Des études commencent à démontrer la relation étroite entre alimentation et dépression. On mange parce qu’on se sent mal, donc on grossit, donc on se sent mal, donc on mange et pour certains, vraiment trop. Manger ses émotions : voilà un cercle vicieux qu’il faut savoir briser. Le Docteur Cyril Gauthier qui exerce à l’Espace Médical Nutrition et Obésité (EMNO) à Dijon et à la Clinique du Châlonnais nous explique cette relation compliquée que nous entretenons avec la nutrition.

Pourquoi cherche-t-on à se rassurer avec l’alimentation ?

« Dans certaines situations, l’alimentation peut nous servir à réguler nos émotions. J’irai même plus loin, l’alimentation peut jouer un rôle anxiolytique. Chez certains patients anxio-dépressifs, ce rôle se manifeste sous une forme de perte de contrôle comme dans le phénomène de l’addiction, ils parlent alors de « manger leur émotion ».

Les personnes anxio-dépressives se tournent vers une alimentation plus grasse et plus riche, comme, pour certains, la cigarette. Elle va stimuler le système neurobiologique de la récompense. Le patient déprimé a un manque de sérotonine, l’hormone du bonheur, qui va augmenter sous l’effet de l’alimentation plus grasse. D’où le rôle antidépresseur ou anxiolytique de cette alimentation.

Le cercle vicieux s’installe. Ils ont une alimentation plus grasse, ils prennent du poids. Le tissu adipeux s’accumule au niveau de l’abdomen (graisse vicérale) et ce tissu va secréter des cytokines inflammatoires qui peuvent, à leur tour, favoriser la dépression. 

Il y a aussi la force de l’habitude.

C’est très compliqué de changer les habitudes des patients prises pendant l’enfance. Perdre les habitudes alimentaires de ses parents, celles prises à l’école ou au travail est très difficile. Et aussi l’habitude de manger quand on ne va pas très bien. Manger devient alors la forme d’expression de nos émotions et nous avons tous notre façon de les exprimer.

Ainsi, la personne qui mange vers 17h, ce n’est pas uniquement parce qu’elle a faim, c’est aussi une forme de relâchement. C’est la fin de la journée, elle se détend.
Une autre mangera le soir vers 21h. Dans ce cas, c’est de l’émotion pure. Ce n’est plus de la faim car elle vient de dîner et ce n’est pas du relâchement car ce n’est pas la fin de sa journée de travail. Manger le soir, c’est pour combler quelque chose, nous pourrions appeler ça un doudou.
D’autres personnes auront un besoin irrationnel et involontaire d’être « remplies » pour être apaisées et donc pouvoir dormir. Pour changer nos habitudes, il est indispensable de les comprendre puis de tenter petit à petit d’introduire de nouvelles habitudes sans être dans la contrainte permanente.

Les régimes et autres cures sont-ils efficaces ?

Beaucoup de patients se rendent compte qu’ils sont dans un cercle vicieux. Souvent, et s’ils ne sont pas suivis, ils tentent alors de mettre en place un processus d’hyper-contrôle très rigide de leurs modes alimentaires, qu’on appelle la restriction cognitive.

La restriction cognitive génère une frustration bien plus calorique qu’une assiette de frites !

Ils vont avoir l’impression de maîtriser les choses mais en fait, ils verrouillent leurs émotions et au bout d’un certain temps, ces patients ne peuvent que lâcher et reprendre du poids bien malgré eux et toute leur volonté. Dans ce cas, les patients ont l’impression que s’ils reprennent du poids, c’est à cause d’eux. En fait, c’est parce qu’on leur a mal fait perdre.

Ceux qui vont dans des centres d’amaigrissement reprennent souvent et malheureusement du poids lorsqu’ils rentrent chez eux. C’est finalement assez logique s’il n’y a pas de travail sur les habitudes, c’est-à-dire le fond. On coupe un patient de ses habitudes en le mettant dans un centre (ce qui peut avoir un bénéfice immédiat), on lui donne une alimentation équilibrée et calibrée associée à une activité physique régulière. Il maigrit logiquement mais quand il rentre chez lui, il peut recommencer à manger comme à son habitude. C’est donc sur les habitudes qu’il faut travailler !

Comment casser les habitudes ?

Nous avons mis en place un programme de prise en charge dans lequel nous faisons prendre conscience aux patients que le problème n’est pas uniquement ce qu’il met dans l’assiette mais pourquoi et comment. Pourquoi je mange ? Comment j’en suis arrivé là ? Comment je fonctionne avec l’alimentation ?

C’est pourquoi, la première chose que nous évoquons avec les patients lorsqu’ils arrivent à l’EMNO ou dans le centre du Chalonnais, c’est que le nombre de kilos qu’ils perdront n’est pas si important et qu’ils ne sont pas là uniquement pour perdre du poids comme leur promettent les amaigrisseurs que nous ne sommes pas. Le côté atypique de notre démarche est là. Ne pas forcément perdre du poids mais comprendre pourquoi on l’a pris.

Certains patients ne reviennent pas car ils sont à la recherche d’un régime qui va vite. Dans ce cas, je préfère ne pas répondre à leur demande. Répondre à la demande du patient n’est pas nécessairement lui venir en aide pour sa santé. Souvent, je les vois quelques années plus tard, après être passés par les phases de yoyo des régimes.

La pédagogie en santé

L’équipe est pluridisciplinaire. Elle est constituée de médecins, d’infirmières et aides-soignants, de diététiciens, de psychologues, de professionnels d’activité physique et de secrétaires. Chacun a un rôle à jouer dans le parcours thérapeutique afin d’aider le patient à progresser dans sa démarche globale.

Ainsi, les psychologues ne font pas une psychanalyse avec le patient mais l’aide à gérer les éventuels déclencheurs émotionnels de prises alimentaires. Par exemple, « Je suis stressé, je vais manger ».
Dans ce cas, il ne faut pas empêcher le patient de manger mais plutôt lui apprendre à gérer son stress, ce qui va briser son habitude de manger. Et c’est là qu’on en arrive à la pédagogie en santé.

Il faut arriver à identifier ces habitudes et à les interpréter, en se recentrant sur la personne et non sur la maladie. Chaque patient a un vécu qui lui est propre, qui lui permettra d’évoluer et de trouver sa démarche pédagogique thérapeutique. Quand le patient rentre chez lui, il a compris comment il en est arrivé là et ce que représente l’alimentation pour lui.

Vous proposez donc le même traitement à tous vos patients ?

On établit un parcours pour chaque patient. Lorsqu’un patient arrive dans nos centres, nous commençons d’abord par faire sa connaissance. Quelles sont ses attentes ? Ses craintes ? Ses objectifs médicaux ? Ses freins ? Ses objectifs de vie ?

En fonction de ce profil, on individualise la prise en charge. Certains auront davantage besoin d’un psychologue ou d’un soignant, d’autres d’un diététicien ou un professionnel de l’activité physique… La prise en charge est construite sur cette base. Le suivi est là pour évaluer ce qui fonctionne ou pas, sans aucun jugement. Quels sont les freins et ressources ? Que peut-on changer ? Nous adaptons notre démarche à chaque patient. Les changements viennent avant tout de lui.

On va comprendre avec lui quels sont les outils qui l’amènent vers une évolution positive. On ne dit pas à un patient : « Il faut faire comme ça », ça ne marchera pas pour une maladie comportementale comme l’obésité. Le côté atypique de notre démarche est là. Ne pas forcément perdre du poids mais comprendre pourquoi on l’a pris ou pourquoi nous avons des difficultés à en perdre.

Qu’est-ce qu’un bon résultat si ce n’est pas la perte de poids ?

Je vous donne deux exemples. Un ancien rugbyman professionnel vient me consulter. Il mesure 2 m, pèse 170 kg. Il concède « je mange mal, je mange vite, je mange trop ». Il ne présente aucune problématique émotionnelle vis-à-vis de l’alimentation en dehors d’avoir du plaisir alimentaire. En un an, cet homme a perdu 33 kg.

Une femme vient me consulter. Elle a environ 60 ans, a suivi toute sa vie des régimes depuis l’âge de 9 ans. Son mari l’accompagne car il en a assez de la voir suivre des régimes qui lui promettent des merveilles. Elle ne mange plus en famille, se pèse 2 fois par jour, ne va plus au restaurant. Elle se prive de tout. En un an de prise en charge, elle a perdu 2,2 kgs… Mais désormais, elle mange en famille, elle va au restaurant, elle se pèse une fois par semaine, s’autorise des petits plaisirs alimentaires sans culpabiliser. Je l’ai vue récemment, elle m’a dit qu’elle venait de passer un noël serein ce qui ne lui était pas arrivé depuis une dizaine d’années. 

5 astuces pour constater sa perte de poids sans passer sur la balance

Dans le premier exemple, la perte de poids est importante. Pour le second exemple ? Elle n’a perdu que 2,2 kgs ! Et pourtant, le résultat est atteint ! Cette femme a retrouvé une qualité de vie. Les résultats ne peuvent donc pas s’évaluer uniquement sur le critère du poids. Ce qui nous fait dire que nous prenons en charge des personnes et pas une maladie.
Quand quelqu’un va mieux et qu’il est en meilleur santé, on a gagné !

Vous parlez plutôt de parcours de santé que de soins

Le ministère de la Santé et la Direction générale de la santé (DGS) ont introduit dans la loi de financement de la sécurité sociale pour 2018, l’article 51. Il permet d’expérimenter de nouvelles organisations innovantes en santé, dès lors qu’elles contribuent à améliorer le parcours des patients, l’efficience du système de santé, l’accès aux soins ou encore la pertinence de la prescription des produits de santé. 

Les Agences Régionales de Santé (ARS) ont répondu. Plus de 370 projets ont été présentés, seuls deux ont été (pour le moment) retenus dont le nôtre. J’ai donc la chance avec l’accompagnement de l’ARS Bourgogne Franche Comté et le soutien de la Fondation Ramsay Générale de Santé  d’être le premier porteur d’une expérimentation de l’article 51 dans le domaine de la nutrition-obésité.

Cette expérimentation « EMNO » a pour principal objectif d’améliorer la qualité de vie des personnes souffrant d’obésité en les intégrant dans une démarche de parcours thérapeutique globale avec égalité d’accès aux soins pluridisciplinaire et la mise en place d’une démarche pédagogique en santé moderne. »

Léa Coulanges

D’après un entretien avec le Dr Cyril Gauthier, médecin nutritionniste, Espace Médical Nutrition et Obésité Dijon, Hôpital Privé Dijon Bourgogne et Clinique du Chalonnais (Châtenoy-le-Royal) etMembre Collège Scientifique Fondation Ramsay Générale de Santé

1 réponses à “Manger ses émotions : rencontre avec le Dr Gauthier”

  1. Bjr l’Equipe,
    Très bonne approche, je vis à Toulouse et suis actuellement à lhôpital de la Fontaine Salée à Salies du Salat. Diabeto rééducation alimentaire et sportive. Très heureuse de cette prise en charge pour accepter diabète…
    Cdlt

Laisser un commentaire

Bienvenue
Inscrivez-vous à notre newsletter, afin de recevoir toutes vos actualités.