Les troubles de la déglutition sont courants chez la personne âgée. Nourrir une personne âgée peut ainsi devenir un problème à partir de 80 ans environ lorsque celle-ci a tendance à faire des fausses routes (communément dit « avaler de travers ») très souvent.

Pourquoi la fausse route ?

La fausse route est due à une particularité anatomique que l’on retrouve chez tous les mammifères : le nez est situé au-dessus de la bouche, alors que la trachée se trouve devant l’œsophage. Les voies respiratoires et digestives se croisent donc au niveau du carrefour pharyngolaryngé.

Lorsque la déglutition se passe bien, l’entrée de la trachée est provisoirement fermée, tandis que le contenu de la bouche est dirigé vers l’œsophage. Ces deux actions sont synchronisées, car l’orifice de la trachée ne peut pas rester obstrué longtemps.

La fausse route survient…

– quand l’orifice de la trachée ne se ferme pas ;
– quand le contenu de la bouche n’est pas envoyé vers l’œsophage ;
– quand ces deux actions ne sont pas synchronisées.

Elle expose à deux risques essentiels

– les infections respiratoires.
– la mort par asphyxie.

5 recommandations pour minimiser les risques de déglutition

1 – Tout d’abord, il faut maintenir une bonne hygiène buccale (brossage des dents, rinçage buccal soigneux), le dentier doit être adapté.

2 – Pour boire ou manger, la personne doit être assise, le dos maintenu, la tête dans l’axe du tronc, le menton légèrement fléchi vers le bas.

3 – Les liquides sont épaissis afin d’être déglutis lentement, gorgée après gorgée, et servis dans un verre évasé (éviter les verres à bec qui favorisent le redressement du menton et donc la fausse route).

4 – Les aliments sont homogènes (pas de différence de consistance comme par exemple dans les yaourts aux morceaux de fruits), ils sont découpés, émincés voire mixés en fonction de la mastication de la personne.

5 – Si ces mesures restent insuffisantes, il faudra réfléchir à un autre mode d’alimentation (à la cuillère, seringue, biberons…).

Et surtout, rester calme !

Face à une personne âgée qui fait des fausses routes, il faut savoir garder raison et ne pas en conclure trop rapidement qu’il faut changer son mode d’alimentation. La première chose à faire est de quantifier l’événement (cela arrive-t-il souvent lors du même repas ?). Il ne faut jamais oublier que la fausse route est courante, nous en faisons tous plus ou moins régulièrement. Or, les aidants qui y sont confrontés ont tendance à surréagir, et à traiter tout incident, si minime soit-il, comme une catastrophe.

Sources

– Dr Michel Cavey, « Prise en charge des fausses routes en gériatrie », août 2017.
– Valérie Schweizer, « Troubles de la déglutition de la personne âgée », Revue Médicale Suisse, 2010, volume 6, 18591862.

Léa Coulanges

Laisser un commentaire

Bienvenue
Inscrivez-vous à notre newsletter, afin de recevoir toutes vos actualités.