Les produits d’hygiène et de santé intime sont couramment utilisés par la gent féminine. D’après une étude canadienne publiée en 2018, 95% des femmes interrogées reportaient l’usage de l’un de ces produits dans la sphère uro-génitale. Et certaines utilisaient jusqu’à 14 produits différents ! Crèmes, lingettes, gels, lotions, mousses, lubrifiants, … le choix est large et les arguments marketing nombreux. Pour autant les produits d’hygiène intime sont-ils vraiment utiles ?

NON, les produits d’hygiène intime ne sont pas nécessaires

Bénies de bonnes intentions, nombreuses sont celles qui ont déjà procédé à des lavements, des douches ou autres techniques de « nettoyage » vaginal. On vous le dit de suite : arrêtez tout ! La nature étant bien faite, elle nous a doté d’un organe au top :
– Notre vagin produit naturellement des sécrétions. Ces pertes sont normales tout au long de la vie des femmes. Elles permettent d’éliminer les cellules mortes et les potentiels pathogènes qui souhaiteraient s’installer dans notre intimité.
– Notre vagin est envahi par une flore spécifique : le microbiote vaginal. Composé en majorité de bactéries de type Lactobacilles, ce microbiote nous protège contre les infections en occupant l’espace et en maintenant un milieu acide, défavorable au développement des agents pathogènes (bactéries, levures, champignons…).

La Révolution rose ou tout savoir sur le microbiote vaginal

Dans ces conditions, l’usage des produits d’hygiène intime peut s’avérer contre-productif. Ils peuvent provoquer diverses perturbations telles qu’une sécheresse cutanée, une modification de la flore, une acidification du milieu, etc. et ainsi favoriser certains désagréments…
Il en est de même pour le lavage externe : la peau y est fragile, et l’utilisation de produits d’hygiène ou un nettoyage trop fréquent et/ou trop agressif peut lui être nuisible.

OUI les produits d’hygiène intime peuvent être intéressants pour un nettoyage en douceur !

Normalement, l’hygiène intime ne nécessite pas l’usage de produits spécifiques. Un savon doux est par exemple suffisant pour le lavage externe. Cependant en cas d’irritation, de sensibilité, ou encore de sécheresse, les produits d’hygiène intime peuvent s’avérer intéressants.

Pour autant, l’étude canadienne citée plus haut a mis en évidence une association forte entre l’usage de produits d’hygiène ou santé vaginale/génitale et le risque de présenter des troubles urinaires ou génitaux. Ainsi les femmes ayant utilisé ces produits ont 3 fois plus de risque de présenter une vaginose bactérienne, une mycose, une infection urinaire ou une maladie sexuellement transmissible que les femmes qui n’en utilisent pas ! attention, l’étude réalisée ne permet pas de définir une relation de cause à effet entre les 2 situations (utilisation des produits et risque de troubles), mais elle démontre néanmoins un lien manifeste entre elles.

Déséquilibre du microbiote vaginal, encore un problème féminin !

Donc inutile de se précipiter vers les produits d’hygiène intime, leur usage doit rester occasionnel, lorsque la situation le nécessite.

Les bases de la toilette intime féminine

Dans la pratique, pour une bonne hygiène intime, gardez en tête ces quelques règles :
– On utilise ses mains et pas un gant de toilette (nid à microbes)
– On évite les produits irritants, parfumés, colorés. Le meilleur produit reste un savon doux, sans parfum et au pH neutre
– La toilette doit rester externe (on n’introduit pas d’eau ou tout autre produit dans le vagin !)
– Exit les lotions, parfums, déodorants après la toilette intime
Pas plus de 2 toilettes intimes par jour

Sources

Ameli,
– Crann SE, Cunningham S, Albert A, Money DM, O’Doherty KC, « Vaginal health and hygiene practices and product use in Canada : a national cross-sectional survey » BMC Womens Health., mars 2018, 18(1), 52,
Les joies d’en bas, de N. Brochmann et E Støkken Dahl. Editions Actes Sud. Janvier 2018,
Pourquoi Docteur.

Béatrice Février

Laisser un commentaire

Bienvenue
Inscrivez-vous à notre newsletter, afin de recevoir toutes vos actualités.