Des prédictions avec 20 à 30 ans d'avance sur la maladie : une énorme avancée pour la recherche

La maladie d’Alzheimer affecte, en France, 900 000 personnes et 225000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année. Selon l’OMS 50 millions de personnes sont atteintes de démence parmi lesquelles 60 à 70 % ont une maladie d’Alzheimer. Les recherches progressent, de récentes découvertes permettent actuellement de prédire la maladie d’Alzheimer avant l’apparition des premiers symptômes. Cependant, entre détection et guérison, il existe encore un monde.

Maladie d’Alzheimer et protéine bêta-amyloïde

La maladie d’Alzheimer est caractérisée par le dépôt anormal de la protéine bêta-amyloïde dans le cerveau. Ce dépôt est le résultat d’une réaction entre une « protéine précurseur amyloïde » et des enzymes qui entraîne l’augmentation de la molécule bêta-secrétase 1 (BACE 1). Pour savoir si le cerveau présente un taux élevé voire inquiétant de cette molécule, il faut pratiquer une ponction lombaire, on récupère du liquide céphalo-rachidien à l’aide d’une aiguille introduite en bas du dos au niveau de la colonne vertébrale. Cet examen peu douloureux est cependant délicat et lourd à pratiquer surtout au niveau de toute une population dans la démarche d’une prévention. C’est pourquoi, les chercheurs ont décidé de contourner cette procédure en pratiquant des analyses de sang, car lorsque la molécule bêta-secrétase est présente dans le cerveau, elle est repérable dans le sang de par les modifications qu’elle provoque.

DIETIS
Inscrivez-vous à notre newsletter

Une première étude, dont les résultats ont été publiés en 2017, montrait « une augmentation significative de l’activité plasmatique de BACE 1 chez les patients atteints de troubles cognitifs modérés (+53%) et chez les cas probables de maladie d’Alzheimer (+69%), par rapport aux sujets sains. De plus, les patients dont les « troubles cognitifs modérés » se sont transformés en « probable maladie d’Alzheimer » au cours du suivi clinique, présentent une activité de BACE 1 plus élevée que les patients souffrant de « troubles cognitifs modérés » restés stables, ainsi que les patients atteints de la maladie d’Alzheimer. »

L’analyse de sang : une mine d’informations sur votre état de santé

Un test plus sensible

En janvier 2018, une nouvelle étude, dont les résultats ont été publiés dans Nature, partait du même postulat, analyser le taux de BACE 1 dans le sang montrait des résultats plus précis que la première.  « À partir d’un petit échantillon de sang, notre méthode nous permet de mesurer le taux de protéines bêta-amyloïde, et ce, même si leur concentration est très faible », a expliqué Koichi Tanaka, biologiste moléculaire au Centre de développement de la médecine avancée pour la démence à Obu, au Japon. Ces résultats sont tellement précis et fins qu’ils pourraient prédire une maladie d’Alzheimer avec 20 voire 30 ans d’avance.


Une prise de sang pour prédire la maladie d’Alzheimer : une avancée majeure pour la recherche

Ce test ne constitue pas un traitement mais c’est un énorme progrès pour la recherche.  La maladie d’Alzheimer comporte un stade asymptomatique durant lequel aucun symptôme clinique n’est détectable. C’est pourquoi, les recherches sont longues car les personnes qui font partie des études ont déjà déclaré cette pathologie. Ils en sont donc à un stade débutant ou avancé, et le biologiste moléculaire Katsuhiko Yanagisawa, un des partcipants à la seconde étude précise : « À ce stade, des lésions cérébrales associées au bêta-amyloïde ont déjà eu lieu et il est peut-être trop tard pour les inverser ». Ce test représente donc une aide précieuse pour les laboratoires dans leurs recherches contre cette maladie.  Au-delà de trouver des porteurs qui n’ont pas encore déclaré cette pathologie, ce test permettrait de recruter plus facilement des sujets pour des essais cliniques. Rappelons qu’il n’en existe actuellement aucun !

L’alimentation a-t-elle un rôle à jouer dans la prévention et le suivi d’Alzheimer ?

Sources

– Fondation pour la Recherche sur Alzheimer,
Institut du cerveau et de la moelle épinière,
Nature.

Léa Coulanges

Laisser un commentaire

Bienvenue
Inscrivez-vous à notre newsletter, afin de recevoir toutes vos actualités.