Les poils, à quoi ça sert ?

Ils sont plus ou moins courts ou longs, épais ou fins, mais… sont tous extrêmement utiles. Les cheveux forment un casque qui protège le crâne à la fois du froid et du soleil. Les sourcils empêchent la sueur qui perle sur le front lorsque l’on transpire de couler dans les yeux, ce qui brouillerait la vue. Les cils retiennent poussières, insectes et autres corps étrangers qui risqueraient de pénétrer dans les yeux. Les poils du nez et des oreilles servent eux aussi de filtres. Grâce aux poils des aisselles, la peau située sous les bras et sans cesse soumise à des frottements est moins irritée. Les poils qui recouvrent le corps, même s’ils sont fins, si fins que parfois on ne les voit pas à l’œil nu, forment une légère couverture qui protège le corps des rayons ultraviolets mais surtout lui permettent, en se hérissant, de se réchauffer. Quant à ceux situés sur les parties génitales, ils maintiennent les organes à l’abri. Enfin tous contribuent à limiter le desséchement de la peau, grâce au sébum produit par les glandes sébacées situées à la base de chaque poil. Alors, oui, vive les poils !

A-t-on des poils sur tout le corps ?

Oui, ou presque. L’homme est un des rares mammifères dont le corps n’est pas recouvert de fourrure. Et pourtant, s’il semble presque nu, le corps humain est entièrement couvert d’un fin duvet de poils, qui s’épaississent en certains endroits : la tête (les cheveux, les cils, les sourcils et la barbe pour les hommes), les aisselles et les parties génitales. Seuls l’intérieur des mains, le dessous des pieds et les ongles en sont dépourvus.

L’info en plus

Notre tête comporte en moyenne 120 000 cheveux qui poussent d’environ 2 à 3 mm par semaine pendant quelques années.

Comment poussent-ils ?

comment poussent les poils ?

Chaque poil prend naissance sous la peau, à l’intérieur d’une gaine, le follicule pileux, qui se termine par une renflement : le bulbe. Celui-ci est nourri par des vaisseaux sanguins chargés de fournir les nutriments. Le poil pousse au fur et à mesure que s’accumule la kératine, une protéine produite par des cellules situées au fond du follicule. À peine formées, ces cellules poussent les précédentes qui meurent aussitôt et se rigidifient. Elles mourront à leur tour quand apparaîtront de nouvelles cellules. Et tout cela ne prend pas plus d’une journée !

D’où vient leur couleur ?

Des mélanocytes, de grandes cellules en forme d’étoiles situées à la base du follicule pileux. Elles fabriquent deux types de pigments : l’eumélanine d’un brun-rouge pouvant foncer jusqu’au noir et la phaeomélanine, tirant plutôt vers l’orangé. C’est la quantité et la proportion de ces pigments qui déterminent la couleur des cheveux. Un cheveu noir de jais sera par exemple riche en eumélanine. La palette de couleurs est large et variée, admettant d’innombrables nuances. Lorsque nous vieillissons, le corps produit moins de mélanine. Les cheveux perdent progressivement de leur couleur jusqu’à devenir blancs.

Cheveux lisses, cheveux frisés, crépus… Pourquoi ?

Les responsables sont les follicules, ou plus exactement la forme des follicules et de leur implantation dans le cuir chevelu. S’ils sont bien ronds, le cheveu sera lisse. S’ils sont ovales et disposés de façon à former un angle avec le cuir chevelu, le cheveu sera plus ou moins frisé. Et tout cela est héréditaire !

Pourquoi certaines personnes sont-elles chauves ?

les étapes de la calvitie chez l'homme

Le cycle de croissance d’un cheveu dure en moyenne entre 3 et 7 ans. Après il tombe et un autre le remplace. Il arrive qu’une hormone, la DHT, ou dihydrotestostérone se déclenche et active le follicule pileux pour qu’il produise des cheveux de plus en plus rapidement. Cela concerne davantage les hommes que les femmes. Or le nombre de cycles de pousse du cheveu, au cours d’une vie, est limité (environ une vingtaine, ce qui normalement suffit à ce qu’on ait des cheveux toute notre vie). La durée des cycles étant réduite, les cheveux cessent de pousser avant l’âge… Et contre cela il n’y a rien à faire.

Pourquoi a-t-on parfois la chair de poule ?

Lorsqu’il fait froid, les poils se hérissent. La peau est alors parsemée de petits points : c’est la chair de poule. La surface de la peau est couverte de centaines de milliers de minuscules capteurs qui fonctionnent comme une station météo. Quand la température extérieure descend, ils envoient un message au cerveau pour lui signaler qu’il fait froid. Le cerveau ordonne aux tout petits muscles dits « arrecteurs » fixés à la base de chaque poil de se contracter. Les poils se dressent, et ce faisant, tirent sur la peau, d’où les petits points. Ils forment ainsi une petite couverture qui permet au corps de se réchauffer. Cela se produit aussi lorsqu’on a peur. C’est le même mécanisme qui est à l’œuvre, sauf qu’en ce cas, le corps se prépare à fuir.

Delphine Godard

Laisser un commentaire

Bienvenue
Inscrivez-vous à notre newsletter, afin de recevoir toutes vos actualités.