Les personnes dormant moins de 6 heures par nuit augmentent leurs risques cardiovasculaires

Une récente étude souligne que les personnes dormant moins de 6 heures par nuit s’exposent à davantage de risques cardiovasculaires, notamment l’athérosclérose. Explications.

Santé cardiovasculaire et sommeil : une alliance nécessaire

Une étude publiée le 14 janvier 2019 par l’American College of Cardiology avait pour dessein de mesurer l’impact du sommeil sur le risque cardiovasculaire. Pour ce faire, ils ont suivi 3 974 employés de banque à qui ils ont confié un dispositif permettant de mesurer la qualité et la quantité du sommeil. L’étude a ensuite classé les participants à l’étude dans 4 groupes distincts selon le nombre d’heures de sommeil :
– moins de 6 h par nuit,
– entre 6 et 7 h par nuit,
– entre 7 et 8 h par nuit,
– plus de 8 h par nuit.

Tous ont dû passer une échographie cardiaque en 3D mais également un scanner cardiaque.

Au terme de l’étude, les participants qui dorment en moyenne moins de 6 h par nuit augmentent de 27 % le risque d’athérosclérose par rapport à ceux dormant entre 7 et 8 h. Pour rappel, l’athérosclérose correspond à l’accumulation de lipides, de glucides complexes, de sang et produits sanguins, de tissus fibreux et de dépôts calcaires au niveau des artères. Sans symptômes cliniques évidents ou longtemps imperceptibles, l’athérosclérose est pourtant impliquée dans de nombreuses maladies cardiovasculaires comme l’infarctus du myocarde ou l’accident vasculaire cérébral. Notre mode de vie actuel serait très fortement lié à l’incidence de l’athérosclérose…

Pour en savoir plus :

Tout savoir sur l’athérosclérose et 10 astuces pour en limiter les risques

La qualité du sommeil a aussi un impact sur notre santé cardiovasculaire

L’équipe de recherche a en outre analysé la qualité du sommeil des participants et l’impact sur la santé cardiovasculaire. Un sommeil de qualité médiocre serait associé à un risque accru de 34 % de maladie cardiovasculaire. D’ailleurs, l’équipe des Drs. Gottlieb et Bhatt a pu constater que la consommation d’alcool et de caféine était plus conséquente chez les participants au sommeil court ou perturbé. En guise de conclusion, les docteurs rappellent que le manque de sommeil peut avoir de graves répercussions sur la santé et qu’il est nécessaire de « placer le sommeil  […] aux côtés du régime alimentaire et de l’exercice en tant que pilier essentiel d’un mode de vie sain. »

Sources

American College Of Cardiology,
Journal of the American College of Cardiology.

LQDP

Laisser un commentaire

Bienvenue
Inscrivez-vous à notre newsletter, afin de recevoir toutes vos actualités.