Comme chaque année, alors que le printemps est à notre porte, nous décidons de nous reprendre en main. Nous enfilons les baskets et veillons à alléger notre assiette. Mais quel acte est-le plus efficace pour une perte de poids : manger moins ou faire plus de sport ?

Alimentation et activité physique : deux fondamentaux pour perdre quelques kilos

Nous en avons conscience : une alimentation saine et équilibrée ainsi que la pratique d’une activité physique contribuent tous deux à une bonne santé, voire à une perte de poids. Ils sont indissociables et entrent tous deux en compte dans la balance énergétique. Notre corps consomme continuellement de l’énergie, davantage encore lors d’une activité physique, et l’alimentation lui en apporte très régulièrement. Ces deux facteurs sont la clé d’un poids équilibré, ainsi que le rappelle le Pr Bengt Kayser à Planète Santé : « le poids découle d’une équation entre, d’un côté, les apports énergétiques issus de ce que nous mangeons et buvons chaque jour, et de l’autre, les dépenses énergétiques cumulées par le corps pour son fonctionnement et l’activité physique qui lui est demandée. »

A contrario, un manque d’activité physique et un nombre de calories quotidiennes trop conséquent déséquilibrent notre balance énergétique. Résultat ? Un stockage sous forme de graisses, une prise de poids, nous dirigeant lentement mais sûrement vers un syndrome métabolique. Or, la balance énergétique d’une grande partie de la population française est déséquilibrée : nous favorisons la quantité au détriment de la qualité dans nos assiettes et la course à pied est pour beaucoup un souvenir lointain.

Syndrome métabolique, syndrome de la bedaine : le mal du siècle ?

Perte de poids : manger moins ou faire plus de sport ?

Pour perdre quelques kilos à l’approche des beaux jours, que faudrait-il favoriser ? Le Pr Bengt Kayser a tranché : « si l’objectif est de perdre du poids, les deux leviers sont primordiaux, mais il faut surtout manger moins et différemment. » Mais pourquoi ? Ainsi que le rappelle le Dr Dimitrios Samaras à Planète Santé, « l’activité physique agit sur le substrat énergétique, autrement dit, sollicite les réserves du corps, que sont le glycogène du foie et des muscles, ainsi que les graisses. Mais ces pertes sont indirectes, limitées – surtout si l’alimentation est inchangée – et chronophages, car elles nécessitent d’intensifier fortement l’activité physique sur de longues périodes. » Si le sport est inéluctablement associé à une bonne santé, pour se délester de ses kilos en trop, mieux vaut miser sur une alimentation saine et équilibrée. L’une de nos lectrices, Alexandra, a longtemps favorisé la course à pied et la natation sans surveiller son alimentation. Elle se livre à LQDP :

« Je faisais près de 4 heures de sport chaque semaine, mais pour me féliciter d’avoir couru ou nagé, je me faisais plaisir avec des repas gras et copieux. Malgré la pratique d’une activité physique régulière, je ne suis parvenue à perdre qu’un petit kilo en 6 mois. Puis, je suis allée consulter une diététicienne dont le premier conseil a été radical : elle m’a demandé de noter tout ce que je mangeais et buvais, chaque jour, heure par heure. »

Il n’en fallait pas plus pour la diététicienne d’Alexandra de comprendre pourquoi elle ne perdait pas de poids. Malgré ses heures de sport hebdomadaires, elle grignotait chaque jour à son bureau, mangeait en quantité trop conséquente et ne se privait jamais de ses deux ou trois bières chaque soir, parfois accompagnées de quelques verre de vin. En limitant ses mauvaises habitudes, la perte de poids a pu démarrer, sereinement.

Ne pas délaisser le sport pour autant

Si le sport ne s’avère pas être la meilleure option dans une quête de perte de poids, il reste essentiel ! Aujourd’hui, l’Organisation Mondiale de la Santé préconise 150 minutes d’activité physique modérée par semaine (marche, vélo..), mais en allant au-delà, les bienfaits sont multiples et participent à la perte progressive de la masse grasse. En pratiquant une activité physique intense (course, natation…) en plus d’une activité modérée, la sensation de satiété va s’améliorer, la perte de masse musculaire liée à l’âge va s’estomper, le corps va puiser dans les graisses, et notre métabolisme de base va aller vers davantage d’efficience. Cela signifie que le corps d’une personne sportive va consommer plus de calories, naturellement.

Sport et équilibre alimentaire doivent idéalement être entrepris en même temps. Le Dr Samaras est formel : « entreprendre des efforts sur l’alimentation est beaucoup plus puissant si on accroît son activité physique en même temps. »

Pourquoi j’ai toujours faim ? Découvrez comment (ré)activer l’enzyme de la satiété

Sources

Organisation Mondiale de la Santé,
Planète Santé.

Jonathan Epaillard