Parce qu'avec vous, ils mangeront davantage de fruits et légumes !

Une étude canadienne s’est penchée sur le lien entre le repas en famille et l’alimentation des adolescents. Bonne nouvelle : les adolescents mangent mieux quand vous êtes tous ensemble, même si des tensions existent. Décryptage.

Repas en famille : plus de fruits et légumes pour les ados

Ce n’est guère étonnant : les repas en famille permettent aux adolescents d’avoir une alimentation plus saine. L’Université du Minnesota avait déjà constaté que des relations apaisées au sein de la famille favorisaient une alimentation équilibrée chez les adolescents. Mais est-ce le cas dans les famille où l’ambiance est tout sauf agréable ? C’est la question qu’une équipe de chercheurs de l’Université de Guelph s’est posée. L’équipe a étudié de près de 3 000 adolescents et jeunes adultes, âgés de 14 à 24 ans, afin de saisir la qualité de l’alimentation des jeunes lorsqu’ils mangeaient en compagnie ou non de leurs parents. La recherche impliquait une autre variable : le climat familial. Ainsi, la consommation de fruits et légumes, de boissons sucrées et la fréquence de passage dans un fast-food des adolescents était mesurée et corrélée à l’environnement familial.

Et force est de constater que les adolescents qui partageaient davantage de repas en famille (au minimum 5 par semaine) consommaient 0.25 portion de légume et 0.11 de fruit par jour de plus que les adolescents qui prenaient moins de repas avec leur famille, et ce malgré des tensions ou des désaccords.

Pédagogie alimentaire au point mort : toujours pas de loi contre la malbouffe !

Moins de passage au fast-food, moins de nourriture à emporter

Peu importe le climat familial, les adolescents qui partageaient au moins 5 repas en famille par semaine allaient de fait moins dans les fast-foods (-0.04 fois chez les filles, -0.01 fois chez les garçons). En outre, leur consommation de nourriture à emporter diminuait grâce à ces moments de partage : -0.04 fois par semaine pour les filles, -0.06 fois pour les garçons.

Les auteurs de l’étude parviennent ainsi à démontrer qu’un repas en famille même sous tension permet d’améliorer l’alimentation des adolescents : « Il a souvent été estimé que les familles dysfonctionnelles n’ont pas la possibilité d’organiser des repas familiaux et de proposer des modèles inspirants ». Les résultats sont soulignent donc « non seulement que les familles dysfonctionnelles organisent des repas familiaux, mais aussi que ces repas sont associés à une amélioration du comportement alimentaire des adolescents ».

Pour votre santé, cessez donc de bouffer !

Sources

LQDP