Pour garder la forme (et perdre ses éventuels kilos en trop ), préservez votre équilibre acido-basique !

L’équilibre acido-basique désigne le niveau du pH de l’organisme (potentiel hydrogène). Le pH sanguin de l’organisme est proche de 7.4, c’est-à-dire légèrement alcalin ou basique. Le maintien de ce pH à 7.4 est fondamental pour un organisme en bonne santé, car ce pH détermine les réactions enzymatiques.

L’acidité de notre organisme

L’équilibre acido-basique met en relation différents organes de l’organisme comme le poumon et le rein. Les fonctions permettant cette régulation incluent la respiration, l’excrétion urinaire, la digestion ou bien le métabolisme cellulaire. On peut évaluer le pH de son organisme en évaluant le pH de ses urines (qui est inférieur ou égale à 6 le matin).

DIETIS Une marque de ALANTAYA SAS
Inscrivez-vous à notre newsletter

En cas de déséquilibre du pH (« acidose » ou pH < 7.35 et alcalose ou pH > 7), des systèmes dits « tampons » interviennent pour corriger cette perturbation. Ces phénomènes sont indispensables pour l’organisme et la bonne santé de l’individu.

Alimentation et acidité

Néanmoins, notre alimentation tend à acidifier le pH de notre organisme. Les sols appauvris en sels minéraux et le raffinage diminuent la qualité nutritionnelle des aliments. Un excès d’acidité dans l’organisme est associé à un risque de troubles articulaires, de crampes, des troubles ORL, des troubles digestifs, d’ostéoporose, de diabète, d’athérosclérose, d’hypertension, de calculs rénaux ou même de cancers.  Les aliments acidifiants sont : viandes, le poisson, les œufs, la volaille, les céréales ou les noix. Par exemple, après la consommation de protéines animales, la digestion génère des acides comme les acides urique, phosphorique et sulfurique qui sont normalement éliminés par les reins. Un excès de protéines risquerait de saturer le travail du rein et favoriser le risque d’acidité de l’organisme.
A l’inverse, les aliments alcalinisants sont les fruits et les légumes.


Tout savoir sur l’athérosclérose et 10 astuces pour en limiter les risques

Par ailleurs, notre mode de vie a un impact direct sur le pH de notre organisme : le tabac, les infections, l’alcool tendent entre autres à acidifier l’organisme.

Finalement, les facteurs ayant un impact sur l’acidité d’un aliment sont :

– Sa teneur en minéraux (en termes qualitatif et quantitatif).

Le chlore, le soufre et le phosphore sont plutôt acidifiants. Les minéraux alcalinisants sont plutôt le potassium, le calcium, le magnésium et le sodium.

– Sa teneur en citrate de bicarbonates (liés au potassium).

– Sa teneur en protéines, et notamment en acides aminés soufrés.

Limiter l’acidité de notre organisme

Afin de remédier à cette acidité trop fréquente dans nos modes de vie actuelle, voici quelques pistes :

– Évitez le stress.
– Dormez suffisamment.
– Re-équilibrez votre alimentation
– Limitez les sources de protéines, de produits raffinés, produits laitiers, les préparations industrielles, les boissons gazeuses et l’alcool.
– Favorisez les fruits, les légumes, les oléagineux (noix, amandes par exemple) et légumineuses, les épices, les herbes aromatiques, l’eau, le thé et certains jus (jus de pomme, de pamplemousse, d’ananas)… Pour en savoir plus, découvrez le PH des aliments.

Saviez-vous que les aliments ont un PH ?

Sources

Draft Guidance for Industry: Acidified Foods, U.S. Food and Drug Administration.
Whole Body Buffers in the Regulation of Acid-Base Equilibrium, J. Russell Elkington, YALE journal of biology and medicine.
Acid-base balance and hydration status following consumption of mineral-based alkaline bottled water, Daniel P Heil.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.