Une analyse de sang est un examen biologique de réalisation simple et constitue un examen de surveillance. Elle peut aussi permettre de déceler des anomalies et aider à poser un diagnostic. LQDP vous aide à décrypter vos analyses de sang ! Cet article n’est pas destiné à vous faire paniquer : n’oubliez pas que les résultats sont transmis à votre médecin et qu’en cas d’anomalie, lui seul saura vous orienter.

Organisation d’une analyse de sang

Un bilan sanguin peut être plus ou moins complet. Les paramètres à mesurer dans votre sang sont choisis par le médecin en fonction du diagnostic envisagé ou des organes qu’il souhaite explorer. Vos résultats seront donc organisés en différentes parties. Vous retrouverez ainsi la numération de la formule sanguine, le bilan lipidique, le bilan rénal, le bilan hépatique…

La numération de la formule sanguine (NFS)

Cet examen est souvent demandé par les médecins car les paramètres mesurés permettent d’avoir une photographie de votre état de santé général. Il permettra de dire si vous souffrez d’une anémie, si vous avez une infection…

Qu’y retrouve-t-on ?

Les différents composants du sang y sont analysés :
– Les globules rouges, dont le rôle est de transporter l’oxygène des poumons vers les organes et de ramener aux poumons le gaz carbonique pour qu’il soit éliminé.
– Les globules blancs, ou leucocytes, qui interviennent notamment en cas d’infection. Ainsi un taux important de leucocytes peut traduire une inflammation, une infection, une allergie, un dysfonctionnement de la moelle osseuse… ou tout simplement une prise de certains médicaments. Il existe différents types de leucocytes et la variation de leur taux n’a pas forcément la même signification en fonction du type de leucocytes concerné. Voici quelques exemples :


Les plaquettes, qui jouent un rôle essentiel dans la coagulation du sang. Une augmentation du nombre de plaquette peut traduire une carence en fer, une maladie inflammatoire ou pleins d’autres problèmes. A l’inverse, une diminution du nombre de plaquette peut être due à une carence en vitamine B12, une infection virale ou même la prise de certains médicaments.

Pour confirmer une inflammation…

La NFS peut laisser suspecter une inflammation et des informations complémentaires viendront la confirmer ou non :
la vitesse de sédimentation, qui correspond à la quantité de sang coagulé dans le tube ou bout d’une ou deux heures (cela dépend des laboratoires). Ainsi, la vitesse de sédimentation peut permettre de diagnostiquer une inflammation aigüe ou chronique et cela quelle que soit sont origine.
la CRP (protein C-Reactive), cette protéine est fabriquée par le foie en cas d’infection. Un taux élevé, traduit donc la présence d’une infection ou d’une inflammation. Elle peut être préférée à la vitesse de sédimentation car son taux évoluera plus rapidement que la vitesse de sédimentation, en cas d’amélioration ou d’aggravation.

Pour dépister ou suivre un diabète…

La mesure de la glycémie à jeun sera demandée par votre médecin. La glycémie correspond au taux de sucre dans votre sang.
Chez les personnes déjà diabétiques, on mesurera aussi l’hémoglobine glyquée (HbA1c) qui permet d’estimer de manière rétrospective (3 mois environ) l’équilibre de la glycémie.

Le diabète de type 2

Pour dépister une anomalie lipidique…

Un excès de graisses dans l’organisme augmente le risque de développer une maladie cardiovasculaire. Pour prévenir cela, votre médecin peut demander de doser le taux de triglycérides et de cholestérol.
Pour le premier, l’interprétation est simple : un taux élevé de triglycérides traduit une hypertriglycéridémie qui peut être due à une alimentation riche en sucre, en alcool, en graisses. Mais cela peut aussi être dû à un diabète mal équilibré, à la grossesse, à l’obésité ou même une hypothyroïdie.

Pour le cholestérol, ça se complique. En vérité, on mesure 3 éléments :
Le LDL cholestérol plus connu sous le nom de « mauvais cholestérol ». Plus son taux est élevé, plus le risque cardiovasculaire est élevé : attention !
Le HDL cholestérol ou « bon cholestérol ». Ne vous inquiétez pas, plus son taux est élevé, mieux c’est !
Le cholestérol total

Sur le même sujet :

Faut-il aussi se méfier du bon cholestérol ?

Pour surveiller l’état de votre foie…

Les deux éléments les plus souvent dosés pour surveiller votre foie sont les gama GT et les transaminases :
Les gamma GT sont des enzymes sécrétées par différents organes : le foie, le pancréas, les reins. Une augmentation des gama GT peut donc tout aussi bien être l’expression d’une pathologie du foie (hépatite virale, obstruction des voies biliaires, alcoolisme) comme une pancréatite aigüe ou même l’obésité.
Les transaminases sont des enzymes qui ont une activité à l’intérieur même des cellules. Une augmentation de leur taux traduit le plus souvent une pathologie du foie : hépatite virale ou infectieuse ou toxique, une cirrhose…

Pour surveiller le fonctionnement de vos reins…

Le bilan rénal sera plus souvent demandé chez les diabétiques, les personnes âgées ou les personnes souffrant d’hypertension car la fonction rénale peut se dégrader avec l’évolution de leur pathologie ou avec le temps.
Aussi, plusieurs paramètres peuvent être mesurés :
la créatinine : elle provient de la dégradation de la créatine et est ensuite éliminée par les reins. Un taux élevé de créatinine dans le sang révèle donc un dysfonctionnement des reins.
Le DFG ou débit de filtration glomérulaire : souvent mesuré en même temps que la créatinine, il permet de détecter de manière précoce des perturbations de la fonction rénale. Et la valeur est obtenue avec une formule qui prend en compte plusieurs paramètre : votre âge, votre sexe et votre créatininémie.

Votre bilan sanguin vous paraîtra moins abstrait et plus clair désormais. Mais sachez qu’il existe encore tant d’autres paramètres qui peuvent être mesurés. De plus, aucune valeur moyenne n’a été donnée dans cette fiche car cela peut dépendre de nombreux critères et/ou du laboratoire d’analyses. Mais n’oubliez pas : votre médecin sera au courant de vos résultats et vous les expliquera si vous le souhaitez !

Sources

Assurance maladie, Ameli,
DocteurClic, un service santé assistance,
Roche,
Vulgaris médical.

Amandine Bonnet