Une allergie alimentaire est en réalité une perte de tolérance pour un aliment, plus précisément pour une protéine. Seules les protéines engendrent une allergie. La réaction allergique implique le système immunitaire ; c’est toutefois une réaction inappropriée.

Définition

Lorsque l’organisme entre en contact avec l’allergène, dans un premier temps il n’y a aucun symptôme. Puis l’organisme se met à produire des anticorps, des immunoglobulines E (IgE) contre celui-ci. Au second contact avec l’allergène, une reconnaissance a lieu et une réaction immunitaire associée s’ensuit avec libération de substances (médiateurs, notamment histamine) qui entraînent différents symptômes.

Symptômes

Les médiateurs libérés sont responsables des signes de l’allergie. Ils apparaissent généralement dans les minutes, voire les heures, suivant l’ingestion de l’aliment. L’intensité et la nature des symptômes varient selon l’individu et peuvent se manifester seuls ou associés.

Symptômes cutanés : des démangeaisons, des éruptions ou des rougeurs (prurit), un gonflement des lèvres, du visage (angioedème) et des membres, un eczéma.
Symptômes respiratoires : une respiration sifflante, une sensation de gonflement de la gorge, une difficulté à respirer, une sensation d’étouffement.
Symptômes digestifs : des douleurs abdominales, de la diarrhée, des coliques, des ballonnements, des nausées et des vomissements.
Symptômes cardiovasculaires : un pouls faible, une pâleur, des étourdissements, une perte de conscience.
Symptômes simultanés, systémiques : un choc anaphylactique dû à une chute de pression sanguine entraînant une perte de conscience, de l’arythmie et même la mort (c’est très rarement le cas)

Sur le même sujet :

Allergie ou intolérance alimentaire : quelles différences ? Et quels aliments en cause ?

Indicateurs à suivre

Lorsqu’un aliment est suspecté d’être à la base d’une allergie, l’allergologue fait un test de dépistage cutané et/ou un test sanguin (ou en éprouvette (in vitro)) :

Le prick-test

C’est un dépôt de gouttes de différents extraits allergéniques sur l’avant-bras ou le dos et prélèvement de l’épiderme au travers de ces gouttes. Détermination de l’hypersensibilité immédiate.

Le patch-test

Il s’agit d’un dispositif de mise en contact de l’allergène avec la peau sous un pansement occlusif durant 24 à 72 h en fonction de l’allergène.

Le test sanguin

Une détection d’anticorps impliqués dans la réaction immunitaire, les immunoglobulines E (IgE), sera nécessaire.

Quant au test RAST (radioallergosorbent), il s’agit d’une mise en contact, dans une éprouvette, du sang de l’individu et de l’aliment, et détection des anticorps produits (non détection de l’amplitude de la sensibilité de la personne).

Solution nutritionnelle contre les allergies alimentaires

Avant toute chose, il est nécessaire de connaître l’allergène qui est en cause et de changer son régime alimentaire en conséquence. Il est impératif de bien lire les étiquettes alimentaires afin d’éliminer l’allergène. Toute trace de ce dernier peut être à l’origine de l’allergie et provoquer les symptômes mentionnés ci-dessus.

L’aide d’un diététicien peut être essentielle pour obtenir un régime d’exclusion ou trouver des aliments de substitution.

Contenu relu et validé par une diététicienne WeCook, mis à jour le 31 juillet 2018.

LQDP

0 réponses à “Allergie alimentaire : mode ou pathologie à prendre au sérieux ?”

  1. […] À découvrir : allergie alimentaire, mode ou pathologie à prendre au sérieux ? […]

Laisser un commentaire

Bienvenue
Inscrivez-vous à notre newsletter, afin de recevoir toutes vos actualités.