Le sel consommé en excès est connu pour ses effets néfastes sur notre santé : hypertension et risque cardio-vasculaire, impact négatif sur l’évolution des maladies auto-immunes telle la sclérose en plaque… Pourtant, notre consommation en sel est toujours supérieure aux recommandations de santé publique. Et selon la dernière enquête INCA, les apports moyens journaliers sont de 9,0 g chez l’homme et 7.0 g chez la femme alors que les recommandations sont de ne pas dépasser 6 g/j. Mais comment le sel influe-t-il sur notre santé ?

Des mécanismes encore non élucidés

Des chercheurs allemands se sont penchés sur la question du lien entre le sel et le microbiote intestinal en partant d’un constat. D’une part l’excès de sel active le système immunitaire par l’intermédiaire des lymphocytes Th17, des cellules immunitaires ayant un rôle sur l’hypertension. D’autre part le microbiote intestinal peut lui aussi activer les lymphocytes Th17.

Tout savoir sur le microbiote intestinal

Or, la question est de savoir si l’excès de sel modifie le microbiote intestinal, ayant pour conséquence la stimulation immunitaire.

Des preuves chez la souris…

En nourrissant des souris avec une alimentation riche en sel, les chercheurs ont observé en toute évidence une hypertension chez les animaux ainsi qu’une augmentation des lymphocytes Th17. Autre découvert intéressante : une modification de la flore intestinale. Notamment avec un appauvrissement flagrant en Lactobacillus murinus, un type de lactobacilles, bactérie lactique non pathogène.

A l’inverse, si les animaux étaient supplémentés avec cette même souche, les effets de l’alimentation hypersalée étaient annulés.

… et chez l’Homme !

Ainsi, l’équipe a répété l’expérimentation sur un petit groupe de sujets, en augmentant leur consommation habituelle de sel avec 6g supplémentaire chaque jour. Au bout de 14 jours de ce régime, les constats étaient identiques à la première étude. Une augmentation de la pression artérielle, stimulation des lymphocytes Th17 et quasi-disparition des lactobacilles.

Des recettes sans sel : idéales pour éloigner les maladies chroniques

Pour l’équipe allemande, ces expérimentations montrent le rôle du microbiote intestinal sur les pathologies liées à la consommation de sel. Et à ce titre, notre microbiote s’avère être une potentielle cible thérapeutique d’intérêt.

En attendant l’avancée des recherches sur le sujet, n’hésitez pas à lever le pied sur le pain, la charcuterie, les fromages, les produits transformés et les conserves, tous riches en sel (oui, même le pain !). Et privilégiez les produits frais et bruts, pour le plaisir de la cuisine, de vos artères et de votre microbiote !

Le régime méditerranéen fait du bien à votre microbiote

Sources

Étude individuelle nationale des consommations alimentaires 3 (INCA 3), Rapport d’expertise collective. Juin 2017,
– LaNutrition.fr « Trop de sel déséquilibre le microbiote intestinal »,
– Wilck et al., « Salt-responsive gut commensal modulates TH17 axis and disease », Nature, 2017; 551:585-589.

Béatrice Février

Laisser un commentaire

Bienvenue
Inscrivez-vous à notre newsletter, afin de recevoir toutes vos actualités.