Les nourrissons ne se nourissent que de lait, qu’il soit maternel ou en poudre. Leur microbiote est en pleine construction… et il a besoin de prébiotiques. Alors, la question est la suivante : le lait du nourrisson : avec ou sans prébiotique ?

Les prébiotiques : définition

En bref, les prébiotiques sont des composés alimentaires non digérés par notre organisme. Éléments essentiels au développement et à la bonne santé de notre microbiote intestinal, ils le sont, par conséquence, à notre santé.

On a tous en nous des prébiotiques

De fait, quantités d’aliments courants en contiennent. Il peut s’agir de fibres alimentaires mais également de tout type de composés favorables aux micro-organismes : polyphénols, acides gras poly-insaturés…

Nos apports sont donc naturellement assurés si nous avons une alimentation variée, notamment riche en aliments d’origine végétale (fruits, légumes, légumes secs, …).

Le lait du nourrisson : avec ou sans prébiotique ?

Mais alors, comment ça se passe pour les nourrissons ?! Eux qui ne consomment que du lait et dont le microbiote intestinal est en pleine construction ?! La situation peut sembler mal engagée… mais c’est mal connaître Dame Nature.

Le lait maternel contient naturellement des prébiotiques : les HMO (Human Milk Oligosaccharides (oligosaccharides du lait humain)). Il s’agit de composés glucidiques, synthétisés par l’organisme maternel et naturellement présent dans le lait sécrété pour le nourrisson.

Jusqu’à 200 HMO différents ont pu être identifiés dans le lait maternel, de quoi rassasier le microbiote en construction du nouveau-né !

Pour en savoir plus sur les oligosaccharides :

Dans la famille FODMAPs, on demande la lettre O comme Oligosaccharide !

Et pour les nourrissons qui ne sont pas allaités ?

Les fabricants de lait infantile avaient déjà noté l’intérêt des prébiotiques et probiotiques pour les nourrissons. De fait, de nombreux laits proposés sur le marché contenaient déjà des Fructo-Oligosaccharides (FOS) et/ou des Galacto-Oligosaccharides (GOS), ainsi que des souches bactériennes.

Les données de plus en plus nombreuses sur les HMO et sur l’importance du microbiote dès le plus jeune âge ont conduit certains industriels à se pencher sur la question des HMO. Et on trouve désormais sur le marché des formules infantiles enrichies en HMO, ou plus précisément en molécules similaires à ces prébiotiques présents dans le lait maternel, afin d’en mimer les effets. Ils sont identifiables dans la liste des ingrédients sous le nom de « 2′-0-fucosyllactose ».

Sources :

Ouvrages et articles scientifiques

Chichlowski M, German JB, Lebrilla CB, Mills DA. The influence of milk oligosaccharides on microbiota of infants: opportunities for formulas. Annu Rev Food Sci Technol. 2011;2:331-51. 
Gibson GR, Hutkins R, Sanders ME, Prescott SL, Reimer RA, Salminen SJ, Scott K, Stanton C, Swanson KS, Cani PD, Verbeke K, Reid G. Expert consensus document : The International Scientific Association for Probiotics and Prebiotics (ISAPP) consensus statement on the definition and scope of prebiotics. Nat Rev Gastroenterol Hepatol. 2017 Aug;14(8):491-502.
Marcobal A, Sonnenburg JL. Human milk oligosaccharide consumption by intestinal microbiota.Clin Microbiol Infect. 2012 Jul; 18(0 4): 12–15. 

Sites internet

Nature : Definition and scope of prebiotics
Culture-nutrition : Guigoz : une formule de lait infantile aux HMO arrive en France
EDP : Un lait infantile proche du lait maternel

Béatrice Février