Quoi ? Un autre régime révolutionnaire ?! Certain(e)s d’entre vous diront que c’est le 127 ème régime déjà testé. Encore un autre concept pour perdre du poids ? Va-t-il falloir s’affamer encore pour se délester de quelques kilos ? Va-t-il falloir tenir des tableaux excel pour compter ses calories ? Et surtout, va-t-il falloir s’interdire tous les aliments plaisir pour atteindre ses objectifs ?  Il est temps de vous expliquer ce qu’est le régime hormonal qui, comme son nom l’indique, est basé sur notre profil hormonal.

Les hormones : ces messagers qui peuvent agir sur le tissu adipeux

Le concept du régime hormonal est basé sur la libération de nos hormones. Mais c’est quoi d’abord une hormone ? Petit cours de biologie (très rapide, pas de panique) : une hormone est un messager qui est libéré dans le milieu intérieur ( = le sang principalement) pour apporter un message d’un organe (glande endocrine) vers un autre (tissu cible). C’est un peu le facteur entre deux organes, qui vient poster une lettre avec un message pour une action à faire.

L’hormone va soit stimuler certaines cellules, soit au contraire inhiber certaines de leurs actions. Il existe de nombreuses hormones, et elles sont libérées en très petite quantité. L’âge où le taux d’hormones est optimal se situe entre 18-23 ans chez la femme, et entre 21-25 ans chez l’homme. Et puis après, c’est le déclin : léger jusqu’à 30-40 ans, puis foudroyant après les 40 ans. Certaines hormones sont libérées par les organes sexuels (testostérone, progestérone), d’autres lors de la croissance (hormone de croissance), et d’autres lors de la digestion (insuline, leptine, etc.). Et ces dernières ont toutes leur importance : elles peuvent agir sur le tissu adipeux.

3 minutes pour comprendre comment les hormones influencent le comportement alimentaire

Le régime hormonal : un régime adapté au profil hormonal de la personne

C’est un point fort de ce régime : il est adapté au profil hormonal de la personne, et selon leur niveau de libération, on ne maigrira pas de la même façon. C’est sur ce constat que le Docteur Nys, endocrinologue, nutritionniste et diabétologue, a basé le concept de son régime.
Dans ce régime, il faut tout d’abord déceler le profil de la personne qui souhaite perdre du poids, et à partir de ce profil, on pourra établir le type de régime à suivre :

Le profil « insuline » :

Il s’agit des personnes qui ont une préférence pour les sucreries. Pour ces profils, on limite autant que possible l’absorption du sucre au niveau intestinal. Le régime est basé ainsi sur des apports en fibres, avec, de préférence, des aliments comme les fruits (sauf les plus sucrés comme le raisin), les légumes (sauf les plus sucrés comme la carotte), les céréales complètes et les légumes secs. De même, le régime privilégie les aliments à index glycémique bas, ainsi que les protéines maigres (viandes blanches et poissons). On exclut les viandes grasses et les sucreries.

Le profil « leptine » :

C’est pour les personnes qui s’interdisent les aliments gras pour perdre du poids. Le régime se base sur un équilibre alimentaire organisé et structuré, avec une importance sur les horaires réguliers des repas. Et ce profil se voit autoriser des légumes, des viandes, des poissons, des céréales, des fibres, etc… Néanmoins, on limite les aliments trop gras (viandes grasses, charcuteries, fromages notamment).

Et le profil « stress » :

Ce sont les personnes qui mangent pour compenser un surplus de stress. Encore une fois, on se base sur un équilibre alimentaire, en mettant en avant les protéines maigres, les fruits et les légumes cuits. En revanche, on limite les poissons gras, les légumes crus, les boissons gazeuses et les plats préparés.

Vous êtes en situation de stress ? Votre microbiote intestinal en a conscience !

Attention : ce type de profil est un « schéma » que propose le docteur Nys. Mais il existe d’autres types de régime basés sur nos hormones, avec d’autres types de schémas. Par exemple, le Docteur Thierry HertogheIl s’appuie sur d’autres types d’hormones pour identifier des profils et donc les régimes adaptés à ces profils. Le régime de Hubert Sacksik propose quant à lui 12 types de profils hormonaux, et donc 12 types de régimes.

Alors, que penser du régime hormonal ?

Ce régime est vraiment adapté à la personne et à son profil hormonal. Un régime innovant car jusqu’à présent, peu de régimes prenaient en compte ce type de paramètres. Et c’est là toute la nouveauté de ce régime alimentaire. Et quand on parle de régime, on fait plus référence à un rééquilibrage alimentaire, car le but de cette prise en charge n’est pas de s’affamer, mais manger de tout, en mettant en avant certains aliments et en limitant d’autres en fonction de son profil.

De fait, on limite également les carences, les fatigues liées à la perte de poids, on limite les fringales car il n’y a que peu de sensation de faim entre les repas, et ainsi on limite le risque de reprise de poids post-régime. Et l’un des points forts de ce régime est que l’on peut perdre 2 à 8 kilos dès le premier mois.

Néanmoins, il est nécessaire d’identifier au préalable, avec un diététicien nutritionniste ou autre professionnel de la santé, le profil hormonal de la personne. Par ailleurs, ce régime demande un « effort ». Il est nécessaire de modifier ses habitudes alimentaires et de repenser une partie de son alimentation. Ce qui n’est pas toujours facile. Et c’est un point essentiel de ce régime : pour éviter l’effet « yo-yo » post régime, il est nécessaire de modifier ses habitudes, et ce pour la vie (comme de nombreux autres régimes en réalité) !

Sources

La Nutrition,
Fourchette et Bikini,
E-santé.fr,
Medisite,
Marie Claire.

Raphaëlle Santarelli, diététicienne WeCook

Laisser un commentaire

Bienvenue
Inscrivez-vous à notre newsletter, afin de recevoir toutes vos actualités.