Que va-t-il arriver à ce jeune Australien qui décide de s’infliger la même consommation de sucre que la moyenne du pays ? Où sont les dangers, où sont les pièges ? Et où sont les calories ? Plongée à la première personne dans l’enfer du sucre.

Tous les garçons de mon âge, raconte Damon, développent des stratégies pour séduire leurs copines. Moi, j’avais choisi la nourriture santé.

160 grammes de sucre par jour

© Universum Film

Damon est franchement beau gosse. C’est un garçon drôle et sympathique. Et en plus, il mange sain. Sa compagne et lui attendent leur premier bébé.
Futur papa responsable, Damon veut comprendre où se cache le sucre dans l’alimentation. Alors il va s’imposer de consommer autant de sucre que la moyenne de ses compatriotes australiens : 40 cuillers à café par jour. La cuiller australienne contient 4 grammes, ce qui nous fait 160 grammes de sucre – si, si – par jour, tous les jours. Quatre kilos et demi par semaine pour une famille de 4 personnes. Et Damon ne se facilite pas la tâche. Il exclut d’office les sodas, le fast food et les confiseries.
L’aventure commence en douceur avec un petit déjeuner inoffensif. Un bol de céréales, un yaourt maigre, un verre de jus de pomme.
Et nous voilà déjà à 80 grammes de sucre…

Poulet au sucre

© Universum Film

Damon parcourt l’Australie pour constater les ravages des sucres cachés. Le voilà en territoire aborigène, dans un village qui depuis toujours a proscrit l’alcool et qui, quarante ans auparavant, se nourrissait encore des produits de la terre. Voici quelques années, les habitants, décimés par les maladies liées au sucre, obésité, pathologies cardio-vasculaires, diabète, ont décidé de faire la guerre aux sucres cachés. Le retour de bâton fut immédiat : le gouvernement leur a coupé les subventions. Plus de diététiciens, plus d’information, les gamins recommencent à manger n’importe quoi. On ne compte plus les patients sous dialyse. Dans le petit cimetière du village, cinq tombes récentes abritent la dépouille d’habitants de moins de quarante ans.

Damon s’en va alors aux États-Unis. À peine descendu de l’avion, il s’offre un grand smoothie. Tout frais, plein de fruits. Et 139 grammes de sucre.

Le film nous gratifie de quelques séquences… difficiles à digérer. Comme ce moment où Damon remplace les sucres cachés par du sucre en poudre bien visible. Un poulet grillé, normalement servi avec une sauce teriyaki, se voit ainsi arrosé de quatre cuillers de sucre.

Rat de labo

Les conséquences sur la santé ne se font pas attendre. En deux mois, Damon prend plus de 8 kilos et dix centimètres de tour de taille. Sa bonne humeur n’est qu’un lointain souvenir. Il devient irritable, épuisé, il dort mal. Comme les rats de laboratoire, qui travaillent plus dur pour avoir du sucre que de la cocaïne, il lui faut sa dose.

Damon s’est entouré d’un groupe de médecins et de diététiciens qui le suivent. Leurs conclusions sont terribles. Le patient, en deux mois, a quitté le groupe des 20% de citoyens en très bonne santé pour rejoindre le groupe des 10% à plus hauts risques. Son foie a commencé à développer une résistance à l’insuline.
Un boulevard pour le diabète de type 2.

Calories

L’enquête de Damon montre que l’industrie agro-alimentaire utilise, depuis les années 70, les mêmes techniques que les fabricants de tabac pour entretenir la désinformation sur le sucre caché. Ils financent des recherches scientifiques, des rapports, des conférences. Ils s’assurent que la communauté scientifique ne puisse jamais parvenir à un consensus. Tant qu’il y a doute, il y a de l’espoir, pour l’industrie du sucre qui représente 50 milliards de dollars dans le monde.

Le réalisateur attire notre attention sur un autre point tout aussi inquiétant. Il a changé de régime, pas la quantité de calories qu’il absorbe : 2 300 calories par jour. Mais il a remplacé les bonnes graisses – un poulet rôti avec la peau, des avocats, des fruits à coque, même des œufs au bacon  –  par du mauvais sucre. Là encore, il blâme la désinformation globale qui voudrait que l’obésité découle de trop de calories et pas assez d’exercice. Son expérience démontre, sans appel, que toutes les calories ne sont pas égales entre elles.

Supersucre Me

© Universum Film

Véritable Supersize Me du sucre, Sugarland est parfois terrible, parfois divertissant. Le comédien Hugh Jackman nous raconte l’histoire du sucre. L’acteur anglais Stephen Fry détaille les différences entre glucose et fructose. Des animations mettent en scène les effets du sucre dans l’organisme et sur le cerveau.

© Universum Film

Un documentaire éprouvant mais tous publics, à voir avec ses proches pour décider ensemble d’une consommation raisonnable de sucre. Avant qu’il ne soit trop tard.
Sugarland (That Sugar Film, 2014) de Damon Gameau, sort dans les salles françaises le 24 janvier 2018.

Claire Dixsaut

0 réponses à “Sugarland, l’Enfer du Sucre”

  1. […] premières scènes du film Jusqu’à la garde tiennent du documentaire. Un couple dans le bureau d’une juge qui devra décider qui aura la garde du fils. La mère (Léa […]

  2. […] les produits sucrés et les produits trop raffinés. Des études chez l’animal ont montré qu’une alimentation trop […]

  3. […] de la rédaction : Regardez Sugarland ! Vous ne verrez jamais plus le sucre de la même […]

Laisser un commentaire

Bienvenue
Inscrivez-vous à notre newsletter, afin de recevoir toutes vos actualités.