En France, 50% de la population est en surcharge pondérale et environ 16% est obèse. Les enfants ne sont pas non plus épargnés ! On compte près d’1,7 millions d’enfants en surpoids et 3,5% sont touchés par l’obésité. Surpoids et obésité : quelles différences ?

Comment définir surpoids et obésité ?

Le surpoids et l’obésité se définissent par le calcul de l’IMC (indice de masse corporelle).
Pour mémoire, la formule de calcul est : Poids (en kg) / Taille² (en m)

On parle de surpoids lorsque l’IMC est compris entre 25 et 29,9, au-delà on parle d’obésité. Il n’y a pas qu’une obésité ! En effet, il existe 3 grades pour qualifier l’obésité :
modérée, la moins « grave », qui se traduit par un IMC compris entre 30 et 34,9 kg/m²
sévère qui se traduit par un IMC entre 35 et 39,9 kg/m²
morbide ou massive, la plus « grave », qui se traduit par un IMC supérieur à 40kg/m².

De plus, la répartition des graisses va également participer à définir l’obésité :
– Si la graisse est localisée au niveau abdominal, on parle d’une obésité androïde
– Si la graisse est stockée au niveau de la partie inférieure du corps, on parle d’obésité génoïde

Quelle prise en charge pour quelle obésité ?

Quel que soit le grade de l’obésité, les risques de diabète, d’hypertension ou de cancers existent. Et c’est la double peine : plus le grade d’obésité est élevé, plus les risquent le sont.
Il est donc vivement recommandé de perdre du poids, quel que soit votre obésité.

Obésité : quand quelques kilos peuvent tout changer !

Au stade de l’obésité morbide, la vie de la personne est en danger. Ainsi, l’espérance de vie diminue de 2 à 5 ans en moyenne. Une chirurgie bariatrique peut être envisagée, tout comme au stade d’obésité sévère.

Mais sachez que l’IMC n’est pas le seul critère pris en compte pour prétendre à une chirurgie bariatrique. Il en existe d’autres, parmi lesquelles on retrouve par exemple :
– Existence de co-morbidités associées : MCV, HTA, troubles respiratoires sévères, désordres métaboliques…
– En deuxième intention après un échec d’un traitement médical, diététique, nutritionnel et psychologique

Causes de l’obésité

La cause principale de la surcharge pondérale, que ce soit surpoids ou obésité, reste la mauvaise alimentation. En effet, un déséquilibre entre les apports énergétiques et les dépenses énergétiques sur le long terme, aboutit à une prise de poids progressive. Mais l’alimentation n’est pas la seule cause.

Dans les causes possibles on retrouve aussi :
– Les antécédents familiaux, l’hérédité
– Certains médicaments
– Stress, dépression ou autres troubles psychologiques
]– Carences en sommeil

Une bonne nuit dans les bras de Morphée : c’est bon pour votre poids !

Conséquences de l’obésité

Outre l’impact psychologique (baisse de l’estime de soi, dépression, anxiété) et l’augmentation des co-morbidités associées à la surcharge pondérale (HTA, maladies cardiovasculaires, diabète, dyslipidémie…), l’obésité peut entraîner d’autres complications. Selon le type d’obésité, elles-ci seront plus ou moins fréquentes. Voici les trois types de 3 types de complications les plus courantes :

– respiratoires
Il y a notamment une altération de la fonction respiratoire. En effet, pour les obésités de type androïde, l’accumulation de graisse au niveau de l’abdomen, du diaphragme et des côtes peut gêner les mouvements de la cage thoracique. Ainsi le volume d’air inspiré est moindre.

– ostéo-articulaires
Le surpoids augmente la pression exercée sur les articulations qui vous portent et donc le risque d’arthrose au niveau des genou ou d’hernie discale augmente. Des douleurs au dos peuvent aussi apparaître

– gynécologiques ou de la fonction reproductive
Chez la femme, les cycles se retrouvent perturbés en cas d’obésité. De plus, il n’est pas rare de voir chez les femmes en obésité, des problèmes gynécologiques, du type « syndrome des ovaires polykystiques » : il n’est pas donc rare de voir des problèmes de fertilité chez des femmes en surcharge pondérale.
Chez les hommes, notamment dans les cas d’obésité sévère voire morbide, on décompte aussi des problèmes de fertilité avec notamment une baisse de la production de testostérone.

Sources :

https://followsurg.com/obesite/causes-de-lobesite/
https://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_765529/fr/obesite-prise-en-charge-chirurgicale-chez-l-adulte
http://www.obesite-sante.com/accueil.shtml

Amandine BONNET