L’organisme de défense des consommateurs UFC-Que Choisir a mené l’enquête afin d’évaluer les risques sur la santé des additifs alimentaires. Très mauvaise nouvelle, un quart de nos additifs alimentaires sont à éliminer de l’assiette. Décryptage

Les additifs alimentaires à la loupe

Si l’UFC-Que Choisir a décidé de mener l’enquête, c’est qu’elle estime que l’évaluation officielle des additifs au niveau européen « s’enlise faute de moyens humains, financiers et analytiques ». Aussi a-t-elle passé en revue les études menées par l’Organisation Mondiale de la Santé, le Centre international de recherche sur le cancer et par l’Agence européenne de sécurité des aliments. Grâce à cette mine d’informations, l’association a établi une grille d’appréciation des additifs alimentaires autorisés, depuis les plus acceptables jusqu’à ceux devant être éloignés de l’assiette. L’UFC-Que Choisir souligne également le « laxisme » des instances communautaires quant à l’évaluation des additifs. L’analyse desdites substances « consiste généralement en une simple relecture d’études fournies par les fabricants d’additifs eux-mêmes », laissant « planer un doute sur la transparence et l’exhaustivité des recherches menées par des industriels qui ont tout intérêt à ne présenter que des travaux permettant à leurs molécules d’être acceptées ».

DIETIS
Inscrivez-vous à notre newsletter

Tout savoir sur les additifs alimentaires

Un quart de nos additifs alimentaires sont à éliminer de l’assiette

Suite à ses recherches, l’association délivre un sombre verdict : « Sur les plus de 300 additifs autorisés, nos travaux montrent que 87 d’entre eux sont à éviter ou peu recommandables, soit plus du quart ». Et si vous pensiez qu’en mettant le prix vous seriez épargné, c’est raté, l’association signale en effet leur « présence massive, y compris dans les produits de grandes marques ».

Quels aliments faut-il éviter ? Abstenez-vous de manger du jambon car il contient des nitrates et nitrites qui favorisent le cancer du côlon. Et éloignez vos enfants du paquet de bonbons. LQDP le sait, ça ruine le moral des plus petits et la pilule va être dure à avaler. Les colorants azoïques présents dans les confiseries (les superbes E102, E104, E110, E122, E124, E129) favorisent l’hyperactivité chez les enfants. Évitez en outre les caramels au sulfite d’ammonium (E150C, E150D) que les études suspectent d’être cancérogènes. A titre informatif, c’est l’un des ingrédients qui a fait la renommée du Coca-Cola.


Et demain ?

L’UFC-Que Choisir demande « aux autorités européennes de mettre en œuvre une évaluation réellement indépendante de la dangerosité des additifs ». Et l’association « appelle le législateur à interdire les 87 additifs reconnus à risque par [leurs] experts, sur la base d’études scientifiques.

D’ici là, jetez votre Coca, et votre paquet de bonbons.

Manifeste contre un coca bio

Source

UFC-Que Choisir.

Jonathan Epaillard