Découvrez aussi le petit-déjeuner idéal proposé par une diététicienne afin de limiter l'hyperglycémie post-prandiale

Quand on est diabétique, il est important de remettre à plat son alimentation, car elle joue un rôle prépondérant dans la régulation de sa glycémie. Et ce peut être parfois un casse-tête, surtout lorsque l’on découvre sa maladie. Alors, pour un petit-déjeuner optimal afin de réguler sa glycémie, ce repas doit être idéalement pauvre en glucides !

Chez le diabétique de type 2 : on opte pour un petit-déjeuner pauvre en glucides

Contre toute attente, la diminution des glucides lors du petit-déjeuner pourrait avoir un effet bénéfique sur la régulation de la glycémie chez le patient atteint de diabète de type 2. Une équipe canadienne a en effet étudié l’impact d’un petit-déjeuner très pauvre en glucides, et un petit-déjeuner riche en lipides, et ce dans le but de voir si cette stratégie est payante pour limiter l’hyperglycémie post-prandiale.

Pour cela, des patients atteints de diabète de type 2 ont consommé 2 types de petit-déjeuner :
1- Un petit-déjeuner pauvre en glucides (moins de 10%) et riche en lipides (plus de 85%) et le reste en protéines (moins de 15%)
2- Ou un petit-déjeuner suivant les principes des recommandations alimentaires habituelles, à base d’avoine, riche en glucides (environ 55%), pauvre en graisses (30%) et le reste en protéines (15%).

Les deux petit-déjeuners sont isocaloriques, c’est-à-dire qu’ils apportent le même nombre de calories. Seuls les petits-déjeuners ont été testés, le diner et le déjeuner restent les mêmes.

Et les résultats sont sans appel : le premier petit-déjeuner limite de façon significative l’hyperglycémie post-prandiale, avec une diminution de la réponse glycémique de 74%, sans affecter la glycémie suite au dîner ou suite au déjeuner. Il en résulte une diminution de l’exposition journalière à une hyperglycémie. Par ailleurs, le petit-déjeuner plus gras induit également une atténuation de la faim au moment du diner.

Tout savoir sur les variations de la glycémie

Les recommandations habituelles à adapter pour les personnes atteintes de diabète de type 2

On recommande en général, pour un adulte bien portant, de privilégier un petit-déjeuner avec :
– 1 produit céréalier : pain complet, céréales ;
– 1 boisson pour hydrater le corps ;
– 1 produit laitier : lait, yaourt, fromage blanc, 1 portion de fromage ;
– 1 fruit : de saison de préférence et frais.

Et les recommandations pour un diabétique sont à peu près similaires, en focalisant plus encore sur les produits céréaliers plutôt complets. Mais ce type de repas est très riche en glucides ! Alors que l’étude qui montre qu’un petit déjeuner riche en lipides se base sur un petit-déjeuner à base de :
– 2 œufs ;
– 3.5 cuillères à soupe de crème fouettée ;
– 0.5 tasse de cheddar ;
– 1 tasse d’épinards ;
– 1 peu de margarine ;
– 1 café avec un peu de crème.

Des études complémentaires ont montré qu’un petit-déjeuner riche en glucides, induisant une hyperglycémie post-prandiale plus importante, augmente l’oxydation des LDL-cholestérol et est plus associé à un risque d’athérosclérose, contrairement à un repas limitant l’effet hyperglycémique post-prandial. En fait, limiter les perturbations glycémiques (phases alternatives entre hyper et hypoglycémie) chez le diabétique diminue les risques de pathologies cardiaques associées au diabète.

Il est donc clairement important d’ajuster les recommandations en fonction des préférences alimentaires et de la pathologie : un petit-déjeuner chez le bien portant ne sera donc pas le même que chez le diabétique. Néanmoins, ces ajustements méritent des approfondissements car les études montrant un effet bénéfique d’un petit-déjeuner riche en lipides sont à ce jour trop peu nombreuses.

Tout savoir sur le diabète de type 2

Alors, on prend quoi au petit-déjeuner en cas de diabète de type 2?

L’étude précédente montre qu’à priori, un petit-déjeuner gras est plus intéressant. L’étude doit être confirmée encore par d’autres études, du fait du nombre de personnes testées limité (23 personnes). En attendant des recommandations officielles établies par des institutions ou associations de patients, voici des exemples de petit-déjeuner limitant le risque hyperglycémique post-prandial trop élevé :
– 1 tasse de café ;
– 2 œufs au plat ;
– 1 poignée d’amandes ;
– 1 légume de saison.

Et si vous préférez un petit-déjeuner continental, avec un produit céréalier, voilà ce que vous pourrez consommer :
– 1 boisson (thé-café) ;
– Pain de seigle ou pain d’épeautre (entre 60-100 g) ;
– 1 tranche de jambon ;
– 1 fruit.

Prévenir le diabète de type 2 : les 10 commandements

Sources

– Chang CR, Francois ME, Little JP, « Restricting carbohydrates at breakfast is sufficient to reduce 24-hour exposure to postprandial hyperglycemia and improve glycemic variability », , mai 2019, 109(5), p. 1302-1309,
– Société Française de Nutrition,
Fédération Française des Diabétiques,
Programme National Nutrition Santé,
Diabète et nutrition.

Raphaëlle Santarelli, diététicienne WeCook

Laisser un commentaire

Bienvenue
Inscrivez-vous à notre newsletter, afin de recevoir toutes vos actualités.