Ça y est, l’hiver pointe son nez rouge, et avec lui s’invite une cohorte de désagréments : goutte au nez, lèvres gercées, joues rouges, doigts gourds etc. Mais pourquoi tout ça ? 

Pourquoi se met-on à trembler quand il fait froid ?

Pourquoi se met-on à trembler dès qu'il fait froid ?

Pour se réchauffer ! C’est une réaction réflexe. Le corps est en danger, il doit lutter contre le froid et vite. C’est donc directement de la moelle épinière que part l’influx nerveux, avant même que le cerveau ait pu réagir. Les muscles, sollicités, se contractent rapidement pour produire de la chaleur.

On tremble, on claque des dents, on grelotte. Mais les muscles ne peuvent pas se mobiliser très longtemps, c’est épuisant pour le cœur et les poumons qui doivent approvisionner les muscles en plus grande quantité de nutriments et d’oxygène.

Au bout de quelques heures, les muscles cessent de se contracter. La température interne du corps chute, c’est l’hypothermie. Si elle passe en-dessous de 28° C, les organes peuvent être endommagés, et le cœur cesser de battre.

Pourquoi a-t-on les doigts gourds ?

Parce que les vaisseaux qui irriguent la peau des doigts, lorsque la température chute, voient leur diamètre diminuer. C’est « la vasoconstriction ». Les doigts recevant moins de sang, deviennent gourds, parfois blancs.

Pourquoi a-t-on les doigts gourds quand il fait froid ?

À quoi ça sert ?

Confronté au froid, le corps doit se mobiliser pour maintenir sa température interne autour de 37 °C. En dessous, les cellules peuvent être endommagées et moins bien fonctionner. Les muscles se mettent à trembler pour produire de la chaleur, les poils se hérissent pour former un duvet protecteur, etc.

Le cœur fournit donc un gros effort, et sa priorité, ce sont les organes vitaux. Afin de limiter la déperdition de chaleur dans les zones périphériques (doigts, mais aussi oreilles, nez, joues, etc.), les vaisseaux situés sous la peau rétrécissent, au risque de provoquer des engelures. D’où l’importance de bien se couvrir (écharpe, gants, cache-nez, etc.). Quand la chaleur revient et que le sang se remet à circuler normalement, peuvent apparaître des picotements.

Pourquoi a-t-on le nez qui coule ?

Pourquoi a-t-on le nez qui coule quand il fait froid ?

La muqueuse qui tapisse l’intérieur du nez sécrète en permanence un liquide, le mucus, qui emprisonne micro-organismes, poussières et autres corps étrangers. Ils seront détruits plus tard, lors de la digestion. Cette muqueuse est parcourue de nerfs, qui lorsque la température descend en dessous de 10 °C, envoient un signal au cerveau pour lui demander d’en sécréter davantage, afin de protéger au mieux notre nez, véritable porte d’entrée de notre organisme. Mais ce n’est pas tout.

Le nez a aussi pour fonction de réchauffer l’air avant qu’il n’entre dans les poumons. Quand nous expirons, c’est donc un air réchauffé que nous expulsons. Au contact du froid extérieur, la vapeur d’eau qu’il contient se condense. Se forment alors ces fameuses petites gouttes disgracieuses, et tellement exaspérantes !

Et, pourquoi a-t-on les lèvres gercées ?

Exposée à un air froid et sec, la peau des lèvres, particulièrement fragile, se dessèche. Ne produisant pas de sébum – cette substance grasse qui forme un film protecteur sur la peau -, elle se déshydrate rapidement. Les lèvres se gercent et se fendillent.

Si en plus vous vous passez la langue sur les lèvres, c’est pire, la salive les asséchant encore davantage. Il faut donc songer à les hydrater le plus possible, en appliquant un baume et surtout en buvant de l’eau…