Nombre de personnes souffrant du SII souffriraient aussi d’une carence en vitamine D. Paradoxalement, une étude récente révèle que des suppléments en vitamine D pourraient soulager les douleurs chroniques liées à cette pathologie.

Ne pas négliger la vitamine D

La vitamine D est une vitamine liposoluble – soluble dans les lipides – que l’on retrouve dans l’alimentation. Elle est synthétisée dans l’organisme grâce à l’action des rayonnements UVB du soleil.

On estime d’ailleurs que l‘exposition au soleil peut procurer 80 à 90 % de la vitamine D nécessaire à l’organisme. Il suffirait d’une exposition 2 à 3 fois par semaine des mains, des avant-bras et du visage durant 10 à 15 minutes pour assurer l’apport adéquat à un adulte.

Et si la météo n’est pas clémente ? Certains aliments peuvent vous aider à faire le plein de vitamine D. C’est le cas notamment de l’huile de foie de morue – que l’on retrouve aujourd’hui en gélules rassurez-vous -… Le saumon, la truite, le hareng fumé, mais également le lait ou encore des œufs font l’affaire !

Vérifiez si ces aliments sont autorisés en cas de SII : 

La colopathie fonctionnelle ou syndrome de l’intestin irritable (SII) et l’alimentation

Vitamine D et syndrome de l’intestin irritable

Une étude publiée dans la revue médicale European Journal of Clinical Nutrition, révèle que des suppléments en vitamine D pourraient minimiser les douleurs liées au SII. Pour arriver à ces conclusions, une équipe de chercheurs de l’université de Sheffield au Royaume-Uni a réalisé une méta-analyse de 7 études afin de mesurer les avantages des suppléments en vitamine D sur les symptômes du SII.

À découvrir sur le même sujet : Connaître les symptômes et les conséquences du SII 

Le syndrome de l’intestin irritable (SII) est une maladie chronique qui empoisonne la vie des malades. Parlons-en !

Cette conclusion n’en est encore qu’au stade expérimental. Cependant, les chercheurs laissent croire qu’un apport complémentaire en vitamine D permettrait d’amenuiser les maux récurrents des patients souffrant de SII. Par exemple, les ballonnements, les douleurs abdominales, la diarrhée ou encore la constipation. « Il est évident, à partir des résultats, que toutes les personnes atteintes du syndrome du côlon irritable devraient tester leurs niveaux de vitamine D. Une grande majorité d’entre eux bénéficieraient de suppléments ».

Dans l’attente d’un remède, mettez-vous au soleil et ne lésinez pas sur les poissons gras !

Sources

– Williams CE, Williams EA, Corfe BM, « Vitamin D status in irritable bowel syndrome and the impact of supplementation on symptoms: what do we know and what do we need to know ? », Eur J Clin Nutr, 25 janvier 2018.
– Ciqual, table de composition nutritionnelle des aliments.
Top Santé.

Jonathan Epaillard

0 réponses à “Vitamine D et SII : le prochain duo gagnant !”

Laisser un commentaire

Bienvenue
Inscrivez-vous à notre newsletter, afin de recevoir toutes vos actualités.