Le cancer colorectal est l’un des cancers les plus fréquents et les plus meurtriers. A la diversité des facteurs de risque, qui ne sont en outre pas spécifiques de cette maladie (âge, alimentation, habitudes de vie, …), s’ajoute l’absence de symptômes spécifiques. Bref tous les éléments sont réunis pour que ce cancer continue son bonhomme de chemin incognito. Mais c’était sans compter sur le microbiote intestinal…

Le microbiote intestinal au cœur de toutes les attentions

Aujourd’hui, il n’est plus une maladie, un trouble du comportement ou un déséquilibre de notre organisme sans qu’on nous parle du microbiote. Les bactéries présentes dans nos intestins sont étudiées de près pour comprendre leur rôle et leurs relations avec nos propres cellules, et essayer d’expliquer nos pathologies.
Le cancer colorectal ne déroge pas à la règle. Plusieurs équipes de recherche avaient essayé de lier microbiote intestinal et développement de cancer mais les données n’étaient pas suffisamment robustes ni reproductibles pour amener à des conclusions solides.

Tout savoir sur le microbiote intestinal

Microbiote intestinal et cancer colorectal, les liens se précisent

Pour apporter davantage de puissance à leurs conclusions, deux équipes de recherche internationales ont repris les données de plusieurs études et ré-analysé l’ensemble. Et bien leur en a pris ! En confrontant des données issues de populations et de pays différents, les chercheurs ont identifié des points clés et confirmé certaines hypothèses déjà soulevées par le corps scientifique. Parmi les informations clés :

– Le microbiote intestinal est plus abondant chez les personnes ayant un cancer colorectal que chez les sujets contrôles. Ceci s’explique notamment par la présence en plus grande quantité de bactéries originaires de la cavité buccale ;

– Chez les personnes ayant un cancer colorectal, le microbiote intestinal favorise certaines voies métaboliques (putréfaction, fermentation, …) ;

– Certaines voies métaboliques activées chez les personnes ayant un cancer colorectal entraînent la production de composés potentiellement toxiques pour les cellules de notre organisme ;

– La présence de composés spécifiques (acides biliaires secondaires) oriente les chercheurs vers un lien entre les bactéries présentes dans le cas des cancers colorectaux et une alimentation riche en viande.

Il agit dans l’ombre, personne ne veut en entendre parler… le cancer colorectal !

Des perspectives pratiques

Mais les équipes de recherche vont plus loin qu’une « simple » description du microbiote intestinal. Grâce à des approches différentes, leurs observations amènent à deux perspectives particulièrement intéressantes :

– L’identification d’espèces bactériennes qui pourraient permettre de diagnostiquer un cancer colorectal ;

– L’établissement de modèles prédictifs pour évaluer l’évolution d’un cancer colorectal.

Un dépistage génétique chez les personnes les plus à risque de développer un cancer colorectal

Sources

– Thomas AM, Manghi P, Asnicar F, et al., « Metagenomic analysis of colorectal cancer datasets identifies cross-cohort microbial diagnostic signatures and a link with choline degradation. », Nat Med., avril 2019, 25(4), p.667-678,
– Wirbel J, Pyl PT, Kartal E, et al., « Meta-analysis of fecal metagenomes reveals global microbial signatures that are specific for colorectal cancer. », Nat Med., avril 2019, 25(4), p. 679-689,
Gut Microbiota For Health,
Faculty of Health and Medical Sciences,
European Society For Medical Oncology.

Béatrice Février

Laisser un commentaire

Bienvenue
Inscrivez-vous à notre newsletter, afin de recevoir toutes vos actualités.