Hier le don de selles valait 50 €, aujourd'hui il ne vaut plus rien

Gagner de l’argent en allant aux toilettes, tentant non ? Un hôpital parisien recherche des volontaires sains pour réaliser un don de selles rémunéré, à hauteur de 50 €. Vos selles pourraient servir à la recherche sur la rectocolite hémorragique (RCH). Explications.

Un don de selles rémunéré, une blague ?

Le Centre de recherche clinique de l’est parisien de l’hôpital Saint-Antoine recherche actuellement « des volontaires sains pour réaliser un (ou plusieurs) don(s) de selles » dans le cadre de son étude REBALANCE-UC, qui a pour dessein d’évaluer l’évolution de la rectocolite hémorragique (RCH). Chaque don de selles sera rémunéré 50 €, de quoi manger autre chose que des patates en fin de mois !

Afin de contribuer à la recherche, trois conditions sont néanmoins à remplir :
– Avoir entre 18 et 49 ans,
– Être affilié à un régime de sécurité sociale française,
– Ne pas suivre de traitement (sauf contraception).

La rectocolite hémorragique ne vous dit rien ?

Tout savoir sur la rectocolite hémorragique ou RCH

La transplantation de microbiote fécal pour lutter contre la RCH

L’hôpital Saint-Antoine a lancé cet étonnant appel aux dons afin d’évaluer l’efficacité de la transplantation de microbiote fécal sur l’évolution d’une maladie inflammatoire chronique de l’intestin (MICI) : la rectocolite hémorragique.

Si l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) reconnaît la transplantation de microbiote fécal (TMF) comme un véritable médicament depuis 2014, il n’existe à ce jour pas de banque de selles en France, contrairement aux Etats-Unis ou aux Pays-Bas. En outre, moins de vingt centres hospitaliers ont déjà procédé à la transplantation de microbiote fécal en France.

Si vous remplissez lesdits critères et que vous êtes intéressé(e), n’hésitez pas à contacter le Centre de recherche clinique de l’est parisien de l’hôpital Saint-Antoine :
– par téléphone : 01 71 97 04 55
– par mail : crcest.rebalance.urcest@aphp.fr

Mise à jour : le don de selles annulé

L’affaire du don de selles rémunéré a fait grand bruit. À tel point que l’hôpital Saint-Antoine, à Paris, a du annuler son étude car la situation est devenue ingérable. L’établissement, qui avait promis un dédommagement de 50 € en échange du don de selles, a été tout simplement inondé d’appels.

L’appât du gain est tel que les donneurs ont inondé la ligne téléphonique de l’hôpital. Harry Sokol, gastro-entérologue impliqué dans cette étude, révèle avec amertume à LCI que « c’est une véritable catastrophe. Nous ne pouvons même plus décrocher le téléphone. Nous avons bloqué le numéro, mais les gens appellent maintenant directement le standard de l’hôpital qui ne s’en sort plus. Certaines personnes débarquent aussi à l’hôpital. Et vous imaginez bien que l’écrasante majorité des gens ont été attirés par la somme d’argent et ne sont pas sérieux. »

Un fiasco qui pénalise directement les patients car on ignore encore si l’étude va être relancée.

Le microbiote fécal illustré

LQDP