Depuis le 4 décembre 2018 a lieu à la Cité des sciences et de l’industrie l’exposition Microbiote, d’après Le charme discret de l’intestin, best-seller de Giulia Enders. Événement dans l’ère du temps, LQDP s’y est rendu : un véritable coup de cœur. À découvrir impérativement !

L’exposition Microbiote : plein les yeux et plein les neurones

L’exposition s’étend sur plus de 600m² où vous pouvez déambuler pour comprendre la fascinante vie du microbiote intestinal. Vous pénétrez dans l’exposition par une bouche gigantesque d’où émanent d’étonnants bruits et commencez par découvrir l’exploration du tube digestif. Les premières secondes sont déroutantes : vous êtes face à un géant allongé grâce auquel vous pouvez saisir le fonctionnement de la déglutition, de la digestion et de la défécation.

3923 ┬®Ph Levy-EPPDCSI (2)

Après ce premier dispositif étonnant, vous pouvez vous atteler à une autopsie virtuelle du corps humain afin d’avoir accès à l’ensemble des organes et d’en découvrir les plus petits détails. Ce dispositif, nommé « Fouiller les entrailles », est une première en France.

Les dispositifs mis à disposition du visiteurs sont nombreux et toujours très instructifs. Il vous est possible de découvrir des organes humains conservés grâce à la technique de la plastination, de comprendre la différence entre intolérance et allergie, de découvrir le phénomène de la digestion en nourrissant un personnage.

Et notre coup de cœur va au cacabinet, cabinet de curiosité destiné à un sujet essentiel : les excréments et la défécation. Comprenez le clivage existant entre les sphincters interne et externe, découvrez l’échelle de Bristol, testez les postures idéales pour aller à la selle et ouvrez le carnet scatologique. Si le sujet peu paraître répugnant, il n’en est rien car le cacabinet aborde de manière décalée et sans tabou ce sujet qui préoccupe de nombreuses personnes.

photographie personnelle

Quand le microbiote se révèle

Votre immersion dans le corps humain se prolonge ensuite dans l’intestin, par lequel vous pénétrez en découvrant les villosités intestinales qui tapissent sa paroi.

3923 ┬®Ph Levy-EPPDCSI (10)

Il est alors temps d’en savoir davantage sur les 1 000 milliards de micro-organismes qui peuplent notre tube digestif. Les bactéries, les levures, les archées et les virus n’auront plus de secret pour vous. Libre à vous de toucher, soupeser et comparer leur taille, leur poids ou encore leur texture. Jill Enders, la sœur de Giulia qui a illustré l’ouvrage et l’exposition, a par exemple dessiné huit familles de bactéries omniprésentes dans le microbiote intestinal que vous devez toucher pour comprendre leur histoire.

Encore une fois, les outils mis à disposition du visiteur sont multiples et permettent non seulement de devenir incollable (ou presque) sur les micro-organismes avec lesquels nous cohabitons, mais également de comprendre les enjeux et les difficultés auxquels sont confrontés les chercheurs. À l’issue de la visite, vous pourrez donc parler à vos proches de la métagénomique, des souris axéniques et aussi du protocole de recherche inhérent au microbiote.

Faire du bien à son microbiote intestinal

L’ultime partie de l’exposition illustre bien le dessein « pratico-pratique » des sœurs Enders et de la commissaire de l’exposition Dorothée Vatinel. Là, vous apprenez comment prendre soin de votre microbiote au quotidien. Essayez d’apporter à votre microbiote les 30 grammes de fibres alimentaires nécessaires au fonctionnement optimal du microbiote, comprenez où se trouvent les bactéries à la maison et la nécessité de ne pas faire du ménage une obsession. Et surtout, devenez incollable sur la transplantation fécale.

© Jill Enders 00 – plan de l’exposition

Des rires grâce à la science

L’exposition se veut pédagogique, ludique et participative. Eh bien c’est gagné ! Lors de la visite, vous découvrez nombre d’informations qui vous étaient jusque là inconnues, vous ne pouvez dissimuler rires et sourires face à l’imagination déployée lors de la création de l’exposition et surtout, vous êtes constamment amené(e) à participer. Dorothée Vatinel souligne d’ailleurs que la réussite de cet événement est notamment liée à la participation constante des sœurs Enders afin que ladite exposition s’affirme comme une suite logique du livre Le charme discret de l’intestin.

L’exposition est une réussite sans aucune fausse note. Elle permet d’aborder, à l’image du livre, la science sous un angle différent, pour qu’apprentissage et divertissement se mêlent durant toute la visite.

L’exposition en pratique

L’exposition a lieu a la Cité des sciences et de l’industrie du 4 décembre 2018 au 4 août 2019. Elle a été conçue en partenariat avec l’INRA, heureka (Helsinki) et le Pavillon de la connaissance (Lisbonne), avec la participation de l’AFA Crohn RCH, le soutien du Biocodex Microbiota Institute, Danone Nutricia Research et la Fondation Roquette pour la santé.

Accès : 30 avenue Corentin Cariou, 75 019 Paris

– Métro : ligne 7, station Porte de la Villette.
-Autobus : lignes 139, 150, 152, station Porte de la Villette.
-Tramway :T3b (Porte de Vincennes – Porte de la Chapelle), station Porte de la Villette.

Horaires :

– du mardi au samedi : de 10h à 18h,
– dimanche : de 10h à 19h,
– fermé le lundi

Prix :

– 12 € tarif plein,
– 9 € tarif réduit.

Affiche de l’exposition – © Jill Enders

Jonathan Epaillard