Le comportement alimentaire désigne l’ensemble des actions d’une personne en rapport avec l’ingestion d’aliments. Et ce comportement alimentaire suit un processus finement régulé afin d’assurer un équilibre énergétique, entre les apports et la dépense. Et tout ceci est sous l’action d’hormones bien précises, entre autres. On vous en dit davantage !

Les sensations alimentaires : notre guide pour manger selon nos besoins

Le comportement alimentaire assure à l’organisme un fonctionnement optimal, en lui apportant l’énergie, les nutriments, les vitamines et sels minéraux nécessaires notamment. Et ce comportement alimentaire est contrôlé par notre système nerveux et hormonal, le tout étant intégré au niveau du cerveau. Et plus précisément au niveau de l’hypothalamus. Comme vous le savez peut-être, la prise alimentaire se décompose en 3 parties :
– La sensation de faim : en phase pré-ingestive, cette sensation initie la prise alimentaire ;
– Le rassasiement : il survient au cours de l’ingestion d’aliments, pour freiner petit à petit la prise alimentaire ;
– La satiété : elle traduit un état de non faim.

Chez l’animal sauvage ou même chez le nourrisson, ces sensations alimentaires priment pour le comportement alimentaire. Malheureusement, chez l’enfant et chez l’adulte, la prise volontaire d’aliments étouffe ces sensations de faim : il n’écoute plus son corps, ce qui conduit à des déséquilibres entre apports énergétiques et dépenses énergétiques. D’où les risques de prise de poids.

Vous désirez changer vos habitudes alimentaires ? Commencez par écouter vos sensations

Une régulation à deux échelles

Au niveau de l’hypothalamus, il existe des centres détectant les signaux hormonaux, nerveux et métaboliques de la faim et de la satiété. Ces signaux sont divers :
Nerveux ;
Hormonaux ;
Neuromédiateurs ;
Peptidiques

La régulation de la prise s’effectue à deux échelles :
– À court terme : sur la base d’un repas, la régulation se fera sur la taille des portions, la composition et le choix des aliments, et la fréquence de la prise alimentaire
– À long terme : sur la base de plusieurs jours/mois, la régulation porte sur le maintien de la balance alimentaire. Et ce afin de garder un poids stable (« pondérostat ») et une masse grasse stable (« adipostat ») également.

Hormones et peptides issus de l’intestin impliqués dans le comportement alimentaire

L’élément déclencheur de la prise alimentaire est une baisse de la glycémie. Lors d’une diminution de 10% du seuil normal de la glycémie, les neurones hypothalamiques déclenchent la prise alimentaire. L’arrivée des aliments dans l’estomac et l’intestin entraîne une réponse hormonale. Ces hormones remontent au niveau de l’hypothalamus qui intègre tous les signaux.

Tout savoir sur les variations de la glycémie

À très court terme, les principales hormones impliquées sont :

– La cholécystokinine (CCK)

Cette hormone intervient très tôt après la prise alimentaire, pour initier le rassasiement. Ce sont les lipides et les protéines issus des aliments qui déclenchent sa sécrétion.

– L’insuline

L’insuline, elle, est sécrétée par l’arrivée de glucose des aliments. Elle a un effet anorexigène, c’est-à-dire qu’elle initie également la prise alimentaire.

À long terme, les principales hormones sont :

– La leptine

Sécrétée par la masse grasse, son taux circulant est proportionnel à la masse grasse et reflète également les variations de la masse grasse. Elle inhibe la prise alimentaire et active les dépenses énergétiques.

– L’insuline

Elle joue également sur la régulation à long terme. Elle induit une hypophagie (baisse de la prise alimentaire).

– La ghréline

Cette hormone déclenche la prise alimentaire. Elle est sécrétée au niveau de l’estomac. C’est elle qui contribue à la sensation de faim.

Le mécanisme est donc très complexe. Il ne s’agit pas d’une hormone, mais de plusieurs hormones qui régulent le comportement alimentaire. Et si les hormones jouent un rôle clé, le système nerveux est également un déterminant majeur de notre conduite alimentaire.

Pourquoi j’ai toujours faim ? Découvrez comment (ré)activer l’enzyme de la satiété

Sources

Nutrition clinique pratique chez l’adulte et l’enfant, 2ème édition, Elsevier Masson, Jean-Louis Schlienger, 2014,
Biochimie Physiologie, Module PHY3, Cours du Cned 2ème année, Marlène Frenot, 2012

Raphaelle Santarelli, diététicienne WeCook

Laisser un commentaire

Bienvenue
Inscrivez-vous à notre newsletter, afin de recevoir toutes vos actualités.