Non seulement suspectés de nuire à notre santé physique, les additifs alimentaires auraient aussi un impact sur les troubles du comportement, notamment l’anxiété. Décryptage.

Des additifs alimentaires plein l’assiette

Les additifs alimentaires sont partout ou presque. S’il vous arrive de consommer des aliments ultra-transformés (AUT) – et ça nous arrive à tous – vous êtes inéluctablement exposé aux additifs. Pâtisseries industrielles, bonbons, gâteaux, plats préparés… vous n’y échappez que difficilement. Mais pourquoi sont-ils autant utilisés par les industriels ? Ils permettent, entre autres, de rehausser le goût des aliments, d’accroître leur durée de conservation, ou de leur donner une couleur plus bankable.

Or, les études se multiplient pour souligner les effets néfastes des additifs. Les griefs exposés ? Potentiellement cancérogènes, perturbateurs de notre système immunitaire, en cause dans l’inflammation intestinale… Et une nouvelle étude, menée par la Georgia State University, met en évidence le lien entre les troubles du comportement, l’anxiété notamment, et deux additifs très utilisés par les industriels de l’agro-alimentaire.

Tout savoir sur les additifs alimentaires

Additifs alimentaires et troubles du comportement

L’équipe de la Georgia State University a étudié les effets de deux émulsifiants : la carboxyméthyl cellulose de sodium (E466) et le polysorbate 80 (E433). Ces émulsifiants sont très courants et ajoutés aux gâteaux, pains ou margarine afin d’obtenir une meilleure texture et d’augmenter leur durée de conservation. Geert de Vries, auteur principal de l’étude, s’est interrogé : «  les effets des émulsifiants sur l’inflammation systémique générale peuvent-ils aussi être étendus au cerveau et au comportement ? ». La réponse est sans équivoque possible.

L’équipe de recherche s’est notamment intéressée à l’axe intestin-cerveau, qui pourrait être lié à l’altération du comportement du fait des additifs, car « l’inflammation amène des cellules immunitaires locales à produire des molécules de signalisation pouvant affecter les tissus situés à d’autres endroits, y compris le cerveau. » Pour ce faire, les neuroscientifiques ont ajouté lesdits additifs à de l’eau potable, consommée par des souris durant 12 semaines. Au terme de cette période, ils ont pu constater que les souris avaient un comportement différent.

Des troubles du comportement qui diffèrent selon le sexe

Les deux émulsifiants ajoutés à l’eau potable ont provoqué des comportements distincts :
– les souris mâles étaient en proie à de l’anxiété ;
– les souris femelles ont diminué leurs interactions sociales.

Ces clivages pourraient s’expliquer, selon les auteurs de l’étude, par un système immunitaire et une composition du microbiote intestinal différents selon le sexe.

Si les effets de ces émulsifiants n’ont à ce jour pas été vérifiés sur l’Homme, les auteurs de l’étude soulignent néanmoins que ces résultats pourraient certainement s’appliquer à l’Homme, expliquant probablement la genèse de troubles comportementaux. Pour l’heure, les neuroscientifiques étudient « les mécanismes par lesquels les émulsifiants alimentaires influent sur le microbiote intestinal. »

Pourquoi l’additif E171, potentiellement cancérigène, est-il toujours autorisé ?

Sources

Geert J. de Vries et al., « Dietary emulsifiers consumption alters anxiety-like and social-related behaviors in mice in a sex-dependent manner », Scientific Reportsvolume 9, 172, 2019,
Pourquoi Docteur.

Jonathan Epaillard

Laisser un commentaire

Bienvenue
Inscrivez-vous à notre newsletter, afin de recevoir toutes vos actualités.