Comme chaque année, la Direction des études rattachée au ministère des Solidarités et de la santé (Drees) rend public les dépenses de santé qu’engagent les Français. Combien dépensons-nous chaque année ? Qu’en est-il des soins restant à charge ? Décryptage.

Les dépenses de santé des Français en 6 chiffres

1- 203,5 milliards d’euros :

Ce sont les dépenses liées à la consommation de soins et de biens médicaux (CSBM) à l’échelle française en 2018. Le plus gros poste de dépense revient aux hôpitaux et cliniques avec 94,5 milliards d’euros en 2018, le secteur public pèse pour 77% de ces 94,5 milliadrs. Viennent ensuite les cabinets de ville (55 milliards, +2,9% par rapport à 2017), les médicaments délivrés en ville (32,7 milliards), puis les dépenses dites autres comme les transports sanitaires, l’optique (21,3 milliards, +3,9% en 2018).

2- + 1,5% :

Chaque année, les dépenses de santé totales augmentent. Pour 2018, la hausse est de 1,5%. Une augmentation certes mais qui diminue au fil des années, notamment grâce/à cause d’une forte décélération des soins hospitaliers. En 2017, les dépenses de santé avaient augmenté de 1,7% par rapport à 2016 et en 2016, la hausse était de 2,1%. À titre d’exemple, en 2009 la hausse des dépenses de santé était de 3% par rapport à l’année précédente et en 2002 une augmentation de… 6,2% !

3- 3037 euros :

C’est le montant moyen de la consommation de soins et biens médicaux par Français. À titre informatif, cela représente 8,6% du PIB français, une part légèrement plus supérieure à la moyenne de l’Union européennes des Quinze, mais nettement inférieure à la moyenne des pays du sud de l’Europe.

Sécurité sociale, comment va la santé des Français ?

4- 210 euros :

Il s’agit du reste à charge (RAC) en santé des ménages français, soit 7%. Un reste à charge qui diminue chaque année puisqu’il était de 7,5% en 2017 et 7,7% en 2016. La Drees avance notamment une cause de cette baisse : le vieillissement de la population et l’exonération du ticket modérateur lié aux affections longue durée (ALD pour cancer, diabète…). Le RAC des Français est le moins élevé de l’OCDE, avec un fort reste à charge notamment en Epsagne, en Italie et dans les pays scandinaves. Le RAC des Français s’élève à 14,3 milliards d’euros pour 2018.

5- 92,9% :

Les soins hospitaliers sont très majoritairement financés par les pouvoirs publics. Oui, 92,8% des frais inhérents aux soins hospitaliers sont couverts par les pouvoirs publiques, ce qui fait de ce poste le plus faible en termes de reste à charge pour les ménages, seulement 1,9% en 2018.

6- 6,4 milliards d’euros :

Saviez-vous que l’optique constitue le deuxième poste de dépense en bien médicaux juste après les médicaments ? Avec 6,4 milliards d’euros pour l’optique, les dépenses du domaine de l’optique augmentent de 4,6% pour 2018. Il s’agit aussi du poste de dépenses pour lequel le reste à charge est le plus important, de l’ordre de 21%.

Combien devrait coûter, selon vous, un traitement anticancer ?

Source :
Drees, « Les dépenses de santé en 2018 – Résultats des comptes de la santé – Edition 2019 »

LQDP

Laisser un commentaire

Bienvenue
Inscrivez-vous à notre newsletter, afin de recevoir toutes vos actualités.