Si le collagène est souvent la star des produits de beauté, c’est parce qu’il participe aux processus de cicatrisation , prévient la sécheresse cutanée et donne bonne mine. Cependant, le collagène utilisé depuis des millénaires est très peu connu. Qu’est-ce que le collagène ? Comment l’utilise-t-on ? Voici quelques éclaircissements.

Le collagène, une protéine indispensable…

Le collagène est une protéine fibreuse naturelle , la plus abondante du règne animal. Cette protéine confère aux différents tissus comme les os, la peau, le cartilage, les muscles ainsi que les parois des vaisseaux une bonne cohésion.

S’il est indispensable aux processus de cicatrisation, c’est parce qu’il garantit la régénération des tissus mais aussi la résistance mécanique. Le collagène est inextensible et résiste bien à la traction (il faut l’étirer vraiment longtemps avant qu’il ne se rompe). Selon la cellule où il se trouve, le collagène est différent : il en existe différents types. Aujourd’hui, on comptabilise pas moins de 28 collagènes différents . Le collagène le plus courant est celui de type I, présent dans les os, la peau, les tendons, la cornée… Sa déficience entraîne l’ostéogenèse imparfaite (la maladie des os de verre) ou certaines maladies rares (syndrome d’Ehlers-Danos).

L’expression du collagène de type I est modifiée dans un grand nombre de situations physiologiques. Lors du développement embryonnaire notamment, on observe une augmentation de la synthèse du collagène de type I dès le huitième jour du développement. En son absence, l’embryon meurt in utero après treize jours de gestation.

… et vieille comme le monde

Le terme collagène vient du grec et signifie producteur de colle (Kolla veut dire colle). C’est la plus ancienne colle utilisée depuis l’Antiquité : les Égyptiens, les Amérindiens, le connaissaient déjà. Cette colle était composée surtout de déchets de boucherie (sabots, cornes…). Aussi ancienne que la colle, l’industrie du cuir utilise également le collagène : le cuir est en effet du collagène du derme spécialement traité avec des agents tannants. Autrefois, les cordes des instruments de musique étaient aussi issues de produits animaux, et donc de collagène.

Plus récemment, en chirurgie et en médecine, le collagène permet d’innover. Ainsi, le catgut, ce fil utilisé en chirurgie, est du collagène de la sous-muqueuse intestinale des mammifères. Certains pansements, notamment ceux utilisés pour les grands brûlés, sont à base de collagène.

Enfin, le collagène est également largement utilisé en cosmétique

Les différents collagènes utilisés en cosmétique

Il existe plusieurs formes de collagène :

– Le collagène bovin . Il est extrait de la peau de bovins, stérilisé et liquéfié. Il est injecté dans les lèvres (pour les gonfler), sous les rides pour les estomper. Il présente des risques importants d’allergies.

– Le collagène humain , un autre collagène injectable. Il provient de donneurs, est plus cher mais présente des risques d’allergie moindres. Les effets de ces collagènes ne durent que trois mois environ. Ils sont, en effet, absorbés par le corps.

– Le collagène marin . Il provient de l’industrie agroalimentaire, le plus souvent de poissons ou de crustacés. Utilisé sous formes de crèmes, il est recommandé contre les rides, ridules mais aussi pour améliorer la protection, l’hydratation, l’élasticité et la qualité de la peau.

En complément alimentaire, il est également conseillé aux personnes âgées et aux sportifs. Il favorise la stimulation de la synthèse endogène (celle produite par le corps lui-même) qui permet de reconstituer de l’os. Et il a des effets positifs sur le confort articulaire, et la mobilité des articulations. Si le collagène marin a longtemps été difficile à trouver, il est aujourd’hui plus facile d’acheter du collagène marin en ligne au besoin, dans des boutiques fiables qui certifient la provenance de leurs produits.

Collagène marin et confort articulaire

Presque toutes les articulations mobiles sont recouvertes d’une membrane synoviale qui sécrète du liquide gras. Ce liquide est notamment riche en collagène. Cette protéine a une grande importance pour le bon fonctionnement des articulations et du cartilage. Mais avec l’âge et la production de collagène en baisse , les douleurs articulaires apparaissent. Dans certains cas, une supplémentation alimentaire en collagène marin est suffisante.

Des études américaines observent une meilleure mobilité des personnes, une réduction des douleurs et une action anti-inflammatoireaussi efficace que celle de l’ibuprofène. Pour ressentir son efficacité, les cures doivent durer au moins 1 mois de façon plus ou moins prolongée, d’une fois par an à plus régulièrement. Il faut également utiliser un bon dosage : entre 8 et 10 gr par jour.

Le collagène marin (parmi les nombreux bienfaits des produits de la mer ) présente également des bénéfices secondaires : il a des effets positifs sur les lésions ligamentaires et musculo-tendineuses. Ainsi, il améliore les capacités des sportifs en prévenant certaines blessures, surtout lorsqu’ils les sollicitent de façon régulière et violente (courses, ski…). Mais, cette protéine peut également être utile dans la lutte contre l’ostéoporose en améliorant la densité osseuse et minérale de l’os, ainsi que sa résistance.

La peau et le collagène

Le vieillissement cutané entraîne l’apparition des rides, ridules, les vergetures, bref tout ce qui montre un certain relâchement de la peau. Ce vieillissement peut être causé soit par des facteurs génétiques, soit par des expositions aux UV. Ils produisent en effet des radicaux libres qui fractionnent le collagène, générant ainsi le vieillissement cutané prématuré ou photo-vieillissement. À ces deux facteurs, ajoutons :
– La diminution de l’activité des cellules productrices de collagène : en effet avec l’âge notre production de collagène diminue, on perdrait 1 % par an de production de collagène à partir de 30 ans ;
– L’activation avec l’âge, ou par l’action des rayons UV, des enzymes qui dégradent cette protéine.

De plus, avec l’âge, les interactions existant entre ces fibres protéiques et les fibroblastes diminuent, désorganisant et relâchant le réseau dermique. Dans le même temps, les pontages du collagène se démultiplient. La diminution des enzymes qui empêchent l’agglomération et par la suite la rigidification et la rupture des fibres de cette protéine aboutit à une rigidification croissante des fibres : c’est la glycation, ou la fixation de glucose sur des groupements aminés du collagène.

Le collagène est donc important pour la jeunesse de la peau. C’est pourquoi l’industrie cosmétique invente de plus en plus de formules pour pallier les effets du vieillissement.

Léa Coulanges

Laisser un commentaire

Bienvenue
Inscrivez-vous à notre newsletter, afin de recevoir toutes vos actualités.