Certains régimes alimentaires ne font pas seulement perdre du poids, mais luttent contre la prédisposition génétique à l'obésité

Les régimes alimentaires ont déjà démontré leurs bénéfices : pendant que certains permettent de perdre du poids, d’autres sont connus pour diminuer le risque de maladies chroniques – le régime alterné d’alimentation saine (AHEI – 2010) – ou pour réduire la pression artérielle, comme c’est le cas du régime DASH. C’est tout ? Eh bien non ! Une récente étude, parue dans le British Medical Journal, prouve que le suivi de bonnes habitudes alimentaires pourrait permettre de lutter contre la susceptibilité génétique à l’obésité.

L’importance du bien-manger

Les participants à cette étude ont été suivi durant 20 ans et, chez les sujets qui adhéraient le plus au régime AHEI – 2010, l’association entre la prédisposition génétique et l’évolution de l’IMC s’est vue significativement atténuée. Donc, sur le long terme, le suivi de meilleures habitudes alimentaires lutterait contre cette prédisposition. Preuve supplémentaire de la nécessité d’inciter les sujets à susceptibilité génétique à l’obésité d’adopter une alimentation saine !

Source

– Tiange Wang et al., « Improving adherence to healthy dietary patterns, genetic risk, and long term weight gain: gene-diet interaction analysis in two prospective cohort studies« , British Medical Journal, 2018, n° 360:j5644.

Jonathan Epaillard

0 réponses à “Un régime alimentaire pour minimiser les prédispositions génétiques à l’obésité ?”

  1. […] place de la chirurgie bariatrique est très discutée dans les obésités avec déficience intellectuelle, elle reste contre-indiquée dans les cas de troubles mentaux […]

Laisser un commentaire

Bienvenue
Inscrivez-vous à notre newsletter, afin de recevoir toutes vos actualités.