Le microbiote intestinal est partout : journaux, actualités, expositions, livres… Et pour cause ! De jour en jour, on lui découvre de nouvelles fonctions, de nouveaux liens avec notre santé, de nouvelles spécificités…

Trois chercheurs de l’université de Tel Aviv font le point. Que la recherche sur le microbiome va t-elle apporter à la médecine ?

1. Notre microbiome et l’alimentation

En découvrant que le microbiome est sensible à notre alimentation, les chercheurs ont intégré un nouvel élément dans l’équation reliant la santé à la nutrition : ce que nous mangeons peut moduler la composition et les fonctions de notre microbiote. Et ainsi, par exemple, expliquer certains cas de prise de poids et autres mécanismes de régulation de la glycémie.

Les perspectives : Le microbiote devient la cible des prises en charge nutritionnelles. Le régime prescrit est défini de manière à moduler le microbiote, qui influera à son tour sur notre physiologie et donc notre santé.

Le gras, ennemi du microbiote

2. Notre microbiote intestinal et les probiotiques

Les probiotiques sont utilisés de longue date pour renforcer notre microbiote intestinal en micro-organismes bénéfiques et ainsi contrer les éléments pathogènes. Mais leurs effets sont dépendants des bactéries déjà présentes dans notre intestin. Il apparaît alors important de prendre en compte le statut de l’individu afin d’adapter le traitement probiotique.

Les perspectives : Notre microbiote est analysé et caractérisé pour administrer les probiotiques d’intérêt au bon(s) dosage(s) et ainsi potentialiser leurs effets.

Non, les probiotiques ne sont pas efficaces chez tout le monde !

3. Les composés synthétisés par notre microbiome

Les bactéries de notre microbiote synthétisent naturellement des composés, lors de la fermentation ou pour communiquer entre elles. Ces composés interagissent également avec les cellules de notre propre organisme et leur transmettent des messages qui vont influer sur notre fonctionnement. Ces composés sont parfois appelés « postbiotiques ».

Les perspectives : L’administration de ces postbiotiques plutôt que des bactéries qui les synthétisent permet d’activer ou au contraire de bloquer spécifiquement certains mécanismes cellulaires.

4. Les greffes de microbiote

La greffe fécale est un traitement efficace contre les infections récurrentes à Clostridium difficile. Pourtant son usage reste limité à cette pathologie et n’est pas autorisée en-dehors des activités de recherche. En effet, avant son déploiement, de nombreux points restent à éclaircir : quels facteurs expliquent que la méthode fonctionne avec certains donneurs et pas d’autres ? Quel est le risque de transmission d’autres éléments (pathologies, facteurs de risque…) entre donneur et receveur ?

Les perspectives : Les modalités de la greffe fécale, ses risques et leurs conséquences sont connus et la technique mieux appréhendée, ce qui permet d’envisager son utilisation pour le traitement d’autres pathologies.

Super caca-man aux super-excréments, à la rescousse !

5. L’attaque ciblée du microbiote

La découverte des antibiotiques a permis de traiter les infections bactériennes en détruisant les bactéries responsables de la maladie. Mais leur usage non contrôlé peut s’avérer néfaste pour notre microbiome, pour notre organisme et favoriser le développement de l’antibiorésistance.

Les perspectives : L’usage des antibiotiques est revu en profondeur et des techniques alternatives envisagées, tels les bactériophages, ces virus qui ciblent spécifiquement certaines bactéries pour les détruire.

Les phages attaquent

6. The last by not least

Si les découvertes sur le microbiote intestinal progressent, nous ne connaissons encore qu’une part infime de sa composition, de ses rôles et ses interactions avec notre organisme. Les chercheurs continuent d’investiger de nombreuses pistes de travail afin de :
– découvrir le rôle des autres organismes qui peuplent notre microbiome : virus, champignons microscopiques, parasites
– clarifier les liens qui relient le microbiote et notre santé
– approfondir notre connaissance des autres microbiotes (peau, appareil uro-génital, appareil respiratoire)

Source

Zmora N, Soffer E, Elinav E. Transforming medicine with the microbiome. Sci Transl Med. 2019 Jan 30;11(477). http://stm.sciencemag.org/content/11/477/eaaw1815.short

Béatrice Février