La maladie de Crohn est une maladie inflammatoire chronique de l’intestin (MICI) bien trop méconnue. Et pourtant elle touche le monde entier et le nombre de nouveaux cas ne cesse d’augmenter chaque année. On estime qu’il y a entre 4 et 5 nouveaux cas pour 100 000 habitants. Des nouvelles découvertes se font au quotidien sur cette pathologie tant elle est complexe ! Aujourd’hui, c’est un lien avec le taux de vitamine D qui est mis en lumière. LQDP vous dit tout !

La maladie de Crohn : rappels en 5 points

1- Maladie auto-immune qui provoque une inflammation et une irritation de l’appareil digestif ;
2- Co-existence de phases de poussées et de phases de rémissions ;
3- Les phases de poussées se manifestent par des douleurs abdominales, une diarrhée, de la fièvre, un amaigrissement, une fatigue ;
4- Pose du diagnostic grâce à un examen sanguin et/ou par un test effectué sur les selles ;
5- Le traitement est tridimensionnel : chirurgical, médicamenteux et alimentaire

Que manger avec une MICI ? L’alimentation en phase de poussée

Constats

La fréquence de la maladie de Crohn varie énormément d’un pays à un autre. Mais il se dessine tout de même un gradient Nord/Sud. En effet, on constate que :
– À une échelle mondiale, l’hémisphère Nord est plus touché par la maladie de Crohn que l’hémisphère Sud ;
– À une échelle Européenne, les régions situées au Nord (Suède, Royaume-Uni, Norvège…) ont un plus fort taux de personnes atteintes par Crohn que les régions du Sud (Grèce, Italie, Portugal…).
– La France n’est elle aussi pas épargnée par ce gradient Nord/Sud ! Sur les 120 000 personnes touchées en France, on dénombre plus de cas dans les deux tiers Nord de la France que dans le reste du pays.

De ce gradient Nord/Sud, se dégage l’hypothèse de l’ensoleillement. Et l’une des conséquences d’un faible ensoleillement est une moindre production de la vitamine D. La vitamine D permettrait-elle d’enrayer la maladie de Crohn ?

Rappels sur la vitamine D

La vitamine D, également appelée calciférol, est une vitamine liposoluble qui a deux rôles majeurs :
– Elle intervient dans la régulation du métabolisme du calcium ;
– Elle aide à solidifier et rigidifier les os en favorisant la minéralisation osseuse.
La vitamine D est en grande partie synthétisée par le corps, à partir du cholestérol, au niveau de la peau, sous l’action des rayons UV.

Quel rôle de la vitamine D dans la maladie de Crohn ?

Les chercheurs se sont intéressés à l’effet de cette vitamine sur l’expression des gènes impliqués dans la défense contre les bactéries. Ils se sont rendus compte que la vitamine D augmente considérablement le taux d’une protéine anti-microbienne ainsi que le taux d’une autre protéine qui alerte les cellules de la présence de microbes.
Ces deux protéines de défense contre les microbes sont souvent défectueuses chez les personnes atteintes de Crohn. Cela est donc très intéressant car les chercheurs pensent qu’en augmentant leur expression, la vitamine D pourrait donc bloquer une des premières étapes qui mène à l’inflammation de la muqueuse intestinale.

Encore une affaire à suivre pour les patients atteints de la maladie de Crohn et un nouvel espoir vers une amélioration de leurs symptômes…

Vitamine D et SII : le prochain duo gagnant !

Sources

– Presse Santé Naturelle, « Maladie de Crohn : la vitamine D réduit l’expression de la maladie »
– Wang TT et al., « Direct and indirect induction by 1,25-dihydroxyvitamin D3 of the NOD2/CARD15-defensin beta2 innate immune pathway defective in Crohn disease », J Biol. Chem.,
– Afa Crohn-RCH, «Maladie de Crohn »
– HepatoWeb, « La Maladie de Crohn »

Amandine BONNET