Ballonnements, maux de ventre, douleurs intestinales, reflux gastriques, les troubles digestifs sont fréquents et touchent beaucoup de français de manière intermittente ou chronique. Certaines personnes connaissent un vrai parcours du combattant auprès de spécialistes sans trouver de solutions ou de réponses à leur(s) problème(s). Alors, que peut apporter la naturopathie ?

Troubles digestifs et naturopathie : comprendre la genèse des troubles

Le rôle du naturopathe est de faire un travail de recherche approfondi afin de trouver l’origine des troubles en prenant la personne dans sa globalité : physique, émotionnelle, sociale voire spirituelle. Il agira ainsi en complément de la médecine conventionnelle. Les causes des troubles digestifs sont variées et peuvent être multiples : problèmes dentaires, hyperperméabilité intestinale, intolérance(s)/allergies alimentaire(s), candidose, stress/anxiété, alimentation déséquilibrée, troubles/faiblesses hépatiques (du foie)…

Lors de l’échange, le naturopathe questionne sur le parcours de santé depuis la naissance, sur l’environnement professionnel et familial, la gestion des émotions, l’activité physique… En faisant le point sur les différents troubles/déséquilibres rencontrés au cours de la vie, le naturopathe cherche à comprendre le « terrain » de la personne : acide, surchargé de toxines, inflammatoire…Il établit ainsi un bilan de vitalité afin d’apporter un conseil individualisé, adapté aux besoins.

Les troubles digestifs sont appréhendés selon les trois piliers de la naturopathie : l’alimentation, la gestion du stress et des émotions et l’activité physique.

L’alimentation

La prise en charge des troubles digestifs par le naturopathe passe par un réglage alimentaire. Il est en effet nécessaire d’avoir une alimentation adaptée aux besoins physiologiques. Le premier conseil sera cependant de bien mastiquer car la digestion commence dans la bouche ! À noter qu’il faut au minimum 20 minutes pour que le cerveau enregistre la sensation de satiété.

La plupart des personnes ont une alimentation dite acidifiante, composée de produits transformés, d’une surconsommation de produits laitiers et de viande ou encore de sucre. Cela entraîne une acidité tissulaire qui a un impact, entre autres, sur le système digestif. Le naturopathe recommandera donc de consommer des aliments alcalinisants pour contrebalancer l’acidité, notamment les légumes.

En cas de ballonnements et de sensibilité intestinale, la dissociation alimentaire peut être conseillée : manger les fruits en dehors des repas pour éviter les fermentations intestinales ou encore éviter de combiner des glucides avec des aliments acides (tel que le fameux pâtes – sauce tomate – fromage râpé). Si l’origine du problème est une candidose intestinale (une levure qui se transforme en champignon en se multipliant et colonise les intestins), il sera nécessaire de couper sa source de nourriture : le sucre.

Cependant, même un repas sain ne sera pas correctement assimilé par le système digestif s’il est mangé dans un état de stress (ou un environnement stressant), et donc entraînera des troubles digestifs. Le naturopathe sera donc attentif à cela.

Gaz et ballonnements : 10 astuces pour s’en débarrasser

La gestion du stress et des émotions

Le stress est en effet à l’origine de nombreux troubles digestifs : perte d’appétit ou au contraire tendance à manger de façon compulsive, ulcères, reflux d’acide, diarrhée ou au contraire constipation… Ne dit-on pas avoir la « boule au ventre » ou encore avoir « l’estomac dans les talons » lorsque nous sommes angoissés et que cela se répercute sur le système digestif ?!

En premier lieu, le naturopathe cherchera à renforcer les capacités du corps, sa vitalité, pour l’aider à faire face au stress : réparation de la muqueuse intestinale en cas d’hyperperméabilité, renforcement du microbiote intestinal, par des probiotiques/prébiotiques notamment, soutien du foie dans son rôle de détox, apport en vitamines et minéraux comme le magnésium.

Le naturopathe peut également avoir recours à : des plantes relaxantes, la gemmothérapie (utilisation des bourgeons), les fleurs de Bach, les huiles essentielles, la réflexologie plantaire ou autres techniques manuelles, des techniques de respiration (ex : la cohérence cardiaque ou la respiration ventrale). Enfin, l’activité physique sera un allié important.

L’exercice physique

L’activité a un impact positif au niveau du stress et donc sur la digestion. S’il n’est pas recommandé de bouger tout de suite après avoir mangé sous peine de mettre la digestion en pause et de créer des fermentations, une marche digestive (au minimum 30 minutes après un repas), favorise le péristaltisme intestinal, c’est-à-dire le mouvement des intestins qui permet de faire avancer le bol alimentaire de l’œsophage à l’anus.

D’autre part, l’activité physique, si elle est pratiquée avant 20h, améliore l’endormissement et la qualité du sommeil. Un corps et un esprit reposés sont plus aptes à faire face à des situations stressantes et à prendre du recul sur les événements.

Une activité physique régulière pour prendre soin de son microbiote intestinal

La naturopathie, par une approche holistique, peut donc aider à améliorer le bien-être digestif, agir en prévention ou encore en accompagnement de traitements allopathiques. Cependant, cela ne dispense pas d’un suivi médical. Les conseils proposés ne sont pas des prescriptions ; seuls les médecins sont habilités à cela.

Lucie Ribault
Naturopathe – Iridologue à Nantes,
certifiée et validée par le réseau Medoucine

Laisser un commentaire

Bienvenue
Inscrivez-vous à notre newsletter, afin de recevoir toutes vos actualités.