdaire.
De plus, à ces symptômes digestifs s’ajoute une altération de l’état général, de la fatigue et potentiellement aussi des douleurs articulaires, des symptômes cutanés et/ou oculaires.

Quels examens pour diagnostiquer la RCH ?

Cependant, le diagnostic est simple. Comme nous l’avons vu, cette maladie chronique touche toujours le rectum et s’étend parfois jusqu’au côlon.
Devant les symptômes, on prescrit une rectoscopie pour vérifier qu’il existe bien une inflammation de la muqueuse du rectum, qu’elle est ulcérée.

À découvrir sur le même sujet : Vous souffrez de RCH ? Découvrez l’appli MyMICI, pour vous simplifier la vie.

Puis, d’autres examens vont être prescrits pour :
– Eliminer les autres causes d’inflammation,
– Confirmer le diagnostic grâce à une biopsie de la muqueuse et écarter le diagnostic de maladie de Crohn,
– Etablir la gravité et l’étendue.

Quelle prise en charge ?

Le traitement est médicamenteux, alimentaire et parfois chirurgical. Les différents traitements vont avoir pour objectifs de traiter les symptômes et de pallier aux pertes d’eau et de sang engendrées par les diarrhées et les rectorragies.

Traitement médicamenteux

Ainsi, en fonction de l’atteinte, il peut prendre différentes formes  :
Anti-inflammatoires pour agir directement sur la muqueuse,
Corticoïdes,
Médicaments agissants sur l’immunité.

Ces médicaments doivent nécessiter un suivi médical rigoureux car ils peuvent exposer à des conséquences. Par exemple, les corticoïdes, pris sur le long terme, peuvent causer des effets sur les os en les rendant plus fragiles, sur le diabète…

Quand le tabac soulage certains patients atteints de RCH

Traitement chirurgical

Lorsque les médicaments sont inefficaces, on peut parfois avoir recours à un traitement chirurgical, qui consiste à retirer le côlon ou le rectum. La chirurgie peut parfois nécessiter une stomie temporaire ou définitive.

Traitement alimentaire

À ce jour, il n’existe pas de preuve scientifique en faveur d’un régime qui évite les rechutes de RCH. Le régime alimentaire sera différent en fonction de la phase dans laquelle se situe le patient :
En phase de poussée, on mettra en place un régime sans résidu,
En phase de rémission, on préconisera un régime normal léger.

À découvrir sur le même sujet : Une modification des habitudes alimentaires des patients atteints de MICI ?

Sources

– C. Carip et V. Liégeois, Physiopathologie : bases physiopathologiques de la diététique, Editions Tec et Doc, Lavoisier, 2000.
– M. Apfelbaum et al., Dictionnaire Pratique de diététique et de nutrition, Masson, 1981.
– E. Fredot, Régimes, Editions Tec et Doc, Lavoisier, 2011.
HAS.
Société nationale française de colo-proctologie (SNFCP)

Amandine Bonnet

0 réponses à “Tout savoir sur la rectocolite hémorragique ou RCH”

  1. […] Pour en savoir plus sur : La Maladie de Crohn ou la rectocolite hémorragique […]

  2. […] Pour ne plus rien ignorer sur les MICI : quels traitements pour la maladie de Crohn ? Et pour la rectocolite hémorragique ? […]

  3. […] À découvrir : Tout savoir sur la maladie de Crohn ; ou la rectocolite hémorragique […]

  4. […] Tout savoir sur la maladie de Crohn, ou sur la rectocolite hémorragique […]

Laisser un commentaire

Bienvenue
Inscrivez-vous à notre newsletter, afin de recevoir toutes vos actualités.