5 objets du quotidien parmi les plus contaminés par les bactéries

Certains objets du quotidien sont de véritables nids à bactéries. On les utilise pourtant chaque jour, sans même y penser. Nous avons déniché 5 objets et outils du quotidien parmi les plus sales mais, autant vous le dire de suite, il y a des bactéries partout !

1- L’éponge

Une équipe de microbiologistes allemands a étudié la diversité bactérienne des éponges utilisées en cuisine. Surprise : elles concentrent 50 milliards de bactéries de 118 espèces distinctes pour chaque centimètre cube. Oui, autant de bactéries sur une surface aussi petite. Mais cette éponge est en contact avec tous vos contenants, donc tous vos aliments, on l’utilise à plusieurs reprises chaque jour et surtout, on la pose sur le bord de l’évier sans même l’essorer. Or, l’humidité est le terrain idéal pour une invasion bactérienne. On peut parfois lire qu’un passage à la machine à laver permet d’anéantir les bactéries d’une éponge. Or, les bactéries les plus résistantes au lavage sont aussi celles qui recolonisent cette surface le plus rapidement.

2- Le Frigo

Une étude commandée par Microbian Europe révèle qu’un frigo contient en moyenne plus de 750 fois la concentration de bactéries identifiée comme sûre. Les bactéries sont inhérentes à l’Homme, nos mains en sont recouvertes. Aussi n’est-il guère étonnant que ces bactéries se retrouvent dans le frigo. Les différences de température facilitent notamment la prolifération de bactéries, d’où la sempiternelle consigne de votre mère : « ne laisse pas le frigo ouvert trop longtemps. » La zone la plus concentrée en bactéries est… le bac à légumes, ces derniers étant les plus à risques. Dans votre bac à légumes – dont on ne soupçonnait guère la pathogénicité –, on dénombre près de 129 000 bactéries au centimètre carré. On retrouve parfois des bactéries comme les salmonelles ou la fameuse Escherichia coli.

3- Le téléphone

En moyenne, 1 479 familles de bactéries sont présentes sur l’écran de notre smartphone. Et là, vous êtes en train de nous lire, les doigts sur l’écran.

7 fois plus de bactéries sur le téléphone que sur la cuvette des toilettes

4- Le canard du bain

L’institut de recherche sur l’eau de Suisse a étudié la diversité bactérienne de ces canards en plastique dont vos enfants raffolent. L’institut a comparé des canards déjà utilisés, plongés dans une eau propre ou salie, et des canard neufs, plongés dans une eau propre, et d’autres dans une eau usagée (savon, sueur…). Les résultats font froid dans le dos : entre 5 et 75 millions de cellules ont été retrouvées sur chaque centimètre carré. La totalité des canards exposés à une eau salie contenait des germes, potentiellement pathogènes dans 80 % des canards étudiés. Des bactéries pathogènes ont été détectées (les légionelles par exemple) mais aussi d’autres connues pour leur résistance (l’espèce Pseudomonas aeruginosa).

5- Les rondelles de citron

Là, on reconnaît ne pas y avoir songé en amont. Mais les Américains l’ont fait ! Une équipe de chercheurs a analysé la peau et la pulpe de 76 citrons en provenance d’une vingtaine d’établissements. Mauvaise surprise (encore) : 70 % des échantillons favorisaient la prolifération des bactéries. Pire : ces échantillons ont été collectés avant qu’un client ne touche sa boisson. Lesdites bactéries proviendraient donc du personnel et du lieu… Pensez-y la prochaine fois que vous trouverez des cacahuètes sur votre table.

Des bactéries partout mais pas nécessairement pathogènes

Rien ne sert de paniquer et de tenter – en vain – de désinfecter votre intérieur. Sur plus de 13 000 espèces bactériennes scientifiquement reconnues, seulement 150 sont considérées comme pathogènes pour l’Homme. Leur pathogénicité dépend en outre de leur concentration, ou de l’état de santé de la personne qui y est confrontée.

Puis, les bactéries sont essentielles au bon équilibre de tout organisme vivant. On commence à le savoir, notre corps abriterait 100 000 milliards de bactéries. Et ces bactéries sont certes partout mais agissent comme des barrières, empêchant les germes pathogènes de s’en installer. Elles activent aussi certains récepteurs de l’immunité, donc inutile de commencer la chasse aux bactéries.

Pour tout savoir sur les bactéries dans votre intestin :

Tout savoir sur le microbiote intestinal

Sources

Institut de recherche sur l’eau,
FranceInter,
Daily Mail.

Jonathan Epaillard