Le microbiote, on en entend sans cesse parler depuis plusieurs mois. Longtemps mésestimé voir ignoré par la science, il est aujourd’hui au cœur de toutes les préoccupations. Si vous voulez tout savoir sur le microbiote, vous êtes au bon endroit.

Qu’est-ce que le microbiote ?

Le microbiote désigne littéralement l’ensemble des micro-organismes peuplant un microbiome, c’est-à-dire un milieu de vie bien défini. Le microbiote correspond donc à des bactéries, champignons non pathogènes, virus ou bien protiste (être vivant unicellulaire) vivant dans un écosystème défini. Ainsi pourrons nous parler, pour l’Homme, de divers microbiotes dont :
– Le microbiote intestinal : les micro-organismes vivants au niveau de la sphère digestive,
– Aussi le microbiote vaginal : les micro-organismes vivants au niveau du vagin,
– Le microbiote cutané : les micro-organismes vivants sur la peau,
– Encore le microbiote placentaire : récemment, des micro-organismes ont été identifiés au niveau du placenta, même lorsque la grossesse est dite normale
– Et le microbiote des organes sexuels masculins : micro-organismes présents chez les hommes au niveau de l’appareil génital.

Il y a aussi :

Le microbiote fécal illustré

Pourquoi vit-on avec tous ces micro-organismes sur nous et en nous, alors même que nous vivons dans des pays où l’hygiène est entrée dans nos mœurs depuis déjà quelques décennies ? Pourquoi ne pouvons-nous pas nous débarrasser de ces petites bêtes, alors même que nous essayons d’être de plus en plus aseptisés ? Ce serait une erreur de croire que ces micro-organismes sont nuisibles, et ce serait une erreur de s’en débarrasser, car nous ne pouvons pas vivre sans eux ! Et ces micro-organismes nous sont d’une utilité imparable, nous vivons avec eux une véritable histoire sur le long terme, histoire que l’on appelle communément « symbiose ». En d’autres termes, nous vivons une association biologique, durable et réciproquement profitable, entre deux organismes vivants.

Le microbiote vaginal

Il comprend entre 100 millions et 1 milliard de micro-organismes/ml de sécrétions vaginales. Il est composé de lactobacilles (Lactobacillus iners, L. crispatus, L. gasseri, etc…). L’objectif de ce microbiote est de défendre la cavité vaginale des infections microbiennes ou bien des maladies sexuellement transmissibles. L’utilisation d’antibiotiques, un déséquilibre hormonal pourraient faire varier l’équilibre de ce microbiote et exposer la femme à différentes agressions microbiennes.

Le microbiote cutané

Il est composé de bactéries comme Staphylococcus epidermidis, Staphylococcus hominis (bactéries commensales communes), Streptococcus mitis, Propionibacterium acnes, Corynebacterium spp., Acinetobacter johnsoni, et Staphylococcus warneri etc… La nature des souches présentes sur la peau est variable selon les zones anatomiques de la peau. Cette variabilité dépend en partie de la température, de l’humidité ainsi que du contenu lipidique de la peau. Ainsi définit-on les zones grasses (visages, cuir chevelu), les zones humides (l’intérieur des narines, les aisselles, le sillon interfessier) et les zones sèches (les bras, les paumes des mains). Les propionibactéries prédominent dans les zones grasses, les corynébactéries et les staphylocoques sont abondants dans les zones humides.

Le microbiote placentaire

Quant au microbiote placentaire, il a été démontré que des souches d’E. coli non pathogènes étaient retrouvées au niveau placentaire, ainsi que Prevotellatannerae et des espèces Neisseria non pathogènes. Ce microbiote placentaire est similaire au microbiote de la cavité buccale, ce qui est surprend les chercheurs. Cette découverte relativement récente est une révolution dans le monde de la recherche, puisque tout le monde s’accordait à dire que le placenta était stérile. De plus amples travaux sont en cours afin d’explorer et de mieux comprendre ce microbiote placentaire.

Le microbiote intestinal

Il s’agit du microbiote le plus conséquent de l’organisme, avec pas moins de 1012 à 1014 micro-organismes, ce qui représente 2 à 10 fois plus le nombre de cellules qui constituent notre corps. Cela correspond en moyenne à 2 kg de micro-organismes ! Nous avons beaucoup de choses vous dire concernant le microbiote intestinal. Aussi rendez-vous par ici :

Tout savoir sur le microbiote intestinal

Sources

– Jeremy Di Domizio et al., « Le microbiote cutané : le poids lourd sort de l’ombre », Rev Med Suisse, 2016, volume 12, 660664.
– Lise Loumé, « Les bactéries colonisent aussi le placenta », Sciences et Avenir, mai 2014.

Raphaëlle Santarelli

Laisser un commentaire

Bienvenue
Inscrivez-vous à notre newsletter, afin de recevoir toutes vos actualités.