En hiver, au début du printemps ou pendant la période estivale, les épisodes de pollution aux particules fines sont très fréquents et se succèdent. Mais cette problématique n’est pas nouvelle. En effet, celle-ci est documentée depuis des siècles ! Les recherches ont évolué et ont permis d’identifier les différents types de polluants ainsi que leurs effets sur la santé. Voyons ensuite quelles peuvent être les conséquences sur la santé !

Pollution de l’air : quelles conséquences sur notre santé ?

Selon l’OMS, « le fait de respirer de l’air pur est considéré comme une condition essentielle de la santé et du bien-être de l’homme. Cependant la pollution de l’air continue de faire peser une menace important sur le plan sanitaire partout dans le monde […] ». Ainsi, selon le programme CAFE – Clean Air for Europe, dans les années 2000, les particules fines seraient à l’origine de 386 000 décès prématurés par an et 110 000 hospitalisations graves par an. De plus, la pollution causerait aussi une perte de neuf mois d’espérance de vie.

Les polluants sont des gaz ou des particules qui sont irritants et agressifs pour notre organisme. En pénétrant plus ou moins profondément dans notre système respiratoire, ces polluants peuvent provoquer des conséquences respiratoires mais aussi cardiovasculaires !

Bronchites aiguës ou chroniques

Les polluants fragilisent nos bronches qui se retrouvent ainsi plus sensibles aux virus et autres bactéries, provoquant ainsi des bronchites aiguës ou chroniques. 950 000 bronchites aiguës seraient dues à la pollution de l’air et on estime qu’elle provoque aussi 134 000 nouveaux cas de bronchite chronique.
On rappelle également que les bronchite chronique peut évoluer en BPCO qui, pour le coup, est une pathologie permanente et non réversible. Ainsi, 10 à 15% des cas de BPCO seraient dus à la pollution !

Crises d’asthme

On conseille souvent aux personnes asthmatiques d’éviter de sortir pendant les épisodes de pollution. Et pour cause : celle-ci déclenche ou aggrave l’asthme ! La pollution de l’air est incriminée dans 10 à 35% des cas d’asthme.

Le déclenchement des crises allergiques enfin élucidé ! Bientôt la fin des crises d’asthme ?

Allergie au pollen

1 personne sur 4 est touchée par une allergie respiratoire et le pollen constitue la principale source de gêne respiratoire devant les acariens, les poils d’animaux, les poussières et les moisissures. Et les personnes allergiques au pollen ont de quoi s’inquiéter car avec le réchauffement climatique la période de pollinisation s’allonge, augmentant ainsi la quantité de pollen dans l’air. Si à cela on ajoute un peu de pollution aux particules fines… c’est la catastrophe ! En effet, les particules fines contribuent à la libération accrue des protéines allergisantes des grains du pollen ! Les crises allergiques sont donc plus facilement déclenchées en cas de pollution !

Le top 5 des aliments anti-allergies

Cancers des poumons et des voies respiratoires

Les cancers sont multifactoriels et il est donc difficile de déterminer de manière précise le nombre de cancers liés directement à la pollution. Cependant les spécialistes estiment que la pollution est bel et bien un facteur aggravant.

D’autres effets non respiratoires…

D’autres conséquences ont été démontrées sur la santé. Ceux-ci ne sont pas en lien direct avec le système respiratoire. Il a ainsi été énoncé que la pollution pouvait être un facteur déclenchant des accidents vasculaires cérébraux, des infarctus du myocarde ou des angines de poitrine. Autre affection liée à la pollution… sur la fertilité masculine ! Et les hommes ne seraient pas les seuls concernés car la pollution favoriserait les naissances prématurées ou encore la mortalité intra-utérine.

Sources

– Inserm, Allergies, « un dérèglement du système immunitaire de plus en plus fréquent »,
– Airparif, Association de surveillance de la qualité de l’air,
– « 6 conséquences concrètes de la pollution de l’air sur la santé », CNews.

Amandine BONNET