Avez-vous l’impression que les terrasses des fast-food ne désemplissent pas ? Que les Français mangent de plus en plus mal ? C’est ce que nous pensions également. Mais un sondage mené par l’institut Ipsos sur les attitudes et tendances alimentaires des Français semble démontrer le contraire. Décryptage.

Les attitudes et tendances alimentaires des Français

L’institut de sondage Ipsos a réalisé un sondage pour INTERBEV sur un échantillon représentatif de la population française de 1066 personnes afin de comprendre leurs habitudes alimentaires. En effet, alors que le surpoids et l’obésité atteignent une prévalence sans précédent dans l’histoire de la civilisation occidentale, il est capital de comprendre l’origine de ce mal. Fait étonnant, les Français ont majoritairement un repas équilibré.

Les produits d’origine animale

Les sondés consomment en moyenne 3,4 fois de la viande (bœuf, porc…) chaque semaine. Si 7 % déclarent ne jamais en consommer, 38 % d’entre eux en mangent 1 à 2 fois par semaine ou 3 à 5 fois par semaine. Relevons aussi qu’ils sont 5 % à en manger entre 8 et 14 fois par semaine. Si l’on s’en tient aux recommandations nutritionnelles 2019, il ne faut pas excéder 500 g de viande par semaine, soit environ 4 steaks. Il semblerait que les Français suivent cette recommandation, sûrement sans en avoir conscience. D’ailleurs, les personnes interrogées sur la consommation moyenne de viande des Français estiment que ces derniers en consomment 7,1 fois par semaine en moyenne, une fréquence supposée bien plus conséquente que la réalité.

La volaille est un peu moins plébiscitée car le panel en mange 2,5 fois en moyenne sur une période de 7 jour. 57 % des sondés affirment en manger seulement 1 à 2 fois par semaine. Or, selon le PNNS 2019, c’est la viande blanche qu’il faut favoriser, au détriment de la viande rouge. Les œufs ne sont pas non plus le mets favori des Français qui en consomment en moyenne 2 fois par semaine.

Quant au poisson, le panel est un peu en-dessous des recommandations (2 fois/semaine), car la fréquence de consommation moyenne des 1066 personnes est de 1,6 fois sur une période de 7 jours.

Pour découvrir les recommandations nutritionnelles 2019 du PNNS :

Recommandations nutritionnelles 2019 : du changement ?

Les produits d’origine végétale

Le panel compose son assiette de féculents un peu plus de 5 fois par semaine (5,1), et les jeunes semblent davantage friands des pâtes, du riz et des pommes de terre. Petit bémol à l’égard du sondage Ipsos : nulle précision quant à la nature des féculents, sachant qu’il faudrait favoriser les féculents complets.

Les légumes et les crudités, il semblerait que tout le monde ait compris leurs bienfaits et leurs intérêts pour la santé. Les sondés mangent presque 7 fois par semaine des légumes (6,8), avec néanmoins une disparité conséquente entre les moins de 35 ans et les 60 ans et plus, respectivement 5,7 et 7,9 fois par semaine. Relevons en outre que 2 % déclarent ne jamais manger de légumes ni crudités et là, on se demande bien ce qu’ils peuvent mettre dans leurs assiettes.

Les fruits non plus ne sont pas les laissés-pour-compte des Français qui en mangent en moyenne 6,6 fois la semaine. Une nouvelle fois, un fort clivage est à observer : les moins de 35 ans en mangent 5,1 fois sur 7 jours, contre 8,1 fois chez les plus de 60 ans sur la même période de référence. Soulignons quand même qu’une autre disparité se dégage de ce panel : les femmes en consomment 7,2 fois par semaine, contre 5,8 fois pour les hommes.

La santé dans l’assiette ?

Les Français surveillent de près ce qu’ils mangent et estiment que leur alimentation est bonne pour la santé à 76 % et qu’elle leur apporte tous les apports nutritifs essentiels (77 %). Ils ont en outre un rapport à l’alimentation de plus en plus responsable : sur ces 5 dernières années – et autant de scandales sanitaires – 83 % du panel fait plus attention à la qualité des aliments achetés et 76 % surveille davantage l’origine des aliments achetés. Car on le sait, l’alimentation a un impact non négligeable sur la santé. Preuve en est : 77 % des personnes interrogées font davantage attention aux impacts de l’alimentation sur la santé et 76 % considèrent l’équilibre alimentaire plus crucial que jamais.

L’importance accordée à une alimentation saine et équilibrée semble corroborée par l’attention accordée à la provenance ou à l’origine de la viande achetée chez 81 % des sondés et 71 % d’entre eux n’achètent pas de viande si l’origine française n’est mentionnée ni sur l’emballage ni dans le magasin.

Et du plaisir !

Une autre bonne nouvelle : les Français perçoivent l’alimentation avant tout comme une source de plaisir à laquelle ils sont attachés (59 %). Et, d’une manière générale, le repas est un véritable moment de partage et de convivialité pour 65 % du panel. Chez les végétariens et les végétaliens, il s’agit d’un moment de partage et de convivialité dans seulement 39 % des cas, symptomatique de la difficulté chez cette population à faire respecter ses choix alimentaires.

Le plaisir passerait aussi par la confection de repas à partir de produits frais : 85 % cuisinent souvent un repas intégral sans aliments ultra-transformés, quand seulement 9 % reconnaissent se faire livrer à domicile et 21 % admettent manger rapidement (snacking, sandwich, fast-food). Si la France est considérée comme le pays du bien manger, ce n’est donc pas un hasard.

Enfilez le tablier pour régaler vos invités : la cuisine c’est (vraiment) bon pour le moral !

Source

– Ipsos, « Comportements alimentaires : les tendances de consommation des Français« 

Jonathan Epaillard