L’antibiorésistance est aujourd’hui considérée comme un fléau par les plus hautes autorités. OMS, gouvernements, instituts de recherche, tous tirent la sirène d’alarme pour endiguer le développement de résistance bactérienne vis-à-vis de cette ancienne méthode de traitement qui touche désormais à ces limites. Le futur est-il dans le cannabis ?

Antibiorésistance

Depuis la découverte de Flemming en 1928, l’usage des antibiotiques s’est largement répandu. Santé humaine, santé vétérinaire, élevage, leurs applications sont multiples et parfois détournées de leur objectif primaire qui est de soigner humains et animaux des infections bactériennes. Aujourd’hui, cet usage répandu et non contrôlé favorise l’apparition de résistance dans certaines familles bactériennes. Au point que les antibiotiques ne sont de plus aucun recours face à certaines bactéries.

Des pistes encourageantes pour lutter contre l’antibiorésistance

Pour lutter contre l’antibiorésistance, la politique mise en place vise à raisonner l’usage des antibiotiques : usage non systématique, respect des indications et des posologies, … Le grand public, comme les professionnels de santé, a un rôle à jouer dans cette démarche.
En parallèle, des solutions de substitution émergent dans les milieux de la recherche :
– La greffe de microbiote fécal, notamment pour les infections récidivantes à la bactérie Clostridium difficile,

Les infections à Clostridium difficile, bête noire des hôpitaux

– La phagothérapie, qui utilise des virus qui s’attaquent aux bactéries,
– La mise au point de nouvelles classes d’antibiotiques…

Et le cannabis et antibiorésistance dans tout ça ?

Aussi inattendu que cela puisse paraître, le cannabis pourrait bien constituer une nouvelle piste de lutte contre l’antibiorésistance ! Ou plus exactement le cannabidiol (aussi connu sous le sigle CBD) : le cannabis (ou chanvre) contient de nombreuses molécules de la famille des cannabinoïdes parmi lesquels le delta-9-tétrahydrocannabinol (alias le THC) et le cannabidiol (alias le CBD). Tous sont des composés actifs, ce dernier n’ayant cependant pas de propriétés stupéfiantes.

Lors du dernier congrès de l’American Society for Microbiology, des chercheurs australiens ont présenté des données prometteuses sur le cannabidiol. Au cours d’études en laboratoire, ils ont montré que le cannabidiol avait des propriétés antibiotiques et était ainsi capable de tuer des bactéries. Cette activité a notamment été observée sur des bactéries responsables d’infections telles que Staphyloccocus aureus et Streptococcus pneumoniae, ainsi que sur des bactéries ayant déjà montré des signes de résistance vis-à-vis d’antibiotiques courants.
Couplée aux propriétés anti-inflammatoires du cannabidiol, cette nouvelle propriété s’avère donc particulièrement intéressante selon les chercheurs, qui veulent continuer à explorer la molécule.

Mais que les choses soient bien claires entre nous, il n’est pas (encore!) question ici de fumer de manière illicite pour traiter une infection !

Antibiorésistance : quand les bactéries font de la résistance

Sources

ANSM,
OMS,
–  Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MILDECA),
Le Monde.

Béatrice Février

Laisser un commentaire

Bienvenue
Inscrivez-vous à notre newsletter, afin de recevoir toutes vos actualités.