L’obésité est une maladie qui concerne environ 650 millions de personnes dans le monde. En France, cette maladie concerne 17% des adultes et tend à se répandre chez les plus jeunes. Les causes avancées sont multiples et d’autres émergent progressivement. Obésité : la faute aux antibiotiques durant l’enfance ?

Les multiples causes de l’obésité

Les causes de l’obésité sont connues et l’OCDE nous en fait un exposé assez clair. L’obésité est due à un « déséquilibre énergétique entre les calories consommées et dépensées. (…) L’évolution des habitudes en matière d’alimentation et d’exercice physique résulte souvent de changements au niveau de l’environnement et de la société et d’une absence de politiques dans certains secteurs, comme la santé, l’agriculture, les transports, l’urbanisme, l’environnement, la transformation des aliments, la distribution, le marketing et l’éducation. ». On l’aura compris, on mange trop et mal et on ne bouge pas assez.

Mais si l’obésité était due à une prise de médicaments durant la petite enfance ? Plusieurs études auraient tendance à soutenir et prouver cette théorie.

Obésité : la faute aux antibiotiques durant l’enfance ?

Tout d’abord, une étude publiée en 2017 dans le British Medical Journal a réuni les dossiers médicaux des nourrissons figurant sur la base de données du système de santé militaire des Etats-Unis, afin de répertorier les médicaments qui leur étaient prescrits entre 2006 et 2013. Parmi 333 353 nourrissons, ils ont observé que 241 502 (72,5%) avaient eu un traitement d’antibiotique, 39 488 (un peu moins de 12%) un antihistaminique et 11 089 (un peu plus de 3%) un inhibiteur de la pompe à protons (IPP) qui réduit la production d’acidité gastrique. Enfin, 5 868 enfants se sont vus prescrire ces trois médicaments pendant les deux premières années de leur vie. Résultats : une prescription d’antibiotiques ou d’IPP est associée à un risque d’obésité accru de 26% dès l’âge de 3 ans. Au total, un peu plus de 14% des enfants sont devenus obèses, soit 46 993 enfants.

Certains médicaments en cause dans l’altération du microbiote ?

Une autre étude, menée par des scientifiques chinois et publiée aussi en 2017, a passé en revue 15 études incluant près de 450 000 participants. Résultats : la prise d’antibiotiques avant l’âge de deux ans augmente significativement le risque de surpoids et d’obésité infantile. Par ailleurs, il semblerait que ce risque pourrait augmenter de 10 à 50 % avec le nombre de traitements antibiotiques.

Et le microbiote alors ?

Ces deux études sont de grande ampleur mais restent des études d’observations. On ne peut tirer aucune conclusion scientifique certaine sur la relation entre la prise d’antibiotique et l’obésité car il manque beaucoup de facteurs comme le poids des mères, leur état de santé ou encore l’environnement. Pourtant, selon d’autres recherches, on sait maintenant que le microbiote des personnes obèses est moins varié que celui des personnes non obèses. Ce qui ne signifie pas que le microbiote seul a un rôle décisif dans le développement de la masse grasse.

Microbiote intestinal et surpoids : la spirale infernale ?

C’est pourquoi, les chercheurs de l’étude américaine, concluent que lors de la prescription d’un antibiotique « Les risques à long terme pour la santé doivent être mis en balance avec les avantages à court terme. »

Sources

OCDE,
Cerin,
– Christopher M Stark et al., « Antibiotic and acid-suppression medications during early childhood are associated with obesity », – Shao X et al.« Antibiotic Exposure in Early Life Increases Risk of Childhood Obesity : A Systematic Review and Meta-Analysis », Front Endocrinol, Juillet 2017, 8, 170,
Pourquoi docteur.

Léa Coulanges