Une hausse de 79% des cas de maladie de Crohn chez les 10-19 ans

En France, la fréquence de la maladie de Crohn est variable selon les régions. Le nombre de nouveaux cas chaque année se situe entre 4 et 5 pour 100 000 habitants. Actuellement on dénombre 120 000 personnes atteintes de la maladie de Crohn. Et cette pathologie atteint toutes tranches d’âge confondues : l’incidence de la maladie de Crohn chez les 10-19 ans a véritablement explosé.

Maladie de Crohn : les plus jeunes ne sont pas épargnés

Si ces affections débutent le plus souvent chez des jeunes adultes, avec un pic de fréquence entre 15 et 30 ans, plus de 10% des malades sont diagnostiqués avant l’âge de 17 ans. En outre, environ 15-20% des patients débutent une MICI durant l’enfance.

DIETIS Une marque de ALANTAYA SAS
Inscrivez-vous à notre newsletter

À découvrir : tout savoir sur la maladie de Crohn

D’ailleurs, une étude a montré une nette augmentation de l’incidence de la maladie de Crohn chez les 10-19 ans : +79 % entre 1988 et 2007. Un diagnostic plus précoce étant synonyme de maladie plus grave en raison d’une plus longue durée d’évolution au cours de la vie.


Un traitement pour les plus jeunes atteints de la maladie de Crohn

Deux médicaments biosimilaires ont actuellement une autorisation de mise sur le marché (AMM) en pédiatrie (à partir de 6 ans) : l’infliximab et l’adalimumab. Deux médicaments prescrits chez les enfants dès 6 ans, en cas de poussée sévère de maladie de Crohn non contrôlée. Une prescription qui intervient suite à l’utilisation des corticoïdes, d’un immunosuppresseur et d’un traitement nutritionnel. Ou bien chez les enfants qui tolèrent mal ces traitements ou chez qui ils sont contre-indiqués.

Et sinon : Découvrez Mikinautes, la première étude sur l’alimentation des enfants et adolescents atteints de MICI

Une maladie génétique

La maladie de Crohn a une susceptibilité génétique. Des chercheurs viennent d’analyser que le gène LRRK2 jouait un rôle important. Si une personne a la « mauvaise » variante du gène, son risque de maladie s’élève à 70%, contre 25% pour ceux qui ont eu la « bonne » variante. Peu importe l’âge donc. Ce gène joue un rôle dans l’élimination des déchets accumulés dans un type de globules blancs appelé macrophage, ainsi que dans certaines cellules souches qui se trouvent dans l’intestin grêle.

Sources

AFA.
– Association Française de Formation Médicale Continue en Hépato-Gastro-Entérologie.
– « New drugs for inflammatory bowel disease (IBD) », American Gastroenterological Association, janvier 2018.
DigestScience.
GETAID.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *