Une vraie bonne nouvelle pour les personnes atteintes de diabète !

L’assouplissement du permis de conduire pour les diabétiques, c’est pour bientôt ! La Fédération Française des Diabétiques a annoncé que la validation du permis de conduire pour les personnes atteintes d’une diabète de type 1 ou 2 serait assouplie.

L’assouplissement du permis de conduire pour les diabétiques

Jusqu’à présent, les personnes atteintes d’un diabète de type 1 ou 2 devaient obtenir l’accord d’un médecin agréé par la préfecture afin de prendre le volant. L’autorisation dudit médecin n’était attribué que pour une période de 5 ans. Une injustice contre laquelle a lutté la Fédération Française des Diabétiques (FFD) et qui devrait mettre un terme à une forme certaine de stigmatisation des personnes diabétiques.

Ce sont près de 4 millions de Français souffrant de diabète qui vont voir leur quotidien simplifié. En effet, une visite médicale est imposée pour les diabétiques depuis 2005 afin qu’un médecin agréé juge la capacité du diabétique à gérer son hypoglycémie. Une aberration pour nombre de patients suivis depuis des années par leur médecin traitant. Gérard Raymond, président de la FFD est ravi de ce réel progrès car « dorénavant, pour gérer son permis de conduire, ça se passera avec le médecin traitant et non avec un médecin agrée qui vous voit pour la première fois ». Un accord commun à la FFD, la Sécurité routière et le ministère de la Santé qui devra néanmoins être suivi d’une circulaire pour entrer en vigueur. Un réel assouplissement pour le président de la FFD qui confesse que « c’est le fruit d’une grosse dizaine d’années de travail ».

5 minutes pour bien comprendre le diabète de type 2 :

Tout savoir sur le diabète de type 2

Pourquoi un permis de conduire si restrictif pour les diabétiques ?

Un diabète non maîtrisé peut réellement nuire à la capacité de conduire. En effet, lors d’une hypoglycémie, le risque de malaise est présent, « cognitivement, on va être au ralenti. On peut avoir des problèmes de coordination motrice. Éventuellement, si on n’intervient pas, on va perdre connaissance » souligne le Dr Jimmy Dow. Et c’est ce qui pouvait arriver, ce qui arrivait même. Mais c’était sans compter les progrès des traitements des diabétiques, dont l’arrivée du glucomètre domestique ou encore la répartition des doses d’insuline tout au long de la journée.

Car aujourd’hui, l’immense majorité des diabétiques peut conduire normalement, le risque d’accident étant similaire à celui des automobilistes en bonne santé. Les risques sont néanmoins plus élevés lorsqu’un diabétique a un problème de contrôle de sa glycémie, ou bien si l’hypoglycémie est silencieuse (asymptomatique).

Hypoglycémie, hyperglycémie, de quoi on parle ?

Tout savoir sur les variations de la glycémie