Que donner à manger aux enfants qui présentent des allergies alimentaires ? Certains parents se creusent la tête pour savoir comment éviter les gâteaux qui présentent un danger pour leurs chères têtes blondes et d’autres décident de créer des gâteaux sans allergène et d’en faire profiter les autres. C’est le cas de Tiphaine Bordier et Matatie, qui confectionne des goûters sans les 14 allergènes principaux. Si cette nouvelle entreprise agro-alimentaire rencontre un certain succès, elle illustre bien les nouvelles tendances des consommateurs. Présentation.

Le casse-tête du goûter en cas d’allergies alimentaires

Pour tous les enfants allergiques et pour leurs parents, des situations anodines telles qu’un goûter qui ne soit pas dangereux pour l’enfant peut devenir un casse-tête et que dire des goûters d’anniversaire avec les copains… « Ma nièce ne comprenait pas pourquoi elle ne pouvait pas manger comme ses copains à l’école, et j’observais en même temps ses parents se démener pour trouver des produits adaptés. »* Voilà pourquoi, Tiphaine Bordier, tatie d’une petite fille allergique aux œufs et aux arachides a décidé de « créer une entreprise agro-alimentaire qui fabriquerait et commercialiserait des produits sans les allergènes majeurs. »* permettant ainsi aux enfants de ne plus se sentir différents. C’est ainsi que Matatie a vu le jour.

Pour que cet événement si spécial ne soit plus un casse-tête

Organisez un goûter d’anniversaire spécial poly-allergique !

Aliments allergènes, un frein à la cuisine

Il suffit de regarder la liste de aliments allergènes, pour comprendre la difficulté de cuisiner des gâteaux pour les enfants allergiques : céréales (blé, seigle, orge, avoine, épeautre, etc.), œufs, lait, arachide, fruits à coques, etc. Outre la difficulté à trouver des aliments pour faire des gâteaux non allergènes, il faut aussi avoir une bonne dose d’imagination pour trouver des recettes appropriées. Et cette nouvelle entreprise recherche constamment des recettes innovantes. Farine de millet, de riz ou de pomme de terre, cette entreprise a su être assez flexible pour mettre au point et changer ses recettes en fonction des retours des consommateurs. « Nous n’avons pas eu peur de nous remettre en question, nous sommes toujours à l’écoute de leurs [enfants allergiques et parents] retours et travaillons pour optimiser constamment notre offre afin qu’elle s’adapte à leurs besoins et envies »*. Et cette formule marche bien puisque Matatie a aujourd’hui 2 ans et commercialise sur son site depuis 1 an.

Aliments, alicaments mais surtout plaisir

Matatie joue la nouvelle carte de la proximité et de la flexibilité. « Depuis le début, nous construisons la marque et les produits avec les personnes au cœur de notre problématique : les enfants allergiques et leurs parents. (…) L’avantage chez nous, c’est que tout était à construire et que nous sommes encore extrêmement flexibles »*. On le voit, les entreprises agro-alimentaires et surtout les nouvelles se positionnent sur un secteur qui évolue. Désormais, santé, éthique et responsabilité sont devenues les conditions sine qua non pour qu’un produit ait du succès. Ces nouvelles tendances sont prises très au sérieux. Chez Matatie, santé, proximité mais aussi gourmandise priment. Tiphaine Bordier précise bien « manger sain, des produits composés d’ingrédients connus, le moins transformés possible ; consommer des produits aux marque pour lesquelles on se sent proche, on connaît et suit l’histoire ; prendre du plaisir dans l’alimentation : ras-le-bol des contraintes, des régimes et des règles que nous voyons partout »*.

Et cette démarche se conforme au nouveau profil du consommateur devenu « nutriconscient ». Désormais les consommateurs veulent une alimentation saine. Ils veulent être informés, guidés. Des aliments sains et bons qui seront également de véritables alicaments, qui lui permettront de préserver sa santé mais aussi d’assouvir sa gourmandise !

Allergie alimentaire : mode ou pathologie à prendre au sérieux ?

Des tendances étudiées à la loupe

Cette nouvelle vision de l’alimentation a été étudiée par Food Service Vision pour le salon de l’hôtellerie et de la restauration (Sirha). Ils ont remarqué notamment trois influences majeures : conscience (responsabilité, etc.), mieux-être (naturel, bon), territorialité (locavore contre mondialisation). Le consommateur se sent désormais responsable de ce qu’il commande, de ce qu’il ingère et des répercussions de ses actes sur sa santé, et plus largement sur l’environnement. Il veut se faire du bien en mangeant du « bon naturel ». Enfin et surtout, le mangeur reste connecté en permanence, pour mieux profiter, supprimer les irritants.

On le voit donc, le mangeur d’aujourd’hui suit de très près son alimentation pour sa santé. Mais c’est aussi sa santé qui peut le rappeler à l’ordre et l’obliger à se préoccuper de son alimentation. Les entreprises agro-alimentaires qui se créent cherchent donc a suivre ces tendances ce qui les obligent sans cesse à innover.

Sources

Toutes les citations suivies d’un * sont reprises de l’interview de Tiphaine Bordier (fondatrice de Matatie.com) pour le site Pour Nourrir Demain.

Le Monde Grandes Ecoles,
Agro-media.fr.

Léa Coulanges