On les prend les yeux (presque) fermés, leur notice d’utilisation passe (souvent) de la boîte à la poubelle et pourtant les médicaments peuvent provoquer des effets indésirables du fait de leur composition. Les composés incriminés : leurs excipients.

Les excipients : que sont-ils ? à quoi servent-ils ?

Ce qui nous intéresse avant tout dans un médicament, c’est son principe actif. Celui qui va permettre de nous guérir ou prévenir le développement d’une maladie.
Un point auquel on prête généralement moins attention, ce sont ses excipients : toutes les autres molécules présentes dans notre comprimé, notre gélule ou notre sirop … Ces composés sont ajoutés au médicament non pas pour leur action thérapeutique mais pour diverses raisons telles qu’en modifier le goût, donner la consistance ou encore faciliter la fabrication. C’est notamment grâce aux excipients que votre sirop contre la toux n’est pas trop liquide, que votre comprimé a cette forme facile à avaler (ou pas, ça dépend des avis) ou que votre pilule est rose !

Une équipe de recherche a récemment fait un état des lieux des excipients présents dans nos médicaments. En étudiant une base de données de médicaments disponible aux USA, ils nous livrent des chiffres percutants :
– Un médicament pris par voie orale contient en général 8,8 excipients ;
– Certains de ces médicaments contiennent jusqu’à 35 excipients ;
– Les excipients représentent en moyenne 75% du poids du médicament.

Certains médicaments en cause dans l’altération du microbiote ?

Des molécules pas si innocentes qu’il en paraît

Les excipients sont utilisés car ils n’ont pas d’effet thérapeutique, et ne peuvent donc pas interférer avec la molécule active. Cependant l’absence d’effet thérapeutique ne veut pas forcément dire que ces molécules sont inactives !
Nombreuses de ses molécules peuvent en effet provoquer des réactions allergiques ou des intolérances alimentaires chez les personnes qui y sont sensibles. On parle ainsi du gluten, du lactose, de la gélatine, du mannitol (un polyol) de l’aspartame (et sa molécule de phénylalanine), … et des troubles qu’ils peuvent provoquer : troubles du transit, rougeurs, démangeaisons, douleurs abdominales

Dans le jargon pharmaceutique, ces excipients sont appelés « excipients à effet notoire » car ils nécessitent des précautions particulières pour les personnes sensibilisées. Leur présence pose particulièrement problème :
1/ pour les personnes sensibles ;
2/ si aucune formulation alternative n’existe sans excipient à effet notoire ;
3/ si les personnes prennent plusieurs traitements, du fait de l’effet cumulatif des différents médicaments.

Oui, nos seniors consomment trop de médicaments

Au quotidien, on fait comment pour éviter ces effets indésirables ?

À défaut de pouvoir se passer de son traitement, il faudra se montrer vigilant. Alors n’oubliez pas les recommandations de base :
– Lisez bien les notices d’utilisation de vos médicaments, celles-ci listent la composition complète (substance actives et excipients), les contre-indications, les effets indésirables ;
– Prévenez votre médecin et votre pharmacien si vous êtes allergique ou présentez des signes d’intolérance alimentaire (ils pourront vous proposer d’autres formulations de médicaments ne contenant pas les excipients gênants) ;
– Informez-les également si vous avez d’autres traitements en cours.

Sources

– Reker D, Blum SM, Steiger C, Anger KE, Sommer JM, Fanikos J, Traverso G., « “Inactive” ingredients in oral medications », Sci Transl Med., mars 2018, 11(483),
– Ameli,
– Ansm,
Le Figaro Santé.

Béatrice Février

Laisser un commentaire

Bienvenue
Inscrivez-vous à notre newsletter, afin de recevoir toutes vos actualités.