Jean Seignalet est un médecin connu pour avoir créé un régime alimentaire appelé Nutrition Seignalet. Son ouvrage L’alimentation ou la troisième médecine en décrit les points principaux. Le régime Seignalet est dit hypotoxique et met en exergue le lien entre alimentation et de nombreuses pathologies. Explications.

Les principes du régime Seignalet

L’objectif de ce régime est d’éliminer tous les aliments dangereux qui ne seraient pas consommés par l’animal sauvage. Notre organisme n’est en effet pas adapté à une alimentation moderne. Cette inadaptation serait une des clefs de la compréhension de certaines pathologies. Il s’agit avant tout un régime visant à soigner, avec une alimentation diversifiée la plus proche de nos ancêtres cueilleurs-chasseurs. Pour cela, ce régime implique :

Exclusion des produits laitiers

Et c’est valable quelle que soit l’origine animale (vache, brebis, chèvre). Pour le docteur Seignalet le lait de femme est le seul lait parfaitement adapté à l’homme de par sa qualité. Son assimilation est en outre facilitée par les enzymes du jeune enfant qui disparaissent chez l’adulte. Les dérivés sont également interdits (beurre, fromage, crème fraîche, etc…).

Suppression des céréales mutées

Blé et maïs notamment. La transformation protéique et génétique qu’a subie le blé en fait un aliment toxique pour l’Homme. Et donc si on interdit le blé, on interdit pizzas, viennoiseries, biscottes, biscuits, etc.. Le kamut est également interdit. L’orge, le seigle et l’avoine, bien que n’ayant eu que peu de transformation génétique, sont également à supprimer. Le maïs reste une céréale qui a également subi de nombreuses transformations génétiques : il est à supprimer. Le sésame, le riz, le sarrasin sont quant à eux autorisés.

Exclusion des aliments cuits à plus de 110°C

Ce qui sous-entend qu’il est possible de consommer de la viande de qualité, mais peu cuite ! L’idéal étant de la consommer crue (en tartare ou en carpaccio). De même les charcuteries crues sont autorisées (jambon cru, saucisson, saucisse, salami, etc…). Sont donc exclus jambon cuits, pâtés, rillettes, boudin, andouillettes… Seule exception : les œufs ! Et de préférence, le jaune d’œuf cru qui peut être gobé. Le blanc d’œuf est peu intéressant. Mais comme le souligne le docteur Seignalet, le fait de manger des œufs crus est peu ragoûtant. Il autorise donc en œuf coque ou omelette très baveuse (donc peu cuit).

Le poisson est à consommer de préférence cru

A consommer à la Japonaise ou à la Tahitienne. Et privilégiez le poisson de mer au poisson de rivière ou privilégiez poisson sauvage au poisson d’élevage. Les crustacés, mollusques sont également autorisés, de préférence crus !

Les légumes verts sont tous autorisés

S’ils sont trop durs à consommer crus, il est possible de les cuire à la vapeur. Les crudités sont à privilégier. De même, les légumes secs peuvent être consommés après cuisson. Les fruits sont largement autorisés !

Exclusion des huiles raffinées et des margarines

Il faut se cantonner aux huiles vierges consommées crues. Privilégiez notamment l’huile d’olive, l’huile de noix, de soja, de colza ou bien les huiles d’onagre ou de bourrache.

Tout produit naturel est autorisé

Miel, graines germées…

Les condiments sont autorisés

On évitera tout de même le sel blanc raffiné

Les sodas et les bières sont exclus

Le café et le thé sont autorisés en quantité raisonnable. L’alcool est autorisé en quantité raisonnable.

Ce régime est donc sans gluten, sans caséine et se base sur des aliments crus (ou presque tous crus ou tout du moins des cuissons douces). C’est pourquoi ce régime est également appelé régime hypotoxique car il exclut les aliments toxiques pour certains ou la formation de produits toxiques lors des cuissons.

Peut-on tout manger cru ?

Pour le Docteur Seignalet, le crudivorisme ne pose pas problème : le fait de contracter un parasite est presque nul. Car non seulement nous vivons dans un monde non aseptique, mais en plus notre organisme sait se défendre. Il conseille néanmoins :
– D’acheter des aliments de bonne qualité, aliments frais et des commerçants honnêtes et compétents.
– Vérifier plus particulièrement l’origine de certaines salades, de viandes de porc et de cheval. Ces aliments peuvent en effet contenir des parasites mortels.

La journée type du régime Seignalet

Petit-Déjeuner

• Chocolat noir
• Miel
• 1 Fruit de saison
• 1 Fruit sec
• Café

Déjeuner

• Crudités
• Légumes verts
• Oléagineux
• Fruits

Dîner

• Crudités
• Légumes secs
• Viande crue ou charcuterie crue ou œufs crus ou poisson cru
• Produit de la mer
• Fruit

Avec ceci, supprimez le tabac et pratiquez une activité physique. Limitez autant que possible les sources de stress. Et prendre quotidiennement des ferments lactiques pour renforcer le microbiote intestinal. Par ailleurs, le docteur préconise la prescription de certains suppléments (vitamines, magnésium, sélénium, etc…).

Tout savoir sur le microbiote intestinal

Le régime Seignalet et quelques pathologies

• La polyarthrite rhumatoïde (PR)

Parmi les facteurs associés à la PR, 3 sont génétiques, et 3 sont liés aux facteurs environnementaux. Il est donc possible de jouer sur ces derniers. Le docteur Seignalet a constaté que sur 297 patients qui suivent sa prescription diététique, environ 80% voient une amélioration franche de leur symptômes. Pour 131 d’entre eux, on parle même de rémission totale. Un arrêt de la diététique entraîne une rechute, et une reprise de l’alimentation seignalet induit une rémission à nouveau. L’action serait due à :
– Une modification de la flore intestinale,
– Une correction du fonctionnement intestinal.

• Les autres maladies

Outre la PR, d’autres maladies (auto-immunes, d’élimination d’encrassage) ont connu une amélioration des symptômes via la nutrition du docteur Seignalet comme : Spondylarthrite ankylosante, Rhumatisme, Psoriasis, Lupus érythémateux, Tendinites, Arthrose, Ostéoporose, Surpoids, Angor, Colite, Maladie de CrohnDiabète de type 2, Hypercholestérolémie, Eczéma, Surpoids, Gastrite, Fibromyalgie…

Fibromyalgie et régime sans gluten : la combinaison idéale ?

Un régime controversé

Les études du docteur Seignalet en lien avec l’alimentation n’ont jamais été publiées. Pourquoi ? Car ses études n’ont pas été faites dans les règles de l’art, à savoir étude en double aveugle, avec un groupe témoin (même si les études en double-aveugle sont difficile à mettre en place en nutrition). De même, on lui a reproché de ne pas avoir fait d’études épidémiologiques, sur un plus grand nombre de patients. Et puis, il faut remettre tout ceci dans le contexte : le docteur Seignalet a proposé ce type de régime dans les années 1980 : à cette époque, la communauté scientifique n’était pas encore enthousiasmée par l’idée que la nutrition pouvait avoir un impact sur telle ou telle pathologie. Et enfin, au-delà de ces aspects scientifiques, le docteur Seignalet s’est vu critiqué du fait de ses amitiés avec certains médecins. Le fait d’avoir écrit un livre sur son régime lui a également valu des critiques sur son envie de se faire de l’argent. Et enfin, il est mort d’un cancer à 63 ans, donc il n’en fallait pas moins à ces détracteurs pour réfuter le succès de son régime.
Malgré tout, bien que ce régime n’ait pas forcément fait l’unanimité auprès de la communauté scientifique à l’époque, certains médecins soutiennent encore ce régime. Très récemment, le retour au régime paléolithique fait écho au régime du docteur Seignalet et renforce à nouveau l’intérêt d’un tel régime.

Sources

Association Jean Seignalet,
L’alimentation ou la troisième médecine, Jean Seignalet, Editions Rocher, Nouvelle édition revue et augmentée, 2012.

Raphaelle Santarelli