On ne prend pas toujours le temps de regarder les étiquettes des articles que l’on achète. Et pourtant, les aliments ultra-transformés (AUT) remplissent jusqu’à 50 % des rayons alimentaires des supermarchés occidentaux. Mais que sont les AUT ? Quels produits sont concernés ? On vous prévient, après la lecture, vous ne mangerez plus de la même manière !

Les 4 grandes familles d’aliments

Pour rappel, d’après la classification NOVA, on distingue :

1 – les aliments frais ou peu transformés

Il s’agit par exemple des fruits, légumineuses ou légumes frais, séchés ou congelés. Ou bien la viande coupée et emballée, le lait pasteurisé, les œufs, les pâtes… Et sans aucune substance ajoutée.

2 – les ingrédients culinaires transformés

Eux correspondent aux substances extraites des aliments frais ou peu transformés par pressage, meulage, broyage ou raffinage. On peut à titre d’exemple citer le beurre, les condiments, les amidons ou encore les huiles végétales.

3 – les aliments transformés

Là, on évoque des produits simples fabriqués avec des aliments frais ou peu transformés et des ingrédients culinaires transformés (groupes 1 et 2). Il s’agit ici des aliments fumés, des fromages, des pains. Ces aliments transformés sont là pour augmenter la durée de vie des aliments frais ou peu transformés ou modifier leurs qualités organoleptiques.

4 – les aliments ultra-transformés

Ces derniers impliquent des produits avec des formulations industrielles comprenant plus de 4 ou 5 ingrédients. Additifs alimentaires, protéines hydrolysées, huiles hydrogénées… tout est possible !

Les effets néfastes des AUT sur les patients atteints du syndrome de l’intestin irritable (SII)

Zoom sur les aliments ultra-transformés

Le hamburger, un aliment ultra-transformé

Le hamburger, un aliment ultra-transformé

Les aliments ultra-transformés (AUT) sont des produits dont la fabrication nécessite plusieurs étapes et techniques de transformations. Des produits qui nécessitent une variété d’ingrédients dont la majorité proviennent de l’industrie, auxquels on ajoute toute une gamme d’additifs. Ces AUT sont majoritairement prêts à manger, à cuire, ou à boire. Ils sont très agréables en goût, ne coûtent pas très cher et sont faciles à consommer. Ils sont en outre très souvent riches en sucres, en sel et en matières grasses. Et surtout, ils ont un index glycémique très élevé : ils provoquent un pic de glycémie dans le sang, et ce sucre sera ensuite stocké par le corps sous forme de graisse. Le rayon petit-déjeuner est d’ailleurs le plus concerné : Lanutrition.fr a révélé dans son enquête que 93 % des aliments de ce rayon sont des AUT.

Et sinon : Essayez un petit déjeuner avec un index glycémique faible. Vous vous régalerez tout autant !

Un exemple ? Pour 100g de filet de poulet que vous avez fait cuire vous-même, on dénombre 1,2g de glucides. Mais, pour 100g de nuggets, la teneur en glucides explose pour être à… 19,3g.

On pourrait croire que les AUT ne concernent que la malbouffe, comme les sodas, les frites et autres merveilles que l’on peut dévorer dans les fast-foods. Hélas, les AUT sont partout dans les rayons du supermarché de votre quartier. Le rayon diététique, comme le souligne Lanutrition.fr, contient 81 % d’AUT.

Les 10 aliments ultra-transformés qu’on n’ignorait pas vraiment

1 – bonbons et autres confiseries
2 – sodas
3 – plats préparés
4 – nuggets de poulet
5 – hot-dog
6 – poisson pané
7 – sauces et vinaigrettes
8 – soupes instantanées
9 – produits minceur
10 – saucisses.

Les 10 aliments ultra-transformés qu’on soupçonnait à peine

1 – céréales du petit-déjeuner
2 – laits infantiles
3 – yaourts aux fruits
4 – desserts lactés
5 – brioches
6 – boissons au lait
7 – sirops
8 – pizzas surgelées
9 – pâtisseries
10 – alcools suivi de distillation (vodka, rhum…)

Les AUT (aliments ultra transformés) responsables mais pas coupables ?

Contenu relu et validé par une diététicienne WeCook.

Sources

– ANSES, table CIQUAL.
– Moubarac JC et al., « Consumption of ultra-processed foods and likely impact on human health. Evidence from Canada. », Public Health Nutr, déc. 2013, 16 (12), p. 2240-8.
– Poti JM et al., « Is the degree of food processing and convenience linked with the nutritional quality of foods purchased by US households ? », Am J Clin Nutr, juin 2015, 101(6), p. 1251-62.
– Lanutrition.fr, qu’est-ce qu’un aliment ultra-transformé ?
– Lanutrition.fr, enquête dans les rayons « Petit-déjeuner » et « Diététique » d’une grande surface représentative de l’offre alimentaire en France.

Jonathan Epaillard

0 réponses à “Tout savoir (pour les éviter !) sur les aliments ultra-transformés (AUT)”

Laisser un commentaire

Bienvenue
Inscrivez-vous à notre newsletter, afin de recevoir toutes vos actualités.