Une cellule souche, c’est quoi ?

C’est une cellule indifférenciée, c’est-à-dire qu’elle ne s’est pas encore spécialisée en cellule de cerveau, de muscle, de peau, de foie, de rein, de cœur, par exemple. On la trouve dans le fœtus et l’embryon. Il en existe aussi chez l’adulte, mais elles sont beaucoup plus rares.

Pourquoi s’intéresse-t-on aux cellules souches ?

Parce qu’elles ont la capacité de se multiplier indéfiniment, c’est-à-dire de donner naissance toutes seules, en se divisant, à de nouvelles cellules souches. Mais surtout, ces cellules peuvent se spécialiser. Elles n’ont toutefois pas toutes la même capacité de différenciation. On les classe en 4 types, des unipotentes capables de ne former qu’un seul type de cellule, aux totipotentes susceptibles de donner naissance à toutes les cellules du corps humain. Et c’est bien là ce qui intéresse au plus haut point les chercheurs. Isolées pour la première fois en 1981 chez un embryon de souris, elles ne le sont qu’en 1998 chez l’homme. Elles sont alors cultivées avec l’espoir de les utiliser pour remplacer ou réparer des tissus endommagés. Elles ont déjà été employées pour traiter certains cancers, comme la leucémie, ou pour soigner des maladies de la rétine par exemple. C’est ce qu’on appelle la thérapie cellulaire.

Les cellules souches en chiffres

Source : Agence de la biomédecine. Rapport 2013 – © LEEM – LE 100 QUESTIONS – 2015.

Comment ça marche ?

La thérapie cellulaire consiste à remplacer des cellules endommagées par de nouvelles, toutes fraîches, créées à partir de cellules souches. Toutefois cette avancée scientifique n’est pas sans soulever de problèmes et d’inquiétudes. Leur faculté à se reproduire risque de provoquer des tumeurs cancéreuses. Sans oublier la dimension éthique… Pourrait-il apparaître un « marché » de l’embryon et du fœtus ?

Delphine Godard

Laisser un commentaire

Bienvenue
Inscrivez-vous à notre newsletter, afin de recevoir toutes vos actualités.