Ni votre mère ni votre professeur de sport ne vous ont menti : pratiquer une activité physique est bon pour la santé. Nous savions déjà que c’est bénéfique pour le cœur, pour le capital musculaire ou encore pour la gestion du stress. Mais ce n’est pas tout : les bienfaits du sport sur le microbiote intestinal semblent avérés ! 

Pour en savoir plus sur le microbiote intestinal :

Tout savoir sur le microbiote intestinal

Les bienfaits du sport sur le microbiote intestinal révélés par la science

La pratique d’une activité physique influerait considérablement sur la composition et l’activité de notre microbiote intestinal. L’équipe de recherche dirigée par Jeffrey Woods a transplanté de la matière fécale de souris sédentaires ou actives chez des souris dépourvues de germes. Résultat ? Les rongeurs ayant bénéficié de transplantation de microbiote issu d’un congénère sédentaire résistaient moins bien aux dommages tissulaires, et l’inflammation augmentait. En outre, le microbiote de ces mêmes souris contenait moins de butyrate, un acide gras à chaîne courte qui contribue à une meilleure absorption intestinale. Cependant, les rongeurs disposant d’un microbiote de souris actives étaient bien plus résistantes aux colites ulcéreuses.

L’activité physique responsable d’une altération du microbiote intestinal

Une autre étude, non plus sur les souris mais sur l’Homme, souligne que le sport est bénéfique au microbiote intestinal. Des échantillons de sang et de selles de 18 adultes maigres et 14 obèses sédentaires ont d’abord été prélevés. Puis, les participants ont pratiqué des séances de sport axées sur l’effort cardio-vasculaire (marche rapide, vélo, course à pied). Des séances de 30 à 60 minutes, trois fois par semaine. Ensuite, de nouveaux prélèvements ont été effectués six semaines après le début de l’étude, et six semaines après un retour à un quotidien sédentarisé. Une nouvelle fois, le taux de butyrate (l’acide gras contribuant à une amélioration de l’absorption intestinale) augmentait en cas d’activité physique, notamment chez les sujets maigres. Et six semaines après l’arrêt de la phase sportive, le microbiote intestinal est revenu à son niveau initial.

L’échantillon de ladite étude reste faible. Mais les résultats tendent à prouver qu’une activité physique régulière altère la composition du microbiote intestinal. D’ailleurs, Nathalie Delzenne, professeure de biochimie et de nutrition à l’Université catholique de Louvain, le rappelle dans Le Monde : «  même si elle est menée sur un nombre limité de personnes, l’étude démontre que certains changements de composition et d’activité sont associés à l’activité physique, et que ces effets sont réversibles ».

Une raison de plus de se remettre au sport.

Et sinon, le régime méditerranéen permet lui aussi de diversifier son microbiote :

Le régime méditerranéen fait du bien à votre microbiote

Sources

– J. A. Woods. et al., « Exercise training-induced modification of the gut microbiota persists after microbiota colonization and attenuates the response to chemically-induced colitis in gnotobiotic mice. », Gut Microbes, mars 2018, 9(2), p. 115-130.

– J. A. Woods. et al., « Exercise Alters Gut Microbiota Composition and Function in Lean and Obese Humans. », Medicine & Science in Sports & Exercise, avril 2018, 50(4), p. 747-757.