Une équipe du département de gastro-entérologie de l’Hôpital d’Ottawa a suivi les effets d’un traitement à l’infliximab chez des patients souffrant de maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) durant 17 ans. Et les résultats font office de douche froide ! 

L’Infliximab, un arrière-goût d’échec dans le traitement des MICI

Pourtant première médication biologique approuvée pour le traitement des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (maladie de Crohn et Rectocolite Hémorragique), les effets de l’Infliximab (aussi connu comme le Remicade®) sur la population canadienne ne suggèrent rien de bon. L’équipe de recherche a mesuré l’évolution du nombre d’hospitalisations et d’interventions chirurgicales inhérentes aux MICI, depuis 1995 jusqu’à 2012, l’Infliximab ayant été commercialisé au Canada dès 2001.

Or, chez les personnes souffrant de la maladie de Crohn, nulle amélioration n’a été constatée quant au nombre d’hospitalisations ou à la quantité d’interventions chirurgicales. Une légère baisse du nombre d’hospitalisations est néanmoins à souligner chez les personnes atteintes d’une rectocolite hémorragique. Le Dr Sanjay Murthy, auteur de ladite étude, ne cache pas son désarroi : « Ces résultats sont décevants pour une thérapie qui a démontré son efficacité à réduire les hospitalisations et les chirurgies liées aux MICI dans les essais cliniques. » Si les causes exactes de l’échec de l’Infliximab ne sont pas déterminées, l’auteur souligne qu’une « utilisation erronée de l’Infliximab chez les patients atteints de la maladie de Crohn peut expliquer en grande partie nos résultats de l’étude. »

Traiter la Maladie de Crohn avec le CBD et le THC : et si c’était la solution ?

Infliximab, de quoi parle-t-on excatement ?

L’infliximab (ou Remicade®, Inflectra®, Remsisma®, Fixabi®) est un anticorps monoclonal qui agit via l’inhibition d’une protéine excessivement produite par les malades de Crohn : le TNFα. Cette protéine est produite par les cellules de l’organisme et provoque l’inflammation, notamment en luttant contre certaines infections. L’infliximab est administré par voie intraveineuse et persiste dans l’organisme durant 2 à 3 mois.

L’Infliximab a obtenu son autorisation de mise sur le marché (AMM) pour la maladie de Crohn en 2000, puis élargie à d’autres pathologies (RCH, polyarthrite rhumatoïde, psoriasis…).

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter la fiche éditée par le Groupe d’Etude Thérapeutique des Affections Inflammatoires du Tube Digestif (GETAID).

L’efficacité d’un traitement chez l’enfant souffrant de la maladie de Crohn sur le banc d’essai

Sources

– Murthy SK , Begum J , Benchimol EI , et al., « Introduction of anti-TNF therapy has not yielded expected declines in hospitalisation and intestinal resection rates in inflammatory bowel diseases: a population-based interrupted time series study », Gut, juin 2019,
GETAID,
Pourquoi Docteur.